De la Richesse des nations et de leurs habitants : la leçon des Américains (actualisation)

Cet article est l’actualisation de celui que j’ai publié le 24 septembre 2017, cliquer ici pour le lire.

Comment devenir riches ?

La question se pose en particulier pour tout économiste qui cherche la meilleure solution pour que le plus grand nombre de personnes puisse vivre dans une certaine richesse matérielle (c’est-à-dire à l’abri de toute pénurie) alors que les hommes luttent depuis qu’ils sont sur terre pour survivre.

La réponse est simple. Tout est simple, comme toujours.

Elle a été donnée par Adam Smith déjà à la fin du XVIII° siècle dans son livre, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations : yaka laisser faire les hommes !

En effet, la liberté permet à tout le monde, en cherchant à optimiser la richesse de chacun, d’optimiser la richesse de tout le monde, dans le cadre de chaque nation qui est l’entité (macro) économique de base.

Comment devenir riches ?

La réponse est donc simple : en adoptant correctement les principes du libéralisme.

Ce qui est moins simple, c’est de trouver les meilleures solutions pour adapter le libéralisme aux conditions particulières dans chaque nation à tout moment.

Les Américains (des États-Unis) en donnent généralement les bons exemples.

Le résultat est là : la richesse des Américains augmente de 6,75 à 7,0 % d’une année sur l’autre depuis l’après-guerre (1947), c’est-à-dire depuis que ces statistiques existent,

Document 1 :

Household net worth, le patrimoine net des ménages comptabilise les actifs nets des ménages américains comprenant la valeur nette de leur propriété immobilière et mobilière (actions et autres produits financiers).

Cette augmentation continue sur la longue période fluctue en fonction de la croissance et de la valeur des actions qu’ils détiennent.

Cette richesse des Américains dépend donc essentiellement de la croissance réelle, c’est-à-dire de la bonne santé des entreprises américaines et en particulier de leurs bénéfices avant impôts (et avant bidouillages comptables et fiscaux) qui augmentent d’un peu plus de 6,5 % d’une année sur l’autre sur la longue période,

Document 2 :

Ce rythme de croissance moyen des bénéfices (en données courantes) de 6,5 % est élevé et il pourrait être normal à 5 % surtout avec une inflation contenue.

Les périodes de forte croissance ont été anormales et elles ont été suivies de récessions rectificatives qui ont rétabli les fondamentaux.

Compte tenu des impôts sur les bénéfices des sociétés, l’augmentation des bénéfices finals est légèrement inférieure à 6,5 % d’une année sur l’autre,

Document 3 :

Compte tenu des bénéfices publiés, c’est-à-dire après l’application de règles comptables et fiscales avantageuses, l’augmentation de ces bénéfices est supérieure à 6,5 % d’une année sur l’autre,

Document 4 :

Ces bénéfices publiés varient fortement dans le temps mais ils augmentent de l’ordre de 10 % par an en moyenne,

Document 5 :

Il en est de même pour ce qui concerne les bénéfices avant impôts sans les bidouillages comptables et fiscaux,

Document 6 :

Les bénéfices des sociétés américaines sont de plus en plus distribués à leurs actionnaires,

Document 7 :

Les dividendes distribués représentent 6 % du PIB annuel courant, ce qui est particulièrement élevé,

Document 8 :

Les Américains bénéficient du capitalisme libéral !

La distribution généreuse de dividendes n’empêche pas les entreprises américaines d’investir : leurs investissements correspondent à 9 % du PIB, ce qui est historiquement un record !

Document 9 :

Le Donald peut se vanter d’avoir favorisé la richesse des Américains en faisant baisser le taux d’impôts sur les bénéfices à un plus bas record de 10 %… alors que le taux normal est de 21 % !

Document 10 :

Tout est simple.

***

Note méthodologique.
Les graphiques ci-dessus sont réalisés à partir des données de notre ami Fred de Saint Louis, comme d’habitude.
La série des bénéfices des sociétés du document n° 4 est celle qui est retenue par la Fed dans ses communiqués : bénéfices des entreprises (Corporate Profits) avec (with) ajustement de l’évaluation des stocks (IVA, Inventory Valuation Adjustment) et de la dépréciation des immobilisations (CCAdj, Capital Consumption Adjustment).
Les données without donnent l’image la plus fidèle de la réalité des bénéfices des entreprises effectivement réalisés sur les seules opérations faites aux États-Unis.

Les données with correspondent aux bénéfices publiés qui incorporent des éléments non opérationnels tels que les gains en capital et les dividendes reçus qui dopent les bénéfices publiés.

D’autres données comptables, comme la comptabilisation des stocks, les amortissements, les bénéfices réalisés à l’étranger dopent encore les bénéfices publiés qui ne donnent donc pas une image fidèle de la réalité des bénéfices des entreprises effectivement réalisés sur les seules opérations faites aux États-Unis.

***

Le titre du livre d’Adam Smith Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations est en anglais :  An inquiry into the nature and causes of the wealth of nations.

© Chevallier.biz

9 réflexions sur “De la Richesse des nations et de leurs habitants : la leçon des Américains (actualisation)”

  1. Bonjour Jean-Pierre,

    Une petite question qui n’est pas du même sujet :

    Dans quelle catégorie comptabilisez vous l’investissement fais dans l’or par les particuliers ? M1, M2 ou M3 ?

    Merci d’avance,

    Nicolas

    1. Si l’on considère que c’est de l’épargne (d’assurance,car elle ne rapporte rien), je la mettrai personnellement en M2. La mettre en M1 semble illogique car ce n’est plus un moyen de paiement légal.

  2. ” yaka laisser faire les hommes !” Oui, cela dépend quels hommes ! Ceux notamment qui font dans l’asservissement au réel, ce qui à un certain moment les fait basculer dans une personnalisation innovante. Ainsi JP asservit à ses chiffres et qui bascule dans la conception dont il nous fait part à travers ce blog ! Ainsi le laboureur asservi à sa terre sillon après sillon, et en décalage l’inédit champ de blé d’un monde jusqu’alors pastoral, chasseurs-ceuilleurs comme toujours certains financiers, de nature donc prédatrices…

    La gauche-caviar, le relativisme, …, cela ne fait pas dans l’asservissement au réel (alors par certains plutôt perçu comme une illusoire construction mentale) mais plutôt dans le matérialisme jouisseur, parasitage d’un monde-ratelier dans lequel ils ont été comme vêlés, fauchés d’un ailleurs dont ils n’ont pas idée, ne voulant par ailleurs rien savoir faisant alors dans le communisme de connivence, le vivre ensemble, surtout mieux que toi, pauvre quidam !

  3. A noter que l’asservissement au “réel” est une forme de communisme qui, s’il permet quand même au final la libre expression individuelle, procède alors d’une inédite fécondité.
    Il est indéniable qu’avec l’appareil étatique français de la République Une et Indivisible cette liberté d’expression individuelle s’enracinant dans l’observation attentive du réel est constamment jugulée… J’en ai personnellement fait les frais avec la publication à grande échelle des conclusions de mon mémoire de fin d’études, ce qui a conduit -ne m’étant pas dédit- à la fermeture des portes de l’emploi en tant qu’ingénieur au tout nouvel impétrant que j’étais. Nous vivons dans un système communiste qui ne dit pas son nom, un système laïc qui a tellement peu de foi en son unité, qu’il ne permet pas les expressions s’écartant de l’orthodoxie. La véritable définition de Dieu pourrait être : Unité qui a tellement la foi en son Unité qu’elle permet le deux, la différenciation… On comprend que l’Etat laïc de la République française Une et Indivisible n’en veut pas sauf s’il est de nature totalement communiste comme le faux Dieu des musulmans… Qui se ressemble s’assemble…

  4. Pourriez-vous publier l’évolution de la part des salaires dans le PIB des pays pour lesquels vous trouverez ces données sur des périodes significatives ?
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *