€-crise, €clatement, €ffondrement : chronique d’un grand désordre annoncé

Une union monétaire entre des pays souverains dont les niveaux et les gains de productivité sont différents ne peut conduire qu’à un désordre croissant, avec d’abord un effondrement lent du système productif dans le pays dont l’économie est la plus faible puis une crise majeure et durable, comme cela a été le cas en Argentine qui avait imprudemment arrimé son peso au dollar (US$), ce qui est une évidence élémentaire pour tout monétariste…

L’€-crise, l’€clatement, l’€ffondrement provoqueront des désordres beaucoup plus importants que ceux qui ont été observés en Argentine au début de ce siècle car ils concernent plus de 300 millions de barbares ignares, c’est-à-dire un pôle majeur de l’économie mondiale.

La Grèce est le canari de la mine qui va exploser en provoquant des dommages collatéraux majeurs.

Les premiers signes de l’€-crise se sont manifestés en juillet 2007 lorsque les écarts entre les rendements du Bund et ceux des mauvais bons à 10 ans du Trésor français ont commencé à diverger sensiblement, d’abord de quelques petits points de base, puis de pourcentage, pour fluctuer ensuite calmement pendant 4 ans dans les 10 à 20 % (cf. cet indicateur que je suis depuis juillet 2007 !).
Enfin, l’€-crise a pris de l’ampleur à l’été 2011 avec des écarts grimpant jusqu’à 50 % et même 100 %

Document 1 :

… coïncidant avec le plongeon du rendement du Bund sous la barre critique des 2 %,

Document 2 :

Des rendements de bons à 10 ans de Trésors de référence comme ceux du Bund sous la barre des 2 %, c’est historiquement et théoriquement totalement anormal.
A zéro et même en valeurs négatives, c’était inimaginable, impensable, comme… la faillite de la banque des frères Lehman !
Et pourtant, c’est devenu une réalité, comme pour ceux de la Suisse qui restent encore le refuge traditionnel des capitaux pendant les pires périodes les plus troublées.

Les rendements du Bund suivent clairement une tendance lourde baissière depuis juillet 2007 avec des fluctuations plus ou moins importantes, tendant vers zéro, niveau qui aurait dû être atteint en mai dernier si les gens de la Fed n’étaient pas intervenus pour confirmer qu’ils avaient la ferme intention de relever leurs taux de base en 2015,

Document 3 :

L’écart entre les rendements du Bund et du Schatz (2 ans) tend lui aussi vers zéro, niveau qui aurait dû être atteint en cette fin août si les gens de la Fed n’étaient pas intervenus,

Document 4 :

Des écarts entre les bons à 10 ans et à 2 ans du Trésor d’un pays qui tendent vers zéro signifient qu’une crise majeure y couve, comme cela a été le cas aux Etats-Unis en 2006 avant les très grandes turbulences financières initiées par le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke,

Document 5 :

La grande différence entre la situation des Etats-Unis en 2006-2008 et la situation présente en Allemagne est que les rendements américains étaient classiquement au plus haut, avec même une inversion de la courbe des taux,

Document 6 :

La configuration actuelle est totalement inédite, atypique, historique.
Logiquement, l’€-crise va s’accentuer, se précipiter, le désordre allant croissant, conduisant à l’€clatement, l’€ffondrement de la zone euro.

La seule inconnue en est la date.

Complément : Dennis Lockhart, Président de la Federal Reserve Bank of Atlanta a confirmé au Wall Street Journal le 4 août que la Fed relèverait ses taux, a priori en septembre, ce qui a fait rebondir brièvement les rendements du Bund mais ils sont retombés rapidement sur leur tendance baissière.

13 réflexions sur “€-crise, €clatement, €ffondrement : chronique d’un grand désordre annoncé”

  1. Bonjour,

    un éclatement/éffondreent de la zone euro auront quelles conséquences :
    – sur le plan monétaire – et les impacts sur les hommes ?
    – sur le marcher de l’emploi ?
    – les prix des produits dans les magasins ?
    – l’épargne ?
    – …. ?

    Je parle particulièrement pour la France…. Je suis en france et votre site est en Francais.
    Je suppose que les impacts ne seront vraissemblablement pas les mêmes pour tous les pays – car tous ne sont pas dans la même situation – quoi que – si tout s’écroule ….
    Est-ce que l’argentine des années 2000 est un bon parallèle, ou, cela sera t’il plus violent ?

    Merci d’avance de vos lumières et exemples concrets sur lesquels nous pourrions nous référer.

    Cordialement Gillou.

  2. Bonjour,

    S’il doit être agréable de voir ses théories confirmées par les faits, il n’en reste pas moins qu’il eut été de meilleur aloi qu’elles soient justifiées positivement. Les chiffres prévus de l’excédent commercial allemand sont là pour nous rappeler à la cruelle réalité: “L’excédent de la balance commerciale de la première économie européenne devrait représenter 8,1% de son produit intérieur brut, contre 7,6% en 2014. La baisse du coût des importations de pétrole et de gaz explique à elle seule 1,2 point de pourcentage dans la progression attendue de l’excédent commercial.” (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/08/09/97002-20150809FILWWW00028-allemagne-excedent-commercial-record-en-vue.php). En France, le déficit du commerce extérieur s’est certes réduit en juillet d’après la BNF mais il est plus que probable que ce sot du avant tout à la faiblesse intrinsèque de l’indice PMI du même mois qu”à un excès de compétitivité des entreprises: “N°279 du 7 août 2015: En France, la production manufacturière se replie de – 0,7 % (en vm) en juin et de – 0,5 % (en vt) au 2e trimestre 2015. Le déficit du commerce extérieur se réduit en juin (– 2,7 milliards d’euros, après – 4,0 milliards en mai). Les indices PMI (final) du mois de juillet confirment pour la France et la zone euro un tassement dans l’industrie manufacturière (respectivement de 50,7 à 49,6 et de 52,5 à 52,4) et dans les services (respectivement de 54,1 à 52,0 et de 54,4 à 54,0).” (https://www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/conjoncture-et-croissance/les-indicateurs-de-conjoncture-hebdomadaire.html). Notons au passage la discrétion qui a entouré la publication de ces chiffres.

    Alain Madelin a déclaré qu’en politique, lorsqu’on a le choix entre la connerie et la machiavélisme pour expliquer une situation, c’était le plus souvent le premier critère qu’il fallait prendre en compte. Bien que je considère que l’actuel gouvernement soit pénétré d’une idéologie malsaine, la première considération a toute sa justification au vu de l’évolution de la situation économique et sociale du pays.

    Merci pour vos analyses. Bonne journée.

    1. Oui, globalement, les excédents de la balance commerciale allemande rattrapent les autres déficits, le désordre s’accentue…
      Pour la France, quand l’activité faiblit, les déficits de cette balance se réduisent…
      Le fait que la zone € n’ait pas encore explosé tient toujours de l’illusion…

    2. Le seul objectif de ce gouvernement est d’avoir la paix sociale et une baisse temporaire du chômage afin de lancer la candidature de Hollande en 2017 sans primaire. Si marge de manœuvre financière il y a, elles seront dépensés en actions clientélistes en vue de 2017.

  3. Bien dit Mr Chevallier.
    Ceux qui ne sont pas trop ignares le savent depuis 2000.
    La meilleure image est celle de tous les dominos s’écroulant les uns après les autres lors de l’inauguration de l’euro à Berlin.

  4. Mr Chevallier….si nous étions restés en monnaie nationale….que vaudrait le Mark par rapport au Franc Français
    aujourd’hui….
    Je crois me souvenir que le Mark valait 3,20 , au moment du passage à l’Euro….

    Bien à vous.

  5. “Le renminbi a été jusqu’à présent l’une des devises les plus contrôlées et était presque arrimée au dollar depuis un certain temps, mais comme nous l’avons vu avec la Banque nationale suisse (BNS) en début d’année, quand les conditions économiques changent, il faut agir pour ajuster sa devise et la ramener à une évaluation plus juste”, expliquait Angus Campbell, analyste chez FxPro.”

    (Lu sur “Le Revenu” ce 12 août 2015)

    > “quand les conditions économiques changent, il faut agir pour ajuster sa devise et la ramener à une évaluation plus juste”
    >> SAUF EN EUROPE MERCI L’EURO !
    >>> En somme, les Nations composant l’Europe sont embrigadées malgré elles dans une guerre des monnaies qu’elles doivent mener… sans munitions :/ (carpe diem en attendant tous aux abris)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *