Le Mariole de la BCE et l’€ffondrement

Le Mariole de la BCE intervient énergiquement (verbalement) pour faire baisser les rendements des mauvais bons à 10 ans des Trésors de la zone (ceux de ces cochons de pays du Club Med) pour éviter l’€ffondrement, ce qui permet de retarder les échéances fatales (le rendement des mauvais bons à 10 ans du Trésor de la France a encore battu aujourd’hui 25 novembre en matinée son plus bas record),

Document 1 :

Ainsi, l’écart relatif entre les rendements de ces mauvais bons des Trésors par rapport à ceux du Bund reste miraculeusement bloqué à un niveau critique, que ce soit pour la France…

Document 2 :

… ou pour l’Italie,

Document 3 :

Par ailleurs, les banques avaient encore emprunté 500 milliards d’euros à la BCE vendredi dernier alors qu’elles n’en avaient prêté que 200 milliards en retour

Document 4 :

… si bien que l’écart a encore plongé à plus de 300 milliards d’euros,

Document 5 :

Une fois de plus, de généreuses et mystérieuses administrations publiques ont prêté 17 milliards d’euros vendredi soir à la BCE pour qu’elle puisse boucler son bilan,

Document 6 :

Si le Mariole de la BCE met en application ses déclarations, comment va-t-il financer l’achat pour 1 000 milliards d’euros de titres (bons de Trésors et obligations corporate sécurisées) ?

Document 7 :

La seule solution serait que les banques vendeuses redéposent cet argent à la BCE… ce qui n’entrainerait aucun effet positif dans la zone !

Ça va mal dans cette zone euro contre nature.

De toute façon, à partir du moment où subsiste cette bulle monétaire en M1, aucune action de la banque centrale ni aucune action gouvernementale ne peut faire repartir la croissance.

L’argent sain est le premier pilier des Reaganomics, or l’argent n’est pas sain dans la zone euro à cause de la création monétaire qui s’est produite depuis qu’elle existe.

Tout est simple.

10 réflexions sur “Le Mariole de la BCE et l’€ffondrement”

      1. Bonjour, merci pour cette précision.
        Des notions comme “unearned money “, “free money supply”, “M2-M1” etc ne conduisent étrangement qu’à vous sous Google (l’expression “money borrowed into existence” ne conduit à rien a non plus). On voit bien que votre méthode offre un prisme d’analyse puissant pour la compréhension des problèmes monétaires mais les theories à la base de votre méthode sont introuvables sur le net. Lorsque vous vous référez à Arthur Laffer et au Reaganomics à quoi vous référez-vous exactement? Pouvez-vous indiquer des livres, des publications allant dans ce sens qui permetteraient d’approfondir votre analyse? On trouve par exemple ici un listing des publications de Laffer. Auxquelles vous référez vous? http://en.wikipedia.org/wiki/Arthur_Laffer#Publications

        1. Ca m’intéresserai aussi!

          Néanmoins JP-Chevallier a déjà écrit pas mal sur le sujet et ça permet de se faire une bonne idée de ce qu’est l’argent non gagné, mais il faut creuser un peu, ça prend du temps…
          Discours d’Arthur Laffer si tu n’avais pas déjà trouvé : http://www.heritage.org/research/reports/2007/01/the-four-pillars-of-reaganomics

          Un autre article : http://www.jpchevallier.com/article-16504051.html

          De manière concise, c’est de l’argent distribué sans contrepartie (en échange d’un travail ou d’un service). Il apparaît lorsque l’on pratique des énormités comptables, comme en France avec les retraites par répartitions dont les engagements futurs ne sont pas comptabilisés. S’ensuit une flopée de soucis directement liés à la mauvaise représentation de la réalité par ces pratiques comptables douteuses.

  1. Depuis plusieurs années, l’Union Européenne crée des coquilles vides pour essayer de STABILISER le château de cartes européen :
    – le FESF, Fonds Européen de Stabilité Financière
    – le MES, Mécanisme Européen de Stabilité
    Mais ces coquilles vides sont incapables de STABILISER quoi que ce soit. Et aujourd’hui, la faillite est généralisée.

    Les impayés mettent l’UE au bord de la crise.

    Le Parlement européen a sommé mardi les gouvernements de l’UE de consacrer le montant des amendes perçues en 2014 au règlement des factures impayées pour éviter la cessation de paiements en 2015.

    http://www.lessentiel.lu/fr/news/europe/story/Les-impayes-mettent-l-UE-au-bord-de-la-crise-29857719

    L’Union Européenne est au bord de la cessation de paiements.

    De même, neuf pays européens sont en faillite.

    En tout, les 28 pays membres de l’Union Européenne ont une dette publique de 11930,266 milliards d’euros. Je dis bien : dette publique de 11930,266 milliards d’euros.

    ET DONC l’Union Européenne va … lancer un nouvel emprunt de 315 milliards d’euros !

    ET DONC l’Union Européenne va encore créer une nouvelle coquille vide : le FEIS, Fonds européen pour l’investissement stratégique.

    C’est ça, l’Union Européenne : quand on est asphyxié par les dettes, quand on est en faillite, on rajoute 315 milliards d’euros de dette supplémentaire !

    Malheureusement, les bulles de dette publique ne peuvent pas gonfler jusqu’au ciel.

    Mercredi 26 novembre 2014 :

    UE : Juncker annonce un plan d’investissements de 315 milliards d’euros.

    http://www.boursorama.com/actualites/ue-juncker-annonce-un-plan-d-investissements-de-315-milliards-d-euros-af8faeaa78557c2e85f143b0e9afdb5f

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *