Leverage réel des banques américaines, 2012

En prenant en considération les données qui donnent l’image la plus fidèle de la situation des banques, c’est-à-dire en diminuant les capitaux propres (sans les minoritaires) des écarts d’acquisition (goodwill), les 8 grandes banques américaines qui présentent un risque systémique ont un leverage réel qui ne respecte pas les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan, inférieur à 10, ce qui correspond à un ratio Tier 1 réel de 10 % au minimum.

Cependant, dans le monde, les autres grandes banques sont dans une situation pire encore, surtout en Europe.
Les grandes banques américaines ont fait des progrès, le système interbancaire fonctionne normalement, mais ces big banks sont toujours considérées comme trop grosses et trop dangereuses.

Pour l’instant, les autorités n’ont pas sorti à leur encontre une arme de destruction massive comme elles l’ont fait en 2008.

Document 1 :

USA 12 Q4CitigroupWells FargoGoldman SachsMorgan StanleyBank of America
1 Assets1 864,661 422,97939782,3732 209,97
2 Equity186,465157,54475,71662,022236,956
3 Preferred st2,562126,21,50818,768
4 Goodwill25,67332,95,0997,58769,976
5 Tangible eq158,23112,64464,41752,927148,212
6 Liabilities1 706,431 310,32874,583729,4462 061,76
7 Leverage (µ)10,811,613,613,813,9
8 Tier 1 (%)9,38,67,47,37,2

Document 2 :
USA 12 Q4State StreetJPMorganBk of New York MellonTotal
1 Assets222,5822 359,14358,9910 159,69
2 Equity20,869195,01136,431971,014
3 Preferred st0,4899,11,06851,695
4 Goodwill5,97748,17218,075213,459
5 Tangible eq14,403137,73917,288705,86
6 Liabilities208,1792 221,40341,7029 453,83
7 Leverage (µ)14,516,119,813,4
8 Tier 1 (%)6,96,25,17,5

Ces 8 banques ont un total cumulé de leur bilan de 10 000 milliards de dollars, ce qui représente 64 % du PIB annuel des Etats-Unis, ce qui inquiète les Américains alors que les 4 Gos banques françaises ont un total cumulé de leur bilan de 6 000 milliards d’euros qui représente 3 fois le PIB annuel de la France avec des leverages très nettement plus élevés, ce qui ne semble pas inquiéter les Français qui ne réagissent pas car ils ne comprennent pas ces problèmes.

Seules les 3 petites banques indépendantes françaises ayant survécu (Martin-Maurel, Bami-Michel-Inchauspé et Pouyanne), la plupart des banques helvètes (en dehors des 2 big), et beaucoup d’autres petites banques respectent les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan.

Un assainissement du secteur bancaire doit impérativement être effectué avec un retour aux sources : de véritables banquiers ayant engagé leur fortune dirigeant leur propre banque.

4 réflexions sur “Leverage réel des banques américaines, 2012”

  1. Ben oui de véritables banquiers engageants leurs biens et pas des nuls , des banquiers du patelin qui connaissent tous leurs clients entrepreneurs , pas des salariés ridicules.

    1. il y bien la banque Pictet mais les associes gérants viennent de renoncer à cette responsabilité sur leurs biens propres qu est ce que cela signifie ? Auraient ils peur ? Inquiétant .

  2. Vendredi 22 février 2013 :

    Zone euro : Bruxelles prévoit une récession en 2013.

    Pas d’amélioration de la croissance en 2013, au contraire, prévoit Bruxelles. La Commission européenne a en effet annoncé vendredi qu’elle table désormais pour 2013 sur une nouvelle baisse de l’activité économique dans la zone euro, qui touchera notamment les pays les plus vulnérables de la région.

    L’exécutif communautaire prévoit une contraction de 0,3% du produit intérieur brut (PIB) des dix-sept en 2013, après – 0,6% l’année dernière, alors qu’en novembre il prévoyait encore une hausse de 0,1% pour cette année.

    La Commission européenne prévoit notamment une baisse de 1,4% du PIB en Espagne, une baisse de 1,9% du PIB au Portugal, une baisse de 3,5% à Chypre, et une baisse de 4,4% en Grèce.

    En Allemagne, première économie de la zone, la croissance devrait en revanche atteindre 0,5%. Quant à la France, elle ne devrait afficher qu’une croissance de 0,1% cette année , nettement inférieure à celle de 0,8% prévue jusqu’à présent par Paris.

    Pas d’amélioration non plus sur le front du chômage. Selon la Commission, le chômage va encore s’aggraver dans la zone euro cette année et devrait dépasser les 12% de la population active. En 2012, il s’est établi à 11,4% de la population active. Il devrait grimper à 12,2% cette année, et se stabiliser à 12,1% en 2014, avec des pointes à plus de 25% en Espagne et en Grèce.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202583636612-zone-euro-bruxelles-prevoit-une-recession-en-2013-541352.php

  3. bonjour…avez vous une idée du leverage du credit mutuel ? cette banque ne communique quasiment pas, elle est composée de fédération qui ne coopèrent pas entre elles, bref plutot opaque je trouve !
    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *