Natixis 1° trimestre 2014

Natixis est l’entité cotée de l’usine à gaz BPCE. Comme les autres Gos banques françaises, les comptes publiés par Natixis ne donnent pas une image fidèle de la réalité, ce qui est condamnable partout dans le monde mais pas condamné en France.

Pour donner une image fidèle de la réalité, il faut retraiter les comptes publiés par Natixis à partir d’informations pertinentes publiées par cette banque dans ses annexes.
Ainsi en est-il du montant des véritables capitaux propres (Core Tier 1 en Bâle III) qui se montent à 12,5 milliards d’euros,

Document 1 :

Le bilan publié doit donc être retraité en fonction de cette donnée,

Document 2 :

En retenant les bons chiffres, le leverage réel est de 42,2 à la fin de ce dernier trimestre, ce qui correspond à un ratio Core Tier 1 réel de 2,4 % très loin des exigences de ce bon vieux Greenspan des chiffres de l’ordre de 10),

Document 3 :

Natixis2013 Q12013 Q22013 Q32013 Q4*2014 Q1*
1 Assets545,4552,5523,6510,1539,7
2 Equity1918,617,717,918,2
TSSDI+…-----
4 Goodwill2,82,82,765,7
5 Tangible eq16,215,81511,912,5
6 Liabilities529,2536,7508,6498,2527,2
7 Leverage (µ)32,73433,941,942,2
8 Core Tier 1 (%)3,12,92,92,42,4

Sommes en milliards d’euros. Les chiffres de ces deux derniers trimestres sont calculés à partir de ce type de données.

Comme je l’ai déjà écrit, Un petit rappel : la banque des frères Lehman a fait faillite en 2008 avec un multiple d’endettement (mon µ), le leverage, de… 32 !
Face à ces chiffres, Danièle Nouy, présidente du mécanisme de supervision bancaire européen (Supervisory Board of the Single Supervisory Mechanism) et Sabine Lautenschläger, vice-présidente de la même entité ainsi que de la BCE ne pourront que mettre en application leurs déclarations antérieures si elles veulent avoir un minimum de crédibilité…
Danièle Nouy a déclaré que toute banque qui ne respecte pas les règles prudentielles d’endettement doit être déclarée en faillite.
Sabine Lautenschläger a même déclaré que la zone euro devait être capable de définir en l’espace d’un week-end un plan de restructuration d’une banque en péril. Ainsi, avant même que les difficultés d’une banque soient vraiment connues et médiatisées, la faillite serait prononcée par le superviseur bancaire, et les comptes des déposants ponctionnés, le tout en 48 heures, conformément au nouveau mode de règlement des crises bancaires que fait avancer l’Union européenne. Ce serait en quelque sorte la “faillite préventive“, propos rapportés par Philippe Herlin, chercheur en finance, membre de l’équipe rédactionnelle de Goldbroker.com.
Natixis serait ainsi l’un des premiers dominos à tomber

Les banksters de Natixis ne parlent pas évidemment des 18,509 milliards d’euros (au 6 mai) que la Banque de France leur prête chaque jour en mettant en pension des titres dans le cadre des Certificats de Dépôt Négociables (CDN)

Document 4 :

… ni du 1,259 milliards de Bons à Moyen Terme Négociables (BMTN) auxquels il faut ajouter les milliards que leur prête la BCE qui ne cite aucun chiffre ni aucune banque bénéficiaire de ses largesses qui sont cependant visibles dans ce document publié par Natixis,

Document 5 :

Document 6 :

Un rappel encore : ce bon vieux Greenspan préconise que le leverage réel des big banks too big to fail soit inférieur à 10, non pondéré des actifs avec le montant des capitaux propres réels (les actifs nets tangibles, sans les écarts d’acquisition), et que son inverse, le ratio Core Tier 1 soit supérieur à 10 % comme le préconisent aussi la BRI, Axel Weber, l’EBA, la Fed et la Prudential Regulatory Authority du Royaume-Uni.

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 36,5 milliards d’euros ou diminuer le total du bilan (et des dettes) de… 400 milliards pour respecter les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan.

Pour l’instant, ça marche. Tout va bien : il n’y a pas eu de tsunami bancaire.
Heureusement que peu de gens lisent ce que j’écris car ça fait peur !

Cliquer ici pour voir les résultats de Natixis d’où sont extraites ces informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *