16 avril 2014 0

Crédit Suisse 1° trimestre 2014

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes, Leverage, Suisse

Les dirigeants des big banks too big to fail helvètes ont manifestement très bien compris qu’il fallait absolument diminuer leur leverage, celui de Crédit Suisse ayant atteint un sommet à 36,8 au 3° trimestre 2012, sachant que la banque des frères Lehman avait fait faillite avec un leverage de 32 !

Les chiffres de ce dernier trimestre montrent que le leverage réel de Crédit Suisse est tombé à 23,9 ce qui correspond à un ratio Core Tier 1 réel de 4,2 %,

Document 1 :

Crédit Suisse2013 Q12013 Q22013 Q32013 Q42014 Q1
1 Assets946,618919,903895,169872,806878,09
2 Equity37,82542,40242,16242,16443,23
3 Preferred st-----
4 Goodwill8,5848,5548,1147,9997,956
5 Tangible eq29,24133,84834,04834,16535,274
6 Liabilities917,377886,055861,121838,641842,816
7 Leverage (µ)31,426,225,324,523,9
8 Tier 1 (%)3,23,844,14,2

Sommes en milliards de francs… suisses.

Un rappel : le véritable leverage est obtenu en diminuant le montant des capitaux propres (sans les minoritaires) des écarts d’acquisition, c’est-à-dire en évaluant ces capitaux propres à leur juste valeur de marché, dite des actifs tangibles, sans pondérer les actifs comme le préconisent ce bon vieux Greenspan, la BRI, Axel Weber, la Fed et la Prudential Regulatory Authority du Royaume-Uni, rapporté au reste du bilan qui est constitué par définition de dettes.

Le total du bilan et donc des dettes commence à augmenter par rapport au trimestre précédent, ce qui signifie que la situation commence à s’améliorer après l’assainissement indispensable.

Document 2 :

Il faudrait encore augmenter les capitaux propres de 44,5 milliards de francs helvètes pour que Crédit Suisse respecte les règles prudentielles édictées par ce bon vieux Greenspan avec un leverage inférieur à 10, ce qui pourrait être atteint dans deux ans au rythme passé si la même politique est poursuivie.

Les petits Suisses peuvent être rassurés car leurs deux big banks too big to fail présentant des risques systémiques sont sur la bonne voie, ce qui n’est pas le cas dans l’environnement bancaire délétère de la zone euro.
Pour l’instant, tout va bien.
Cliquer ici pour lire le dernier rapport financier de Crédit Suisse.

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

15 avril 2014 0

JPMorgan Chase & Co. 1° trimestre 2014

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques américaines, Leverage

Le bilan de JPMorgan Chase & Co ne fait pas apparaitre le montant des véritables capitaux propres…

Document 1 :

qui sont publiés en annexe dans le même document (Common stockhoder’s equity, sans les minoritaires),

Document 2 :

… ce qui permet de calculer les véritables données sur l’endettement comme ce bon vieux Greenspan les a définies : le leverage réel remonte à 16,5 et le véritable ratio Core Tier 1 baisse à 6,1 %, ce qui est loin des exigences de ce bon vieux Greenspan !

Document 3 :

JPMorgan2013 Q12013 Q22013 Q32013 Q42014 Q1
1 Assets2 389,352 439,492 463,312 415,692 476,99
2 Equity197,128197,781195,512200,02204,572
3 Preferred st9,95811,45811,15811,15815,083
4 Goodwill48,06748,05748,148,08148,065
5 Tangible eq139,103138,266136,254140,781141,424
6 Liabilities2 250,252 301,232 327,062 274,912 335,56
7 Leverage (µ)16,216,617,116,216,5
8 Core Tier 1 (%)6,265,96,26,1

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 84 milliards de dollars pour que JPMorgan respecte les règles prudentielles d’endettement de ce bon vieux Greenspan, à savoir des chiffres autour de 10.

La banque est encore plombée par des écarts d’acquisition considérables résultant de la mauvaise gestion des années passées…
Une fois de plus, on constate qu’une banque qui a un mauvais leverage (nettement supérieur à 10) ne fonctionne pas normalement. Des mesures énergiques doivent alors être prises pour redresser la situation, ce qui se fait : avec un bénéfice de 5,3 milliards de dollars, JPM a un ROE de 15,0 % (annualisé), ce qui est parfait pour une entreprise non bancaire.

Cliquer ici pour lire les données du dernier trimestre de JPMorgan Chase.

Mots-clés: , , , , , , , , ,

15 avril 2014 0

Wells Fargo 1° trimestre 2014

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques américaines, Leverage

Wells Fargo est une fois encore l’un des meilleurs élèves de la classe des big banks américaines et des banques systémiques mondiales (en deuxième position) car, non seulement cette banque respecte presque les exigences des règles prudentielles d’endettement édictées par ce bon vieux Greenspan avec un multiple (mon µ, le leverage en anglais) de 10,7 en cette fin de dernier trimestre, ce qui correspond à un véritable ratio Core Tier 1 de 9,4 %, mais encore, elle est rentable avec un bénéfice de 5,6 milliards de dollars sur le trimestre, ce qui fait un ROE (annualisé) de 16,9 % sur le montant de ses véritables capitaux propres, supérieur à la norme de 15 %, ce qui est plus que parfait !

Document 1 :

Wells Fargo2013 Q12013 Q22013 Q32013 Q42014 Q1
1 Assets1 436,631 440,561 488,061 523,501 546,71
2 Equity162,086162,421167,165170,142175,654
3 Preferred st22,84919,28421,22821,00517,317
4 Goodwill25,63725,63725,63725,63725,637
5 Tangible eq113,6117,5120,3123,5132,7
6 Liabilities1 323,031 323,061 367,761 400,001 414,01
7 Leverage (µ)11,611,311,411,310,7
8 Tier 1 (%)8,68,98,88,89,4

Sommes en milliards de dollars.

Le montant des véritables capitaux propres augmente régulièrement de trimestre en trimestre, ce qui est parfait, mais le total des dettes augmente à nouveau un peu, ce qui montre que l’activité de cette banque repart, sur de bons fondamentaux,

Les chiffres retenus pour les calculs du leverage sont les actifs tangibles c’est-à-dire les capitaux propres diminués des actions de préférence, du goodwill et des minoritaires selon les règles édictées par ce bon vieux Greenspan, sans pondérer les actifs, comme c’est la cas avec le ratio Tier 1 et comme le préconise lui-aussi Axel Weber ainsi que la BRI (le fameux Bâle I) et la Prudential Regulatory Authority du Royaume-Uni,

Document 2 :

Comme je l’ai déjà écrit, évidemment, la meute des pires idiots nuisibles ne peut que se déchainer contre les banques, surtout celles des Etats-Unis, ce qui leur assure un succès facile et garanti auprès de leurs innombrables congénères.

Document 3 :

Il est curieux de constater que les moyens de communication les plus modernes et les plus sophistiqués ne conduisent pas à une meilleure connaissance des problèmes économiques et financiers (comme le prédisait ce bon vieux Greenspan) mais à l’obscurantisme le plus total, le retour aux croyances les plus folles, sans aucun rapport avec la réalité. C’est le triomphe de l’absence totale de réflexion, des réactions panurgistes de l’immédiat (avec par exemple les Tweets, Facebook, etc.).
Cependant, ces idiots a priori inutiles deviennent miraculeusement utiles car ils alimentent la spéculation gagnante qui est basée sur des analyses justes
.

Cliquer ici pour voir les résultats de Wells Fargo pour ce dernier trimestre.

Mots-clés: , , , , , , , , , ,

14 avril 2014 3

Citigroup 1° trimestre 2014

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques américaines, Leverage

Citigroup reste à la première place des banques les plus vertueuses de la liste des banques systémiques mondiales (Wells Fargo reste numéro 2) avec un leverage réel de 10,2 très proche de la limite autorisée de 10 correspondant à un ratio Core Tier 1 réel de 9,8 % contre un minimum de 10 % encore en amélioration par rapport aux trimestres précédents, d’après les chiffres publiés, et sans tricher !

Document 1 :

Citigroup2013 Q12013 Q22013 Q32013 Q42014 Q1
1 Assets1 881,731 883,991 899,511 880,621 894,74
2 Equity190,222191,633195,603197,601201,244
3 Preferred st3,1374,2935,2436,7387,218
4 Goodwill25,47424,95825,09825,00925,008
5 Tangible eq161,611162,382165,262165,854169,018
6 Liabilities1 720,121 721,611 734,251 714,761 725,72
7 Leverage (µ)10,610,610,510,310,2
8 Tier 1 (%)9,49,49,59,79,8

Sommes en milliards de dollars.

Ces indicateurs s’améliorent de trimestre en trimestre. Ils sont obtenus en appliquant les règles de bonne gestion préconisées par ce bon vieux Greenspan.

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 2,5 milliards de dollars seulement pour les respecter.

Avec un bénéfice trimestriel de 3,9 milliards de dollars, le ROE est de 9,2 % calculé sur les actifs nets tangibles, ce qui est inférieur aux normes (15 %) mais comme les fondamentaux sont bons, les gens de Citigroup montrent qu’une grande banque peut être fiable et rentable.

Document 2 :

Partout dans le monde, les autres grandes banques ne respectent donc pas les règles de bonne gestion prudentielle d’endettement, ce qui est particulièrement dangereux.
La situation est encore pire dans la vieille Europe comme le montrent les chiffres des leverages réels et le blocage du marché interbancaire.

Cliquer ici pour lire le dernier rapport financier de Citigroup.

Mots-clés: , , , , , , ,

14 avril 2014 8

Et 500 millions de + pour la CQ et les chômeurs vendredi !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

Pas de limite à la générosité de la Banque de France qui a terminé la semaine dernière en prêtant encore généreusement vendredi 543 millions d’euros en plus à la CQ et aux chômeurs… presque discrètement en Billets de Trésorerie Négociables (BTN) qui font partie des Titres de Créances Négociables (TCN). Rien de tout cela n’est inscrit dans les comptes envoyés à Bruxelles ou Berlin,


Tout va bien. Carpe diem.

Mots-clés: , ,

11 avril 2014 11

Et 1 milliard de + pour la CQ et les chômeurs hier !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

Pas de limite à la générosité de la Banque de France qui a encore prêté généreusement presque un milliard d’euros hier en plus à la CQ et aux chômeurs… presque discrètement, du moins, rien de tout cela n’est inscrit dans les comptes envoyés à Bruxelles ou Berlin,


Tout va bien. Carpe diem.

10 avril 2014 15

Les Danaïdes de la CQ

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

Pour rassurer les gens inquiets qui risquent d’en être malades, je suis obligé de leur rappeler que la CQ a emprunté 3,6 milliards d’euros hier à la Banque de France au titre des Billets de Trésorerie Négociables (BTN) car elle ne pouvait plus tenir sans cette perfusion d’urgence,


La BdF paie. Personne ne voit rien. Tout va bien.

Cliquer ici pour voir les derniers chiffres des Titres de Créances Négociables(TCN) publiés par la Banque de France.

Mots-clés: , ,

7 avril 2014 18

Et 1,3 milliard de + pour la CQ

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Non classé

La Banque de France a (encore) prêté 1,3 milliard d’euros de plus à la CQ vendredi dernier au titre des Billets de Trésorerie Négociables (BTN),


Elle est de plus en plus malade avec cette dette de 15 milliards d’euros plus ou moins bien cachée qui enfle de semaine en semaine. Heureusement personne n’en parle !

Tout va bien.

Cliquer ici pour accéder aux chiffres de la Banque de France sur les Titres de Créances Négociables (TCN).

Mots-clés: ,

4 avril 2014 13

Richard Fisher et les réserves des banques à la Fed

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, Europe, Monétarisme

Richard Fisher a confirmé ce que j’ai écrit maintes fois, à savoir que la Fed n’a pas créé d’argent non gagné en menant sa politique monétaire dite accommodante. Donc pas de création monétaire, pas de planche à billets mais de l’argent gagné qui circule : de la circulation monétaire.

En effet, il est évident que les 2 320 milliards de dollars consacrés à l’achat de bons du Trésor et les 1 603 milliards de bons hypothécaires…

Document 1 :

sont financés essentiellement par les dépôts de 2 749 milliards de dollars effectués par des institutions financières, à savoir essentiellement par des banques, ce qui est exceptionnellement élevé, et par 1 227 milliards en billets, ce qui entre dans la norme, cf. mes articles à ce sujet,

Document 2 :

Ce qui est nouveau et hors normes, ce sont les 2 700 milliards de dollars déposés par les banques à la Fed (au titre de réserves),

Document 3 :

Richard Fisher en donne une explication simple et claire : les banques (surtout les grandes banques) préfèrent placer leurs réserves rémunérées à des taux très bas sans risque à la Fed plutôt que de les prêter à des taux plus élevés mais peu rémunérateurs et à risques à des entreprises.

De plus, les règles prudentielles adoptées par les autorités les obligent à conserver des réserves importantes pour faire face à toute situation problématique.

Par ailleurs, les entreprises non financières ayant restauré des bénéfices normaux et une trésorerie abondante n’ont pas besoin d’emprunter auprès des banques pour investir normalement car elles bénéficient des taux bas (leurs charges financières sont ainsi très faibles).

Cette situation des banques américaines est totalement différente de celle des banques de la zone euro qui ont besoin de 640 milliards d’euros généreusement prêtés par la BCE (plus 330 milliards par la Banque de France !) pour survivre car elles ne respectent pas les règles prudentielles d’endettement.

Tout est simple, clair, évident. Seuls les innombrables idiots inutiles continuent à prétendre le contraire de tout ceci…

Cliquer ici pour lire un article de Marketrealist.com sur les déclarations de Richard Fisher sur ce thème.

Depository institutions are banks such as Citigroup, JP Morgan, and Wells Fargo. Usually, excess reserves signify a weak lending environment in the sense that banks prefer to hold deposits with the Federal Reserve Banks at very low rates of interest instead of lending to businesses at a much higher.

Mots-clés: , , , , , , , , , , ,

3 avril 2014 9

Organismes asociaux, nomenklatura : ça va mal !

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France

Depuis l’adoption de l’euro, la Banque de France a été obligée d’intervenir de plus en plus afin de soutenir les Gos banques en leur prêtant généreusement et plus ou moins discrètement jusqu’à… 615 milliards d’euros début 2009 pour qu’elles ne s’écroulent pas (et surtout pour que la France puisse survivre !) par l’intermédiaire des Titres de Créances Négociables (TCN), ce qui est peu connu et elle prête maintenant des milliards aux organismes asociaux, surtout avant ces dernières élections : 10 milliards de plus en un mois pour la CQ et pour les chômeurs qui votent à gauche au titre des Bons de Trésorerie Négociables (BTN), un total de 22 milliards au… 2 avril,

Document 1 :

Document 2 :

Heureusement, je suis le seul, à ma connaissance, à m’inquiéter de ces dérives qui sont un exemple parmi d’autre d’argent non gagné distribué au bon peuple ignare…

Pour l’instant, tout va bien, pas de tsunami bancaire.

Cliquer ici pour accéder aux pages de la Banque de France d’où sont tirées ces données.

Mots-clés: , , , , , , , , , , ,