Balance des paiements : août (France)

La Banque de France vient de publier les chiffres de la balance des paiements du mois d’août 2012. Tout le monde devrait en parler car c’est très important…

La balance des transactions courantes qui synthétise le résultat de l’ensemble des activités courantes d’une nation vis-à-vis du reste du monde montre une dégradation étonnamment régulière depuis que la Banque de France publie ces chiffres, c’est-à-dire depuis le début de l’euro-système, quelle que soit la couleur du gouvernement avec un déficit de 4,0 milliards d’euros pour ce dernier mois,

Graphique 1 :

L’ardoise se monte maintenant à 197,1 milliards d’euros depuis mars 2005, nouveau record,

Graphique 2 :

Les conséquences en sont occultées par l’existence de la zone euro et par les achats massifs de mauvais bons du Trésor français par des investisseurs à l’étranger, imprudents, ignares et crédules qui commencent à se méfier quand même de ce cochon de pays du Club Med.

Le déficit de la balance commerciale de ce mois a été de 5,7 milliards d’euros contre 4,3 milliards le mois précédent et des excédents de 18,3 milliards pour l’Allemagne !

Graphique 3 :

C’est à nouveau le grand plongeon mais aucun journaleux, aucun bonimenteur n’en parle.

Depuis juillet 2011, ce déficit fluctue aux alentours de 70 milliards d’euros sur les 12 derniers mois avec des records historiques atteints en octobre 2011 à 74,4 milliards,

Graphique 4 :

Depuis juin 2004, le cumul des déficits des biens seuls atteint un nouveau record de 376,5 milliards d’euros,

Graphique 5 :

Comme la France n’est plus compétitive vis-à-vis de l’étranger, surtout avec un euro fort, les entreprises étrangères ont peu investi en France (4,2 milliards d’euros) et les entreprises françaises ont peu investi à l’étranger : 3,6 milliards, la tendance du déficit des IDE (Investissements Directs Etrangers) se poursuit depuis l’adoption de l’euro,

Graphique 6 :

Depuis juillet 2011, le cumul des déficits des IDE fluctue autour de 620 milliards d’euros (depuis l’adoption de l’euro), somme vertigineuse dont personne ne parle !

Graphique 7 :

Comme je l’ai écrit à maintes reprises, les déficits des différentes rubriques de la balance des paiements sont obligatoirement compensés par des transferts comptabilisés dans cette rubrique absconse N.4.700. Compte financier, Autres Investissements, Transactions nettes, France vis-à-vis du reste du monde, Solde, Non CVS-CJO, Mensuel, correspondant à la dette nette de la France vis-à-vis de l’étranger quand les transferts de capitaux libres ne peuvent pas le faire.
Le montant de la dette nette apparente de la France est maintenant redevenu proche de zéro, ce qui est moins inquiétant en apparence que pendant les grandes turbulences financières,

Graphique 8 :

Comme je l’ai écrit précédemment, ces transferts proviennent des excédents allemands, des investissements en portefeuille en France d’opérateurs à l’étranger et indubitablement par le rapatriement de milliards de dollars empruntés par les Gos banques françaises aux Etats-Unis pour ne pas être en défaut de paiement dans cette devise ce qui cache l’ampleur des déficits réels (plus de 1 000 milliards d’euros !).

Et pour terminer joyeusement, il ne faut pas oublier que les erreurs et omissions de la Banque de France (rubrique 4.998) sur la balance des paiements peuvent fluctuer de plus de 50 milliards d’euros d’un mois sur l’autre (en plus ou en moins) !!!

Graphique 9 :

L’€URSS est une machine infernale ingérable que plus personne ne maitrise. Les banques centrales de l’euro-système enregistrent normalement les transactions courantes mais un certain nombre d’opérations intra-communautaires échappent à leur contrôle.
C’est avancer les yeux fermés au bord du gouffre.

17 réflexions sur “Balance des paiements : août (France)”

  1. Ben quoi ? Des erreurs ou omissions à 50 milliards d’euros sur un mois ? Who cares ? Comme on dit, ça va ça vient…..

    Quelle tristesse….

    Ceci dit, cela fait plusieurs jours (semaines…) que l’on commence à entendre et lire qu’il faut “redynamiser” notre commerce extérieur. Ouf, il était temps !

  2. C'est Jean-Baptiste !

    Dans un monde sensé, on emprisonnerait sur le champs Barroso (ex étudiant gauchiste activiste ayant été récupéré et formé par la …), Van Rompuy et toute leur clique !

    1. Pfutt ! : on n’est plus du tout dans un monde sur le plancher des vaches !, et malheureusement, il faut faire avec !, ou pouvoir ficher le camps, pour ceux qui le peuvent !.
      Certains, de la “société civile’ essaie de fabriquer des radeaux de sauvetage. Vu l’ogre étatique, ses règlements, ses lois ubuesques, les spoliations déguisées !, en France !,
      A un certain âge, mais mon Dieu, que la mort est douce en comparaison de ce qui va se produire !!!!!!!!!!!!!!!!!!.

  3. “Les mauvais bons du Trésor français”… parce qu’il y en a des bons bons du Trésor français ? Ou alors, c’est un pléonasme ? Proposition d’écriture : Les bons (mauvais) du Trésor français…

    1. Génial Josick !. Je profite du site de JP ( j’espère qu’il sera ok ! ) pour te demander quand pourras-tu ouvrir à nouveau un site. Je sais tout ce que tu as traversé. Courage !. Bien à Toi. Ninou.

    2. Les “bons bons” du Trésor Français sont à lire comme les “bonbons” du Trésor…
      Trésor qui en croque d’autres, de bonbons, à commencer par ceux qui sont imposables… Voilà.

  4. C’est le supplice que l ‘écartèlement . Mais qui est le supplicie ? La RFA ou les Piigs + F ?

    Les français sont tous très attaches a l’€ ( j ‘ interroge tous les jours les gens que je rencontre ) . Attachement au projet politique et aux vertus stabilisatrices de cette monnaie .

    J’ai cependant l’impression que les pays de l’€ ne partagent pas tous le même référentiel économique pour gérer la monnaie : certains sont monétaristes , d’autres Keynisiens voir Marxiste . Y a t il consensus au sein de la BCE ?

    Pouvons nous sortir de l’€ ? Les pays abandonnes ne risquent t il pas de tomber dans un sous développement. Inextricable ? ( population vieillissante , désindustrialisation , dettes , déficits ) .

    Question plus égoïste : que faire de ses € : soutenir le système , acheter du USD , du Aud , du RMB , de l ‘or , des actions , du property us ou asiatique ? .

    Des milliards de questions …. Merci

    1. On est croyant dans le catéchisme de l’Etat, ( des Etats ), ou on l’est en les Sciences avérées !.
      Après ?…. ce que feront les “Rois” et leur staff ? ………. .
      Il est facile de brûler sur le brûcher un hérétique qui explique, preuves à l’appui, que non !, çà ne fonctionne pas comme çà !.
      A méditer !…………….

  5. @Julien Certes redynamiser le commerce extérieur…
    Mais croyez vous qu’ils aient compris que pour cela il faut lacher l’euro. Sans lacher l’euro , nos Banques centrales ne sont pas à la hauteur, ni la BCE, et vous pensez réellement que tant que l’euro reste au dessus de 1.2 on pourra redynamiser l’éco?
    Le jour ou j’entendrai “il faut relancer l’industrie, sortons de l’euro” là je me dirai qu’enfin quelqu’un à un minimum d’honnêteté et de culture parmis tous ces ignares inutiles qui tournent autour du pot en regardant le fond et en disant.. “ouh c’est profond on sait pas nager on va pas plonger” hahha quelle bande d’incultes ces politiciens !!

    1. @ Julien et Magaja :

      Chers amis internautes, le mal est plus grand encore que ce que vous semblez comprendre :

      1. “redynamiser le commerce extérieur”…

      Pour cela, il faut une économie composée de forces vives : où restent-ils des forces vives en France ? Chez les retraités ? Chez les 3 millions d’artisans qui ont du mal à joindre les 2 bouts ? Chez les 3 millions de TPE qui sont au bord du gouffre ? Chez les autoentrepreneurs dont l’utilité consiste seulement à ne pas laisser poindre la réalité d’un chômage à 18% ? Chez Force Ouvrière ? …

      2. “…tant que l’euro reste au dessus de 1.2 on pourra [pas] redynamiser l’éco?”

      L’euro est une problématique monétariste. Ce qui a peu de choses à voir avec l’économie réelle composée d’entreprises réelles. L’euro est le dernier des soucis de la France, et non le 1er. La France a d’abord et avant tout un problème avec le travail et non avec sa monnaie. L’euro est un problème pour les allemands qui doivent payer pour les autres. Les allemands ont une économie forte AVANT et APRES l’euro ! Contrairement à la France dont le sursis – n’en déplaise aux déçus de l’euro desquels je fais partie – n’a été possible justement que… grâce à l’euro (qui fait que les marchés continent de prêter à la France en dépit de tout bon sens).

      L’étude récente de la Bundesbank montre qu’à horizon 2030 :
      – En %, la middle class US va croître de 2%, en nombre elle va décroître,
      – En %, la middle class Euro va croître de 2%, en nombre elle va décroître,
      – En % et nombre, la middle class Afrique du Nord va croître légèrement,
      – En % et nombre, la middle class Subsaharienne va croître légèrement,
      Quand…
      – En % et nombre, la middle class Pacifique va + que DOUBLER !

      Ce qui, au passage, a été explicitement décrit par notre hôte Jean-Pierre Chevallier dans un post dont j’ai oublié le titre et la date, mais que je situerai à environ 1 an en amont de jour. Je me souviens des termes de JP Chevallier : “L’avenir est à la zone pacifique”.

      Voilà.

  6. On doit rêver avec les questions que certains posent. Les ignares européens, communs des mortels, fonctionnaires pour une grande partie, ont bien compris que lacher l’euro serait néfaste pour leur propre vie.
    Mais l’intérêt commun n’est pas là, alors tentez de convaincre vos amis que l’euro ne s’arrête pas à leur porte monnaie mais à une valeur commune, et un équilibre budgétaire et économique. C’est compliqué, certes, mais utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *