Balance des paiements (janvier) : crise et déficits, suite sans fin…

La Banque de France vient enfin de publier les chiffres de la balance des paiements de ce dernier mois avec une semaine de retard. Tout le monde devrait en parler car c’est très important…

La balance des transactions courantes qui synthétise le résultat de l’ensemble des activités courantes d’une nation vis-à-vis du reste du monde montre une dégradation étonnamment régulière depuis que la Banque de France publie ces chiffres, c’est-à-dire depuis le début de l’euro-système, quelle que soit la couleur du gouvernement, avec un déficit de 4,5 milliards d’euros pour ce dernier mois de janvier contre 1,2 milliards le mois précédent

Document 1 :

… soit 241,1 milliards d’euros de déficits cumulés depuis 2005, nouveau record !

Document 2 :

Ces déficits sont causés essentiellement par ceux de la balance commerciale : 5,9 milliards d’euros pour ce dernier mois (5,7 milliards d’après la Douane !) contre des excédents de 17,2 milliards pour l’Allemagne !

Document 3 :

Le déficit est de l’ordre de 60 à 65 milliards d’euros en moyenne sur les 12 derniers mois contre un excédent de presque 200 milliards pour l’Allemagne !

Document 4 :

Depuis juin 2004, le cumul des déficits des biens seuls atteint un nouveau record historique de 472,5 milliards d’euros ! No limit !

Document 5 :

Les déficits de la balance commerciale s’expliquent en grande partie par l’euro fort.
Comme la France n’est plus compétitive vis-à-vis de l’étranger et que la crise s’accentue en France et dans ces autres cochons de pays du Club Med, les entreprises étrangères investissent peu en France (508 millions d’euros) et les entreprises françaises ont davantage investi à l’étranger (1,7 milliards)… la tendance du déficit des IDE (Investissements Directs Etrangers) se poursuivant depuis l’adoption de l’euro,

Document 6 :

Les déficits cumulés des Investissements Directs Etrangers sont de l’ordre de 600 milliards d’euros depuis l’adoption de l’euro,

Document 7 :

Au total, ce sont donc plus de 1 000 milliards d’euros de déficits qui se sont accumulés depuis ces dernières années.
Avant, du temps du système de Bretton Woods, tout le monde, de la ménagère au président de la République, savait que les déficits de la balance commerciale allaient entrainer une dévaluation, ce que s’est empressé de faire Pompidou juste après son élection (une dévaluation de 12,5 % le 8 août 1969), ce qui a permis de prolonger la croissance jusqu’à la fin des 30 Glorieuses.

Maintenant, plus, personne ne comprend ces problèmes économiques simples.
C’est avancer les yeux fermés au bord du gouffre.

Une petite précision : ces déficits sont occultés par l’euro-système et par les investissements en portefeuille d’étrangers en titres français, en particulier en mauvais bons du Trésor, si bien que la balance des paiements est paradoxalement équilibrée principalement par la dette publique souscrite par des étrangers !
Ça marche, du moins tant qu’il n’y a pas de tsunami bancaire.
Les Français sont des veaux. Le réveil sera douloureux.

Pour terminer joyeusement : notons que les grosses têtes de la Banque de France ont 7,3 milliards d’euros en trop dans leurs comptes !

Document 8 :

Ces chiffres sont ceux qui sont publiés par la Banque de France dans le cadre de ses séries longues. Une nouvelle méthode de comptabilisation de certaines activités entrera en vigueur à l’avenir selon les préconisations du FMI. Elle présentera l’avantage de minorer les déficits de la balance commerciale…
Le village Potemkine français sera ainsi repeint pour le plus grand plaisir de la nomenklatura.

Cliquer ici pour voir la page des données de la Banque de France sur la balance des paiements.

1 réflexion sur “Balance des paiements (janvier) : crise et déficits, suite sans fin…”

  1. J’imagine que le travail sera titanesque mais…. avez-vous accès aux mêmes infos pour les poids lourds de la zone € (en PIB) pour pouvoir mettre en comparaison les IDE et les balances ? (Allemagne, Italie, Espagne ?).

    Et des infos de la BOA pour nos amis Brittons ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *