Bank of New York Mellon 4° trimestre 2013

Le total du bilan de Bank of New York Mellon est relativement modeste pour les Etats-Unis mais elle fait partie des banques systémiques (SIFIs) de la BRI.

Son multiple d’endettement est beaucoup trop élevé à cause de ses écarts d’acquisition : son leverage réel est de 19,9 correspondant à un ratio Core Tier 1 réel de 5,0 %,

Document 1 :

Bk of New York Mellon2012 Q42013 Q12013 Q22013 Q32013 Q4
1 Assets358,99355,942360,505371,952374,31
2 Equity36,43135,96635,88236,95937,521
3 Preferred st1,0681,0681,5621,5621,562
4 Goodwill18,07517,9217,91918,02518,073
5 Tangible eq17,28816,97816,40117,37217,886
6 Liabilities341,702338,964344,104354,58356,424
7 Leverage (µ)19,8202120,419,9
8 Tier 1 (%)5,154,84,95

Sommes en milliards de dollars.

Les dirigeants de Bank of New York Mellon ne parviennent pas à améliorer la situation. Il faudrait augmenter les capitaux propres de 16 milliards de dollars pour que cette banque respecte les règles prudentielles d’endettement édictées par ce bon vieux Greenspan.

Document 2 :

Malgré quelques mauvais multiples d’endettement de certaines banques, le système bancaire américain fonctionne normalement aux Etats-Unis : la banque centrale n’est pas obligée de se substituer aux marchés comme dans la zone euro.

Evidemment, ce genre d’analyse passe mal auprès des fanatiques anti-banques et anti-américains.

Cliquer ici pour voir le communiqué de la banque sur ses derniers résultats financiers.

1 réflexion sur “Bank of New York Mellon 4° trimestre 2013”

  1. Jeudi 16 janvier 2014 :

    Quelles sont les banques en faillite en Europe ?
    Réponse :
    1- Médaille d’or : les banques irlandaises.
    2- Médaille d’argent : les banques grecques.
    3- Médaille de bronze : les banques espagnoles.

    La Banque de Grèce (BdG) a estimé jeudi que les banques grecques pourraient avoir besoin de nouveaux capitaux après leur recapitalisation en 2013 en raison surtout du nombre élevé des créances douteuses.

    “Le remboursement tardif des prêts pourrait conduire à la réduction des capitaux des banques et à la nécessité de (nouveaux) capitaux pour assurer les provisions élevées” concernant les créances douteuses, a estimé Georges Provopoulos, gouverneur de la BdG devant une commission parlementaire sur l’économie.

    La Grèce figurait en décembre 2012 en deuxième position sur la liste des prêts non remboursés des pays membres de l’Union européenne, derrière l’Irlande, avec un taux de 24,4%, selon une étude du cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers (PwC).

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/afp-00577412-grece-les-banques-pourraient-avoir-besoin-de-nouveaux-capitaux-643487.php

    Le montant des créances douteuses en Espagne est au plus haut depuis… 1962.

    Le volume des créances douteuses des banques espagnoles continue de gonfler. Ces créances, surtout présentes dans l’immobilier (crédits de promoteurs et de particuliers risquant de ne pas être remboursés), s’élevaient à 192,504 milliards d’euros en novembre, soit un taux de 13,08%.

    En décembre 2012, le taux et le montant des créances douteuses avaient baissé pour la première fois en 17 mois, après le transfert des actifs des quatre banques nationalisées vers la Sareb. Mais il est depuis reparti à la hausse et se maintient à un niveau record depuis le début de la série statistique, en 1962.

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/20140117trib000810197/le-montant-des-creances-douteuses-en-espagne-est-au-plus-haut-depuis-1962.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *