BCE : les Marioles perdent 123 milliards € !

A la fin de ce 2° trimestre, au 28 juin, le bilan de la BCE montre que ses Marioles ont fait perdre 123 milliards € aux malheureux euro-zonards !
En effet, la valeur du stock d’or détenu par la BCE a baissé de 115 milliards du fait de la chute de prix de l’or et de ventes d’une banque centrale anonyme d’un pays membre (qui c’est ?!) et de pertes en devises,

Document 1 :

Par ailleurs, Angela a encore dû remettre 8 milliards d’euros dans les caisses de la BCE pour équilibrer son bilan à la place de banques publiques car leurs patrons se montrent moins dociles,

Document 2 :

Heureusement, personne n’en parle ! Les Marioles peuvent continuer à faire les marioles.

22 réflexions sur “BCE : les Marioles perdent 123 milliards € !”

  1. fayitos délicalisos en gréços

    merci pour cet article très instructif

    à priori, tout est “under controll” et ça pétera quand ils le voudront
    vu les artifices utilisés.

    mais pour être pragmatique…
    les faillites c’est en octobre et en décembre… vu l’histoire

    vous croyez qu’on y assistera en cette belle année 2013 ou que ce sera retardé pour 2014 le grand boom ?

    1. j’ai pas saisi

      qu’enends-tu par dossier, julien ?
      tu élabores le plan de nos mariols ? Tu fais un achat de quelque chose ?

      moi je dis que boom dévaluation en 2015 de 30% suite à une massive dépréciation d’actifs qui sera annoncée à la BCE c’est par hasard si les gentils brusseleux ont donnée deux ans à la france
      d’ici là cash is encore king si des gens bradent terrain et voiture pour raison de couteau sous la gorge

      et en 2015, chute de l’euro, de 30% soit un euro = un dollar
      fusion des zones commerciales par le grand marché dont personne ne parle
      et pour lequel personne ne nous demande notre avis.

      Tu le vois comme ça aussi, julien ?

  2. Bonjour,

    Vous y allez un peu fort JPC, il s’agit d’une dépréciation d’actifs que l’on retrouve principalement dans la ligne 11 du passif., comptes de réévaluation, et non pas une perte. Tant que ce poste n’est pas négatif, il n’y a pas de pertes. Pour l’instant il y a même du bénéfice (est-il seulement sur les actifs en or ???).
    Cela corrobore mes recherches, à ce montant cela représente env.10 880 tonnes, on trouve sur internet des valeurs autour de 500 t. pour le stock de la BCE. D’ou vient le reste ? Mystère. N’y aurait-il pas des stocks comptés 2 fois ( à la BCE et dans une autre banque centrale de la zone ?).

  3. Un organisme connaît cinq phases :
    1- La naissance.
    2- La phase ascendante.
    3- La phase de plateau : l’organisme est alors à son zénith.
    4- La phase descendante : l’organisme commence à vieillir, tout se déglingue.
    5- La mort.

    J’interprète la construction européenne de la même façon :

    1- La naissance : 25 mars 1957, signature du traité de Rome.
    2- La phase ascendante : 1957 – 1992. La construction européenne monte en puissance.
    3- La phase de plateau : 1992 – 2008. Avec le traité de Maastricht, avec la suppression des frontières intérieures et avec la monnaie unique, la construction européenne est alors à son zénith.
    4- La phase descendante : 2008 – ???
    La crise financière de 2008 est devenue une crise économique, une crise sociale, une crise politique. Elle a montré au monde entier que, face à la crise, la soi-disant “solidarité européenne”, c’était du pipeau.

    Elle a montré au monde entier que, face à la crise, chaque nation européenne revient dans le monde réel :
    – le sentiment national, ça existe ;
    – l’égoïsme national, ça existe ;
    – la raison d’Etat, ça existe.

    Par exemple, les budgets de chaque nation européenne continuent à augmenter, en pourcentage du PIB. Mais en revanche le budget de l’Union Européenne, lui, est en baisse !

    Pour la période 2007-2013, le budget de l’Union Européenne était au niveau ridicule de 1,10 % du PIB de l’Union Européenne. Pour la période 2014-2020, il baissera au niveau minable de 1 % du PIB !

    La Commission européenne et le parlement européen voulaient faire augmenter le budget à 1083,3 milliards d’euros. Mais les chefs d’Etat et de gouvernement ont refusé : ils ont exigé de le faire baisser au niveau minable de 960 milliards d’euros pour la période 2014-2020 !

    L’égoïsme national l’a emporté, comme d’habitude.

    http://www.20minutes.fr/economie/826126-budget-2012-europe-impose-rigueur

    C’est la phase descendante.

    Tout se déglingue.

    Au Portugal, en Irlande, en Italie, en Grèce, en Espagne, à Chypre, en Slovénie, tout se déglingue.

    Aujourd’hui, la périphérie tombe en ruines. Demain, le coeur de l’Union Européenne sera touché à son tour.

    Chaque nation reprendra le contrôle de ses lois nationales, chaque nation reprendra le contrôle de ses frontières nationales, chaque nation reprendra le contrôle de sa monnaie nationale, etc.

    L’Union Européenne se dirige tranquillement vers sa mort.

  4. primo que l’UE et l’Euro crèvent. Secundo tous ces banques sont composées non pas de fonctionnaires et de retraités (puisque parait il tout est de leur faute) mais de managers issus des grands écoles américaines ou européennes. Ce qui prouvent que ces gens là sont nuls malgré leurs grands airs. La Dexia, le Crédit Lyonnais, la SG, le Crédit Agricool sont infestés de managers qui se la racontent mais sont nuls. Et que dire des compagnies d’assurance. Ce monde pue. Jean Pierre Rondeau a réglé leur compte à Fekete et Jovanovic les hérauts de l’achat de métaux précieux : bravo.

      1. Et oui Jules !, les énarques et copains s’attribuent les postes stratégiques entre eux, ainsi ils sont à peu près certains de tout contrôler pour continuer à vivre grassement et pépères ! ; du moins tant que les peuples (abêti par eux et friands de beaux discours démagogiques ) et ne comprennent rien à rien et donc restent sages… comme des moutons !.

  5. Je serait moins sévère que vous avec le professeur Fekete car il a l’histoire pour lui.Toutes les expériences de monnaies ne reposant pas sur une ou plusieurs matières premières se sont toujours mal terminées.Maintenait pour l’autre monsieur dont vous parler il est proche de certains milieux d’extrême droite donc je ne partage pas ses opinions.Si enfin on avait des banquiers centraux sérieux comme au Liban ou au Canada le monde irait nettement mieux…Avec des effets de leviers raisonnables et une responsabilité personnelle en cas de faillite , de négligences , d’erreurs ou de fraudes tout irait pour le mieux!J’étends cela aussi aux assureurs…

  6. Ne vous tracassez pas pour l’or Mr Chevallier. On nous avait fait le coup en 73, en 2008… On connait la chanson. Par contre, je ne vous entends pas sur la remontée violente des taux des Treasuries. C’est pourtant beaucoup moins anecdotique. Ca aussi, ca va en faire, des pertes. 151 milliards de dollars, à la différence que l’or remontera quand le risque systémique va refaire son retour dans quelques mois, tandis que c’est la fin d’un bull market de 30 ans pour les obligs.

    http://finance.fortune.cnn.com/2013/06/26/fed-bernanke-bonds-losses/

    On assiste en direct à la fin du keynésianisme Mr Chevallier. Au lieu de vous en prendre systématiquement à la BCE (aussi bancale que toutes les autres banques centrales, pour tous les analystes sérieux), soyez moins buté. Sinon, j’ai peur que votre blog ne puisse fêter son 5e anniversaire.

    1. Cher Joachim, nous n’avons pas la même lecture de ce blog de Chevallier…
      Pour ma part, en étant un lecteur depuis le début ET n’oubliant aucun des posts essentiels, il apparaît que le travail de Chevallier renseigne assez bien (pour qui sait lire entre les lignes) sur le travail de la FED et consorts : ils pilotent de façon assez magistrale (n’en déplaise aux Cassandres toujours hors sujet) les taux d’intérêts, décident du timing et de la politique des états privés de leurs souverainetés. La stratégie de US Corporate et ses serviteurs (élus aux US, nommés en EU…) consiste à affaiblir les marchés externes pour mieux les investir à terme. Personnellement, j’ai compris depuis que les US se sont méchamment attaqués à la Suisse que le seul paradis fiscal, à terme, sera les US. @ suivre…

      1. Je partage absolument votre point de vue Jules.
        Celà me fait rire ( à défaut de pleurer !!!!! ) quand je lis certains intervenants occasionnels traiter ici JP de “pro-américain” et que sais-je encore,. et colporter leur vision étroite, obtuse, sur d’autres sites.

  7. Bonjour,

    Nous n’aurons pas de dévaluation sévère de l’or sans déflation. Nous assistons pour le moment à un mouvement de correction qui n’a même pas retracé 38.2 de la dernière vague haussière. Un réel rebond va avoir lieu avec la volatilité. Nous sommes proche de niveau supports majeurs sur l’or, et toute la zone des 1000/1200 sera fortement défendue. Une réelle mise à mal de l’or serait effective avec un retour à 800 Euros.
    Sans compter que l’or physique, et par exemple le napoléon, n’a pas retrouvé son niveau bas de 172 EUros qui correspondrait au cours actuel de l’or papier. On a donc une décorélation notable entre les deux.
    L’or n’est pas un actif comme les autres à ce jour. Il ne se comporte pas seulement comme une MP.

    1. “L’or baisse dans un environnement déflationniste”. Encore une idée reçue véhiculée par les “économistes”, alors qu’il n’y a aucune corrélation. Il suffit de voir comment l’or s’est comporté dans les années 30, en 2008.

      http://www.mineweb.com/mineweb/content/en/mineweb-gold-analysis?oid=86086&sn=Detail

      Tout ça car ils traitent les MP comme des matières premières, alors qu’il s’agit d’une monnaie. Vous pouvez acheter du pétrole avec de l’or, l’utiliser comme collateral. Essayez donc avec du coton…

      1. fayitos, dieu grec des maths

        c’est dingue comme les gens qui ne comprennent rien aux mathématiques de base
        se laissent influencer par les pentes apparentes qui sont crées artificiellement par des échelles disproportionnées l’une par rapport à l’autre (60 ans en durée, rapport de 1,5 à 2,1 sur l’autre axe)

        entre 2.1 et 15 avec un flux normal à 1.7 depuis 50 ans et plus… il n’y a donc pas vraiment de récession carabinée quand on est à 1.5, juste une période de basse vitesse de circulation de la monnaie
        ce qui est une bonne nouvelle vu la quantité créée que nos marioles doivent stériliser

        mais ils peuvent compter le langue de bois de Noyer qui voit aussi une récession et qui donc fait baisser le taux du livret A
        Bonne nouvelle pour les petits épargnants qui constatent au quotidien que les prix augmentent contrairement à la version officielle

  8. 240 milliards d’euros.

    Les contribuables ont prêté 240 milliards d’euros à la Grèce.

    Et la Grèce ne remboursera jamais ces 240 milliards d’euros.

    Le prochain défaut de paiement de la Grèce va tout faire exploser en Europe.

    Mardi 9 juillet 2013 :

    Eurogroupe : la Grèce va recevoir 5,8 milliards d’euros.

    La Grèce a reçu lundi soir l’assurance d’obtenir 5,8 milliards d’euros de prêts de l’Eurogroupe et du FMI d’ici à la fin du mois, contre la promesse d’efforts de redressement redoublés. Il s’agit d’une des dernières grandes injections programmées avant l’expiration, fin 2014, d’un plan de secours de 240 milliards. Mais sur fond de récession et de crise politique, il risque d’y en avoir d’autres.

    Le coup de pouce de l’Eurogroupe permettra de passer l’été, ainsi que l’échéance cruciale des élections allemandes, fin septembre. «Personne ne veut voir la crise de l’euro se rallumer», dit un responsable européen en pointant la nervosité des marchés et les faiblesses du Portugal. Mais à l’automne se posera inévitablement la question d’un traitement plus énergique : une remise de dette, consentie non plus par les créanciers privés, comme en 2012, mais par les créditeurs officiels comme les Trésors nationaux, voire le FMI.

    La Grèce vit toujours au bord de l’asphyxie et ne l’évite qu’à coup de crédits débloqués à la onzième heure. «L’avenir reste incertain», reconnaît pudiquement la troïka dans son bulletin de santé. Le PIB grec s’est contracté de 20 % depuis 2009, avec comme effet mécanique une chute des recettes budgétaires et un alourdissement du poids de la dette, à 130 % du PIB à la fin de l’année, bien loin des 110 % projetés.

    Les Européens, encore dans le déni, refusent tout allégement du fardeau. Le FMI, pourtant, admet déjà avoir sous-estimé la violence de l’effet de ciseau. Et le débat risque de ressurgir au premier plan dès la rentrée.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/08/20002-20130708ARTFIG00537-grece-l-eurogroupe-pret-a-debloquer-8milliards-d-euros.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *