Bund et €-autodestruction

Hier mercredi 6 août, les rendements du Bund ont battu leur plus bas record historique à 1,095 % car les capitaux se réfugient préférentiellement sur cet actif peu rémunérateur mais sûr, ce qui n’est pas le cas des autres actifs, dont les mauvais bons du Trésor français à 10 ans.

En conséquence, leur écart a brusquement augmenté,

Document 1 :

Ces bons à 10 ans jouent le rôle d’ersatz de monnaies nationales depuis qu’elles ont été supprimées avec l’instauration de cette monnaie contre nature qu’est l’euro, les écarts relatifs entre leurs rendements (en pourcentage) donnant le niveau des dévaluations potentielles lorsque les monnaies nationales seront rétablies.

Les écarts relatifs importants et anormaux surtout depuis la mi-juin montrent que la nomenklatura bancaire franchouillarde ne peut plus maitriser la situation qui empire et qui entre dans une zone de grandes turbulences comme celle qui s’est produite de mi 2011 à mi 2013,

Document 2 :

Les écarts relatifs sont encore plus importants par rapport aux rendements des bons bons du Trésor helvète,

Document 3 :

Les rendements des bons évoluent dans des tendances lourdes cohérentes,

Document 4 :

Les rendements courts et longs des Notes sont logiquement positionnés dans la perspective d’une croissance proche de son potentiel optimal sans inflation

Document 5 :

ce qui permet de casser le cycle qui aurait pu se produire en cas de croissance trop forte inflationniste comme ce fut le cas lors des décennies passées,

Document 6 :

L’€-crise et le bellicisme du communisme russe sont donc des opportunités parfaites pour juguler les tensions inflationnistes américaines où la croissance peut se poursuivre sur des fondamentaux restaurés.

Les dirigeants européens sont tombés dans tous les pièges qui leur ont été donnés pour s’autodétruire lentement mais surement.

Tout va bien, pas de tsunami, la mer est belle, tout le monde est en vacances.

4 réflexions sur “Bund et €-autodestruction”

  1. Bonjour,
    J’avoue que je ne comprends pas votre graphique dévaluation france vs allemagne.
    En effet les différences entre taux d’intérêt doivent se regarder par leur écart en nombre de point comme vous le faites entre les taux à 10 ans et 2 ans US. Un écart en % n’a aucun sens en effet plus les taux se rapprocheront de zero plus vous aurez des évolutions erratiques sur vos courbes.
    La situation entre l’allemagne et la france n’évolue pas sensiblement la différence en point étant entre 50 et 30 depuis un petit moment.
    Les taux francais ont d’ailleurs comme les allemands aujourd’hui touchés un plus bas historique
    Cordialement.
    pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *