Carpe diem, in vino veritas

Les rendements des Notes à 10 ans ont plongé magistralement ce vendredi 13 mai en fin de séance américaine,

Document 1 :

Ils se trouvent maintenant nettement dans le bas de la bande de fluctuation qui correspond à une exacerbation de l’€-crise,

Document 2 :

Les rendements des Notes à 2 ans cessent de monter, en concordance avec la perspective de remontée des taux de la Fed,

Document 3 :

En conséquence, l’écart entre les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans qui fluctuait autour de 100 points de base a chuté sous cette barre critique,

Document 4 :

Cet écart se trouve maintenant bien en-dessous du niveau qui a été atteint lors des €-crises précédentes,

Document 5 :

La baisse de cet écart (entre les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans) constitue un prélude à la baisse de l’écart entre les rendements du Bund et du Schatz et de la baisse des rendements du Bund,

Document 6 :

Les rendements du Bund devraient enfin passer sous la barre critique des 0,100 % (ils ont été miraculeusement sauvés des eaux d’abord par les Américains puis vraisemblablement par la nomenklatura bancaire euro-zonarde),

Document 7 :

Les rendements des bons du Trésor américain sont donc affectés par l’imminence d’une nouvelle €-crise majeure, mais à des niveaux acceptables correspondant à une croissance maintenue aux Etats-Unis,

Document 8 :

Un petit rappel : la baisse des rendements du Bund s’inscrit dans une tendance lourde et longue qui a débuté en juillet 2007, annonciatrice de l’€ffondrement, les bons des Trésors jouant le rôle d’ersatz de monnaies nationales dans cette zone euro contre nature,

Document 9 :

Dans cette attente, la meilleure solution est de faire comme l’ont toujours fait les Grecs depuis des millénaires (les expressions étant connues sous leur forme latine) : carpe diem et in vino veritas !

Document 10 :

Tout est simple.

7 réflexions sur “Carpe diem, in vino veritas”

  1. Je revient encore une fois sur le projet TAFTA le président Obama est venue voire madame Merkel pour négocier, pourquoi une Amérique avec des bon fondamentaux cherche à fusionner avec une Europe au bord du gaufre, dans la logique en cherche un partenaire fort pour être encore plus fort, quelque à t-il une idée sur le sujet merci

    1. Les européens et les français en particulier ne sont pas compétitifs à l’échelle mondiale. Leurs gouvernements ont fait passer des régulations pour assurer des rentes a ces entreprises non compétitives. Je pense que les américains qui eux sont compétitifs, comptent bien faire tout ce qui est possible pour tirer parti de cet état de faiblesse et récupérer du business. Le libre échange, c’est bien, quand on est libre…

  2. Bonjour,

    Un point m’échappe vous mentionnez souvent le fait que les rendements du bund ont étés “miraculeusement sauvés des eaux d’abord par les Américains puis vraisemblablement par la nomenklatura bancaire euro-zonarde”, mais par quel moyens ?
    Pouvez vous préciser clairement comment ? La seule trace que je trouve dans vos blogs concernerait les nouvelles raussrantes de la FED quant à la reprise US le lien ne me paraît pas evident…

    Comme d’autres avant moi je trouve vos analyses intéréssantes, mais je regrette par ailleurs le manque de pédagogie dans vos commentaires et le ton parfois négligeant face aux questions (toute question est légitime) des internautes faisant l’éffort de vous lire et tentant de décrypter vos analyses ! C’est à croire que vos analyses sont uniquement faites pour être lues, mais vous ne laissez aucune place à la critique, àl’explication plus détaillée (pédagogique) ou la vulgarisation de vos propos, ce qui est selon moi très dommageable à votre crédibilité.

    Par avance merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *