Citigroup : goodwill, leverage & Greenspan

En appliquant les règles de bonne gestion préconisées par ce bon vieux Greenspan sur les écarts d’acquisition et le multiple d’endettement pour les banques, Citigroup devient maintenant la banque la plus vertueuse de la liste des banques systémiques mondiales avec un leverage réel de 10,8 mais supérieur à la limite autorisée de 10,

Document 1 :

2012 Q4Citigroup
Preferred stocks2,562
Liabilities1 706,43
Equity158,23
Leverage (µ)10,8
Tier 1 (%)9,3

En ne comptabilisant pas les écarts d’acquisition en diminution du montant des capitaux propres, le leverage était inférieur à 10, ce qui donnait l’illusion d’une grande réussite,

Document 2 :

2012 Q4Citigroup
Preferred stocks2,562
Liabilities1 680,76
Equity183,903
Leverage (µ)9,14
Tier 1 (%)10,94

Ce bon vieux Greenspan a eu le tort de ne pas relier ses deux règles, ou de ne pas rappeler la première.
Ainsi s’est instillé un écart entre les chiffres publiés (pour les bénéfices et les capitaux propres) et la réalité qui alimente un certain désordre et une création monétaire sournoise difficilement perceptible dans la mesure où le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, refuse de faire publier les chiffres de l’agrégat monétaire M3.

La situation est encore pire dans la vieille Europe comme le montrent les chiffres des leverages réels et le blocage du marché interbancaire.

Document 3 :

Citigroup et Wells Fargo sont les deux seules banques de la liste des banques systémiques à respecter les règles de Bâle… I avec un leverage inférieur à 11 ! Toutes les autres ont un leverage supérieur à 13.

Partout dans le monde, les grandes banques ne respectent donc pas les règles de bonne gestion prudentielle, ce qui est particulièrement dangereux.

Cliquer ici pour lire le dernier rapport financier de Citigroup.

4 réflexions sur “Citigroup : goodwill, leverage & Greenspan”

  1. Les privilèges des fonctionnaires européens.

    Sur son blog, Jean Quatremer écrit tout ce que gagne un fonctionnaire européen :

    Les salaires vont, pour le grade 1, de 2654 à 3003 €,

    pour le grade 2, de 3003 à 3398 €,

    pour le grade 3, de 3398 à 3844 €,

    pour le grade 4, de 3844 à 4350 €,

    pour le grade 5, de 4350 à 4921 €,

    pour le grade 6, de 4921 à 5568 €,

    pour le grade 7, de 5568 à 6300 €,

    pour le grade 8, de 6300 à 7128 €,

    pour le grade 9, de 7128 à 8065 €,

    pour le grade 10, de 8065 à 9125 €,

    pour le grade 11, de 9125 à 10.324 €,

    pour le grade 12, de 10.324 à 11.681 €,

    pour le grade 13, de 11.681 à 13.216 €,

    pour le grade 14, de 13.216 à 14.954 €,

    pour le grade 15, de 14.954 à 16.919 €,

    pour le grade 16, de 16.919 à 18.371 €.

    Ces salaires sont versés sur 12 mois.

    Au salaire brut, il faut ajouter une indemnité d’expatriation de 16 % du salaire (pour les non-Belges ou ceux qui n’avaient pas antérieurement à leur recrutement leur domicile en Belgique) ou de dépaysement (4 %).

    Outre la gratuité de l’école européenne (les non-fonctionnaires y ont exceptionnellement accès, mais doivent payer entre 5000 et 10.000 € par année scolaire), les fonctionnaires ont droit à de généreuses allocations familiales (373 € par enfant et par mois jusqu’à 26 ans),

    à une allocation de naissance (198 € à chaque enfant),

    à une allocation de foyer (170 € par mois majorés de 2 % du traitement de base),

    à une allocation scolaire (253 € par enfant et par mois),

    à une allocation d’installation (839 € pour une famille, 497 € pour un célibataire, versés lors de l’installation).

    En outre, les eurocrates ont droit à un aller-retour par an dans leur pays d’origine (et des jours de congé supplémentaires selon la distance : 6 jours au-delà de 2000 km, un calcul qui a dû être fait avant l’invention de l’avion).

    Les femmes ont droit à 20 semaines de congé maternité, les congés payés sont compris entre 24 et 30 jours ouvrables et la retraite représente 70 % du montant du dernier salaire.

    Dernier point : en vertu de l’accord de siège conclu entre l’Union et la Belgique, les fonctionnaires sont dispensés de payer la TVA lors de la première année d’installation. A cela s’ajoute, pour les voitures, une “remise diplomatique” à vie accordée par les constructeurs qui va de 7 à 20 % (une berline allemande à 60% de son prix, ça ne vous tente pas?).

    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2013/02/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-le-salaire-des-eurocrates-sans-jamais-oser-le-demand.html#more

  2. hefaillitos, dieu qui a de l'argent à gaspiller

    Ben on en a de l’argent à gaspiller en euroland…

    les traducteurs ils sont quel grade ?
    Parce qu’avec 23 langues officielles, l’euroland doit en avoir des traducteurs
    sans compter les techniciens des commissions théodules qui font les tailles des filets de pêches
    aisni que les personnels de droit qui vérifient les conformités
    et tous ce sgens importants qui organisent les réceptions de nos politocards qui sauvent kle monde tous les trois mois.
    sans compter les budgets transport, hotel, papier encre de tous ces gens intuiles et couteux

    et ça refuse deux petits milliards à l’aide alimentaire pour des centaines milliers de personnes qui n’ont que ça pour vivre ????
    et après ça plaide pour un budget austéritaire.

    Mais de qui se moquent-ils ?

    pour parodier une des conclusion des artilces de ce site :

    Tout va bien pour le moment… le tsunami [de colère populaire] est certain, mais seule la date est inconnue 🙂

Répondre à jp-chevallier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *