Deutsche Bank 4° trimestre 2013

Deutsche Bank va publier son bilan 2013 le 29 janvier mais ses dirigeants ont décidé de publier hier 19 janvier certaines informations, dont une perte de 1,153 milliard d’euros avant impôts pour ce dernier trimestre,

Document 1 :

Une fois de plus, le plus gros problème de cette banque est, comme je le répète toujours, son leverage réel tel que le définit ce bon vieux Greenspan à l’instar du ratio Core Tier 1 (non pondéré des actifs !) qui ne respecte pas les règles prudentielles d’endettement à 42,5 surtout à cause d’une diminution du montant des véritables capitaux propres (les actifs nets tangibles) de 4,8 milliards d’euros par rapport à la fin du 3° trimestre 2013 alors que le total des dettes ne diminue que de… 134 milliards d’euros sur cette période…

Document 2 :

Deutsche Bank2012 Q42013 Q12013 Q22013 Q32013 Q4
1 Assets2 022,282 032,691 909,881 787,971 649,00
2 Equity54,00156,07857,73556,46152
3 Preferred st-----
4 Goodwill14,21914,34214,22314,09514,095
5 Tangible eq40,18142,47342,59242,7237,905
6 Liabilities1 982,091 990,221 867,291 745,251 611,10
7 Leverage (µ)49,346,943,840,942,5
8 Tier 1 (%)22,12,32,42,4

Sommes en milliards d’euros.

… ce qui fait un ratio Core Tier 1 d’origine de 2,4 % en concordance avec les chiffres publiés par Deutsche Bank qui sont systématiquement majorés de 0,6 à 0,7 points de base par rapport à mes calculs,

Document 3 :

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 112 milliards d’euros pour que Deutsche Bank respecte les règles prudentielles d’endettement de ce bon vieux Greenspan et de la BRI avec un leverage inférieur à 10.

Le document 2 est obtenu à partir du total du bilan publié par Deutsche Bank, avec une estimation du montant des capitaux propres à partir de la transposition des informations de la banque qui affirme que son leverage de la fin du 4° trimestre est au même niveau qu’à la fin du trimestre précédent.

En fait, la situation de cette banque est pire que ce qui apparait dans les comptes officiels car ils ne prennent pas en considération l’entité américaine de Taunus.

La situation reste largement hors normes.
L’€ crise est aggravée par la situation catastrophique de ces big banks too big to fail qui ne respectent pas les règles prudentielles de bonne gestion.
Les euro-zonards sont inconscients des risques de tsunami bancaire.

Tout est simple.

Deutsche Bank a été la pire des banques dans le cadre de la liste des 28 banques présentant un risque systémique dans le monde (SIFIs pour Systemically Important Financial Institutions) mais elle est maintenant largement battue par nos péquenots du Crédit Agricole (CASA) qui n’ont toujours rien compris aux problèmes bancaires…

Cliquer ici pour lire les derniers résultats trimestriels communiqués par Deutsche Bank.

8 réflexions sur “Deutsche Bank 4° trimestre 2013”

  1. Bonjour,pourquoi ne faite vous jamais d’analyse des banques luxembourgeoises qui représentent un part prédominante dans le PIB de ce pays de la zone euro ?

  2. @bertrand : il serait temps…

    Quand je regarde la communication ahurissante du Crédit Labricole, je me dis que les Allemands ont presque de la chance que DB commence à assumer sa médiocrité… Si le problème est pris assez tôt, peut-être sera-t-il “rattrapable”… en espérant qu’Angela ait décidé de s’y attaquer pour terminer en beauté sa carrière politique en évitant un chaos. Par exemple….

    1. à propos de l’éclaircie, Avec un bénéfice annuel de 1.08 Mrds d’€, il faut combien d’anné à la DB pour revitaliser son ratio?

      réponse : 103.703 ans….

  3. Lundi 20 janvier 2014 :

    Chômage : les prévisions mondiales sont alarmistes.

    Catastrophique. Le rapport annuel de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), publié lundi, dresse un constat des plus sombres sur l’évolution de l’emploi l’an dernier. Si les gouvernements ne prennent pas les mesures énergiques qui s’imposent, la tendance est appelée à se dégrader encore plus.

    Fin 2013, le monde recensait environ 202 millions de chômeurs. Un chiffre en hausse de près de 5 millions par rapport à l’année précédente. L’essentiel de cette dégradation (45 %) est due aux pays de l’Asie de l’Est et du sud. Il n’y a guère que l’Amérique latine qui soit parvenue à limiter la casse avec seulement 50.000 chômeurs supplémentaires.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203255715741-chomage-les-previsions-mondiales-sont-alarmistes-644179.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *