€ crise, USA et marchés

L’évolution des rendements des Notes à 10 ans dépend des risques de la crise majeure qui couve dans la zone euro : ils ont plongé depuis l’annonce de la démission d’Axel Weber jusqu’au moment où il est apparu qu’il n’y aurait pas de défaut de paiement majeur faisant tomber le premier domino de la zone euro, puis ils ont remonté dès qu’il a été acquis qu’un accord serait trouvé lors du dernier sommet européen (le risque de défaut de paiement des Etats-Unis est une manœuvre des Démocrates pour forcer la main des Républicains),
Graphique 1 :

L’€ crise 2011 est une répétition de celle de 2010 qui permet aux Américains de garder des taux bas pendant une période prolongée
Graphique 2 :

Vue d’ensemble des Treasuries depuis 2002,
Graphique 3 :

Le gros avantage de l’€ crise est de maintenir l’écart des rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans dans la zone optimale haute prédisant le maintien d’une croissance du PIB à son potentiel optimal,
Graphique 4 :

Ainsi, le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, réussit mieux que son prédécesseur en prolongeant considérablement le haut du cycle initié par la Fed,
Graphique 5 :

L’accord du sommet de l’UE de jeudi 21 juillet n’a été historique que pour les journaleux et les bonimenteurs : les rendements des bons du Trésor italien bondissent encore aujourd’hui lundi 25 juillet par rapport au Bund,
Graphique 6 :

Il en est de même pour ceux de la France,
Graphique 7 :

Les derniers chiffres sont ceux en cours de séance à 16 heures françaises.

Un conseil : ne pas bronzer idiot, surtout pas dans ces cochons de pays du Club Med !

4 réflexions sur “€ crise, USA et marchés”

  1. PAYER devant l’huissier , c’est PAYER , PAYER c’est PAYER , c’est pas parler , c’est pas inventer des combines , c’est pas faire le gros bras , ni le fort en gueule , c’est PAYER;
    Ou avez vous vu que tous ces états en faillite avaient PAYER quoi que ce soit, rien,nada,queudalle,boulchite,du flan , des nefles.
    Y sont pas capables de PAYER ,YAKA SAISIR Monsieur l’Huissier.
    Saisissez vous de tous ces mauvais payeurs , embastillez les , et que le peuple leur coupe la tête.

  2. Mardi 26 Juillet 2011 :

    Dette des Etats : Italie et Espagne se financent au prix fort.

    L’Italie et l’Espagne étaient actifs sur les marchés ce mardi et ont subi de plein fouet la hausse des coûts de financement.

    Le Trésor italien a émis des obligations à six mois pour un montant de 7,5 milliards d’euros. Les taux d’intérêts sont en forte hausse par rapport au dernier placement : 2,269 %, contre 1,988 % à l’occasion de la précédente émission de même échéance.

    1,5 milliard d’euros de titres à deux ans ont également été levés, avec des taux qui se sont envolés à 4,038 %, contre 3,219 % lors de la précédente émission.

    Le Trésor espagnol a pour sa part levé 2,885 milliards d’euros de bons à 3 et 6 mois. Tout comme l’Italie, l’Espagne subit tout autant l’envolée des taux d’intérêts.

    Les taux sont montés à 1,899 % pour l’émission à 3 mois (contre 1,568 % lors de la dernière émission de cette échéance le 21 juin).

    Les taux sont montés à 2,519 % pour l’émission à 6 mois, contre 1,776 % le 21 juin dernier à l’occasion de la précédente émission de même échéance.

    Le répit n’aura donc été que de courte durée sur le marché de la dette des Etats. Et ce, malgré l’accord sur la Grèce entériné entre les ministres des Finances de la zone euro vendredi dernier.

    La Banque d’Italie a annoncé que “cette hausse des taux illustre les inquiétudes et les doutes des investisseurs quant aux mesures prises lors du sommet européen de Bruxelles”.

    http://www.oblis.be/fr/dette-des-etats-italie-et-espagne-se-financent-au-prix-fort-12885

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *