Fed, BCE: bilans

La BCE a publié hier son bilan (arrêté au vendredi 5 août) qui fait apparaitre que le marché interbancaire ne fonctionnait plus dans la zone euro : les dirigeants des banques qui ont des disponibilités ne les prêtent qu’à la BCE et non pas à d’autres banques car la confiance a encore disparu dans ce secteur.
Ces informations sont visibles dans la rubrique 2.2 du passif ainsi commentée : l’utilisation de la facilité de dépôt (rubrique 2.2 du passif) s’est située à EUR 134,8 milliards, contre EUR 49,9 milliards la semaine précédente.
Document 1 :

Par ailleurs, un certain flou artistique règne au passif de la BCE : plus de 500 milliards d’euros d’autres passifs (rubriques 10 et 11) équilibrent mystérieusement les actifs, ce qui est peu compatible avec la rigueur nécessaire d’une banque centrale !

A l’actif, les réserves en devises (rubrique 2.2) sont curieusement stables à 140 milliards d’euros malgré les sorties importantes de capitaux de la zone euro à la suite des opérations de clientèle et de portefeuille dixit énigmatiquement la BCE dans son communiqué.
Document 2 :

Les gens de la BCE sont généreux : ils prêtent 500 milliards à un certain nombre d’établissements financiers en difficulté, ce qui est visible dans la rubrique 5 sous les douces expressions de concours nets accordés par l’Eurosystème aux établissements de crédit et d’opération principale de refinancement.

Leur générosité ne se limite pas aux banques : la BCE rachète des junk bonds (en particulier des bons de Trésors de ces cochons de pays du Club Med) sous diverses expressions (programme d’achat d’obligations sécurisées) pour un montant de 470 milliards d’euros inscrits dans la rubrique 7.

Enfin, un certain flou artistique règne aussi à l’actif de la BCE : 316 milliards d’euros d’autres actifs (rubrique 9) équilibrent mystérieusement le passif, ce qui est là encore peu compatible avec la rigueur nécessaire d’une banque centrale !

Une fois de plus, il est compréhensible qu’Axel Weber n’ait pas voulu prendre la présidence de la BCE !

Le bilan de la Fed au 3 août est plus clair et net : 1 650 milliards de dollars de Treasuries (sans risque, surtout pas de défaut de paiement de l’Etat !) sont inscrits à son actif (ligne 1), résultat de la QE,
Document 3 :

Seule ombre de l’actif : près de 900 milliards de titres hypothécaires Guaranteed by Fannie Mae, Freddie Mac, and Ginnie Mae (ligne 2) comportant un certain risque !

Ces actifs sont financés par des dépôts de disponibilités de banques pour plus de 1 700 milliards de dollars,
Document 4 :

Seule ombre du passif : les capitaux propres ne sont que de… 25 milliards de dollars !

Le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, va poursuivre sa cuisine de QE en fonction des circonstances, ce qu’aucun journaleux ni aucun bonimenteur n’a relevé :
The Committee also will maintain its existing policy of reinvesting principal payments from its securities holdings. The Committee will regularly review the size and composition of its securities holdings and is prepared to adjust those holdings as appropriate.

Tout est simple

Cliquer ici pour lire le dernier bilan de la BCE.
Cliquer ici pour lire le dernier bilan de la Fed.
Cliquer ici pour lire le dernier communiqué du FOMC de la Fed.

1 réflexion sur “Fed, BCE: bilans”

  1. Jean-Claude “Canadair” Trichet va devoir racheter des milliards d’euros d’obligations de l’Etat chypriote.

    Jean-Claude “Canadair” Trichet s’en fout : il a l’habitude de racheter des milliards d’euros d’obligations d’Etat pourries. C’est pour ça que la BCE n’est plus qu’une gigantesque fosse à merde.

    Tout ça, ce n’est qu’une question d’habitude.

    Mercredi 10 août 2011 :

    Chypre : Fitch dégrade sa note, évoque un probable plan de sauvetage.

    Chypre, nouveau maillon faible de la zone euro, a vu sa note de la dette à long terme dégradée mercredi par l’agence de notation financière Fitch, qui a estimé que le pays aurait besoin d’un plan de sauvetage de l’Union européenne.

    Fitch a abaissé la note de Chypre de deux crans à “BBB”. Fin juillet, les deux autres grandes agences, Moody’s et Standard and Poor’s avaient déjà abaissé la note du pays de deux crans à “Baa1” pour la première, et d’un cran à “BBB+” pour la deuxième. Dans les trois cas, la perspective est négative.

    “La dégradation de deux crans de la note de Chypre à BBB reflète le dérapage budgétaire actuel et à venir”, a expliqué Fitch dans un communiqué.

    De plus, “Fitch pense que le gouvernement ne pourra pas faire face à ses échéances sans une assistance officielle externe”, explique le communiqué. Un analyste de l’agence a confirmé par téléphone qu’il s’agissait d’une allusion à un plan de sauvetage européen.

    Le 2 août, la Commission européenne avait assuré qu’aucun plan de sauvetage n’était “sur la table” pour venir en aide à l’Espagne, l’Italie et Chypre, trois pays de la zone euro sous la pression croissante des marchés et des agences de notation.

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=05606e460d8c05cdd33ae768c741f8cd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *