Grexit : scénario du KO au chaos

Que se passera-t-il quand le gouvernement de la Grèce reconnaitra qu’il ne pourra pas rembourser une de ses dettes à son échéance ?

Pour répondre à cette question, il est nécessaire d’être très concret et de donner d’abord une réponse précise et technique portant sur l’analyse du bilan de la Banque (centrale) de Grèce (au 31 mars).

Le fait que l’Etat grec ne pourra pas rembourser une de ses dettes à son échéance signifiera qu’il sera alors en défaut de paiement et qu’il sera donc dans l’obligation d’imposer ultérieurement et durablement à tous ses créanciers un large abandon de leurs créances dont la valeur pourrait tomber… à quasiment zéro (à la limite en cas de non remboursement total des dettes publiques).

Première conséquence : la Banque de Grèce qui a à son actif 30,9 milliards d’euros de titres (rubrique 7) constitués principalement de mauvais bons du Trésor grec devra comptabiliser une perte au pire de ce montant de 30,9 milliards (en supposant que l’Etat grec ne remboursera pas la totalité de ses dettes) et au mieux de 15 milliards d’abandons (forcés mais volontaires !) de ses créances (en supposant que l’Etat grec ne remboursera que la moitié de ses dettes),

Document 1 :

Par ailleurs, les banques grecques qui ont acquis également pour un certain nombre de milliards d’euros de mauvais bons du Trésor grec, seront également en faillite.

La Banque de Grèce qui leur a prêté 107,3 milliards d’euros (rubriques 5 et 6 de l’actif) devra donc comptabiliser elle aussi une perte au pire de ce montant de 107,3 milliards (en supposant que l’Etat grec ne remboursera pas ses dettes), et au mieux de 50 milliards d’abandons de créances (en supposant que l’Etat grec ne remboursera que la moitié de ses dettes) !

Comme le montant des capitaux propres de la Banque de Grèce était fin mars de… 815 millions d’euros (rubrique 13), elle sera de ce fait immédiatement indubitablement en faillite !

Document 2 :

Une banque centrale en faillite est une banque qui n’existe plus, donc la Banque de Grèce sera de ce fait hors de l’euro-système.
C’est simple, clair, facile à comprendre.
Ce sera alors le point de départ d’une chute de dominos…

Les conséquences seront terribles, d’abord pour les Grecs en Grèce car, n’étant plus dans l’euro-système, l’euro ne sera plus la monnaie officielle de la Grèce.
Comme il est inconcevable qu’un pays comme la Grèce se retrouve sans monnaie officielle, les autorités grecques devront en adopter une, en ressuscitant la drachme par exemple, dont le cours par rapport à l’euro sera défini officiellement, mais qui devrait chuter assez rapidement en fait.

Dès lors, deux monnaies circuleront en Grèce : de (relativement) bons euros qui resteront en circulation sous la forme de billets (27 milliards d’euros) et de pièces, et la drachme que personne ne voudra conserver mais qui sera l’unité monétaire des comptes bancaires, là où se trouve l’essentiel de l’argent (la masse monétaire M3 est actuellement de 173 milliards d’euros).

Le KO tournera vite au chaos car beaucoup de Grecs seront ruinés. Ils auront des difficultés à vivre normalement et même à survivre.

C’est toujours ce qu’il se passe quand les systèmes bancaire, financier et économique s’écroulent dans un pays.
La meilleure référence est à ce sujet celle de l’Argentine qui avait arrimé pendant une dizaine d’années son peso au dollar des Etats-Unis.

Grèves, manifestations violentes, trafics, contrebande, Etat impuissant, cas dramatiques… seront le lot commun de la plupart des Grecs avec un très fort ressentiment anti-européen et antiallemand.

Hors de la Grèce, les turbulences seront très fortes

D’abord, les Marioles de la BCE seront obligés de comptabiliser leurs pertes qui devraient être de l’ordre de 100 à 200 milliards d’euros (ils s’en footent car ce n’est pas leur argent !) ce qui ne posera pas de problèmes majeurs car les capitaux propres de la BCE sont de 500 milliards.

Il en sera de même pour le FMI (notre Bécassine adorée pourra jouer les ingénues en toute quiétude car elle excelle dans ce rôle).

Les hommes politiques diront qu’ils auront tout fait pour ne pas en arriver à cette situation.
Les centaines de milliards de prêts accordés généreusement par les Etats européens ne seront jamais remboursés, ce qui ne fera qu’accentuer l’€-crise surtout dans les autres cochons de pays du Club Med.

Les marchés d’actions plongeront, le cours de l’euro baissera par rapport aux autres monnaies dont le dollar (US$).
Les rendements de bons de Trésors euro-zonards baisseront encore, d’autres, plus vulnérables s’envoleront.
Un désordre durable s’accentuera dans la vieille Europe continentale en crise.

La croissance et l’inflation des Etats-Unis seront contenues grâce à ces turbulences, ce qui est absolument parfait pour les Américains qui garderont leur leadership sur le Monde libre.

Bien entendu, comme l’euro est une monnaie contre nature et comme la zone euro est un asile de fous, les fous qui sont à la tête des autorités peuvent continuer à prendre des décisions en dehors de toute logique bancaire, financière et économique, ce qu’ils ont déjà fait en laissant perdurer une situation qui n’aurait jamais dû se produire (la Grèce n’aurait jamais dû intégrer la zone euro, et l’ayant fait, elle aurait dû en sortir en douceur avant d’en arriver à ces extrémités).

Ce qui se sera passé dans la zone euro aura toujours été en dehors de toute logique élémentaire.

Cliquer ici pour voir le dernier bilan de la Banque de Grèce.

43 réflexions sur “Grexit : scénario du KO au chaos”

  1. Bonjour,

    La question que tout le monde se pose désormais n’est plus de savoir si cela va se produire, mais quand cela va se produire ?

    Pourtant, par le passé, les pouvoirs politiques ont souvent trouvé le moyen de pousser le tas de sable… (on analyse des données à partir de règles qu’ils sont capables de changer).

    Est-ce pertinent de se dire qu’ils ont encore des cartouches à tirer, ou sont-ils à sec ?

    Bien cordialement

  2. Bonjour,

    Le GEAB indique dans son bulletin d’avril que la Grèce sera sauvée par les Russes qui veulent obtenir l’accord d’Athènes pour la construction du gazoduc qui passera par la Turquie? Et donc qu’elle ne fera pas faillite .

    1. Le GEAB est la création de Franck Biancheri, un politicien socialiste militant pro actif de la cause européenne, socialiste étatique et anti américaine.

      Sous son ton contestataire destiné à trompé son monde il est un organe de propagande. Dont se moque à mots couverts Jean Pierre Chevallier.

      Etonnant de voir des gens peu renseigné se faire encore avoir.

      Par exemple, comme les communistes en leur temps, un de leur fantasme est donc d’annoncer en permanence la mort des USA depuis des décennies.
      Le GEAB est un plus important, sinon le créateur et diffuseur de l’idéologie selon laquelle les USA vont s’effondrer.

    2. Dire que la Grèce va être sauvé par la Russie, en proie elle même à une violente crise économique, est en soi une chose très amusante.

      Comme si un gazoduc pouvait changer quelque chose.

  3. bonjour.C’est pour toutes ces raisons que les grecs et les autres pays de l’europe vont trouver une nouvelle fois un terrain d’entente pour repousser l’échéance.De plus,les remboursements grecs seront moins importants en 2016 donc la troika va leur laisser encore du temps en étalant le remboursement de leurs prêts.
    cordialement.Enfin,rien n’est sûr…

  4. merci pour cette mise en perspective !

    on ne remerciera jamais assez notre histrion ignard d’avoir prêter au nom des français des dizaines de milliards d’euros à la Grèce ;

  5. Et pourtant il existe une solution …

    Une aide de 30 milliards pour faire face à leurs échéances sur 18 mois et relancer leur économie avec 10 milliards de facilité de financement de projets/entreprise viables/solvables.

    Si personne ne remet la machine à revenus en marche alors c’est sur qu’ils ne rembourseront jamais rien.

    1. Bonne idée ! On va construire des ponts, des autoroutes et des voies ferrés en Grèce avec des crédits européens. Le problème c’est que c’est justement ce que l’on fait à fond perdus pendant des années … La politique de l’offre à ses limites !

      1. Je ne parlais pas de dépenser dans des projets bidons mais 1) de financer les entreprises viables et 2) de financer des investissements industriels dits productifs … La machine à revenus est là, et tant qu’elle ne sera pas remise en route alors il n’y aura rien à espérer de meilleur pour la Grèce ni pour les grecs ni pour le remboursement de la dette (d’ailleurs, est-elle légitime ?).

        1. Vous êtes un rêveur, vous monsieur. Si vous suivez monsieur Chevalier depuis quelques temps vous savez que ce n’est pas une solution. Le problème de la Grèce est tout autres. Le problème est celui d’une monnaie contre-nature dans un espace économique aberrant. C’est mal barré.

          Hagen du Canada (comme Dr Stef)

  6. Merci pour toutes vos analyses.
    Pour présenter les choses sous un autre aspect, sauriez vous aussi comparer ce que représente le “service de la dette” pour les différents pays de l’Europe et des USA. Pour 2012, les ratios “service de la dette/recettes fiscales totales” étaient 13,4% pour la France, 23,38% pour l’Allemagne (“Penser l’économie autrement”, p.69).
    Bonne continuation.

  7. ouille ouille ouillle…

    Ils raclent les fonds de tiroir

    “Le gouvernement grec a ordonné aux entreprises et administrations publiques de transférer leur excédent de trésorerie à la banque centrale, une nouvelle initiative visant à faire face à la pénurie de liquidités avant de nouvelles échéances de dette le mois prochain.”

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/04/20/97002-20150420FILWWW00233-la-grece-prete-a-utiliser-la-tresorerie-du-secteur-public.php

    Tous aux abris 😀

    Stef du Canada,
    avec le sourire 🙂

    1. The situation in Greece means that we should have a limit until summer for ELA,” Governing Council member Vitas Vasiliauskas said in an interview in Washington on April 18. “Everyone understands what ELA means; it’s a temporary measure to give the banks liquidity.” (in Bloomberg)
      … ça confirme parfaitement mon analyse / spread Germain !

    1. On a l impression que rien n’a change depuis 1996… Toujours les memes problemes et les meme idees fumeuses…

      Pourtant on vous dit, la monnaie unique va nous sauver Attali dans ses oeuvres a:

      a 2:06
      a 5:27 Mastricht va creer des emplois..ca marche pas parce qu’on a pas applique le traite de Mastricht 😀
      a 7:36 la France aura le meme pouvoir que l’Allemagne 😀
      a 12:39 [si on adhere pas a ce projet] la France ne sera qu’une vague province allemande… (c’est fait malgre le “projet”) 😀 😀

      etc etc …

      Chevenement clairvoyant mais je ne partage pas son antiliberalisme anti anglosaxon

      Et comme aujourd’hui, pas un liberal et pas l’embryon d’une solution liberale sur le plateau
      Mais le visionnaire Attali est toujours omnipresent.

      https://www.youtube.com/watch?v=2RvJHmYbECk

      Stef du Canada 😀

  8. héfaillitos dieu grec de la faillite

    Finalement, la faillite, l’impensable faillite arrive.
    “La faillite pour tous” comme dirait le gros plouc d’hollandréou, elle est proche.
    Chcacun sera spolié à la mesure de ses moyens ; son compte en banque… vive la justice sociale dira-t-on.

    Nos élites testent le dispositif à petite échelle en Grèce. Avant que ce soit le tour des autres pays un peu plus gros.

    Laisser les banques centrales nationales monnétiser de façon hétérogène
    puis attendre que ces dernières déclarent abandonner les créances.
    ça tombe bien, la banque de france reçoit en pension les titres des banques françaises contre la liquidité fraiche… “les banques ont besoin d’améliorer leur liquidité”, comme disait un célèbre stratége
    C’est un démontage en douceur sous nos yeux.
    Le calendrier nous a été fixé par draghignol en personne avec un recyclage des dettes jusqu’en septembre 2016.

    Chaque pays y passera à son tour.

    L’épargne des fous qui en ont sera évaporée en fumée en une seconde.
    C’est tellement mieux de vivre dans la dette permanente…
    Mais je pense qu’il encore du temps pour se préparer à la suite.
    Et merci la presse de vous informer, depuis des mois pas un mot sérieux sur les vrais sujets.

    Je n’ai pas connu ces périodes de “vache enragée” en raison de mon très jeune âge.
    Mais vous pouvez chercher du coté de l’argentine qui a fait faillite au début des années 2 000.
    Je vous le dis, prenez vos responsabilités et prévoyez un mode de vie sans aide de l’état à moyen terme.
    Sans aide l’état, ça veut dire sans retraite, sans rsa, sans indemnité chomage, et sans médicaments payés via la carte vitale.
    Je sais pas trop quoi vous dire à ce sujet sinon que des biens tangibles utiles à votre quotidien se feront rares.

  9. Il se pourrait bien, en effet, que le gouvernement grec, d’extrême gauche, est prévu, tôt ou tard, de sortir de l’euro, avec l’aval de son peuple, en prouvant que Bruxelles ne cède rien et les écrase a petit feu.
    Bruxelles (et nous avec) ira s’assoir sur sa dette. Et l’armée russe veillera a ce qu’il n’y est pas de problème avec son nouvel ami.
    Si sortie il y a, votre analyse est effectivement chaotique pour les grecs.
    Pourtant, certains annoncent, qu’une fois sortie, la Grèce pourrait redécoller rapidement, libéré de son boulet.
    Et que, justement, ce qui fait le plus peur à Bruxelles, ce n’est pas de les sortir, mais que les grecs renaissent économiquement une fois libéré, ce qui donnerait des idées aux voisins et démontrerait alors que l’euro n’est plus une religion.
    Quel est votre avis

  10. Mardi 21 avril 2015 :

    Les fonds de retraite suisses seront en faillite dans dix ans. Et les Français ?

    Dans l’œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l’Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu’écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.

    Le dossier grec est très loin d’être terminé. Le ralentissement de l’économie chinoise se confirme. Il y a presque partout une véritable bulle immobilière. Les risques de contagion de marché à marché se sont accrus.
     
    La véritable bombe provient cette semaine de Suisse. Le système de fonds de pension helvétique sera en faillite dans dix ans si les obligations continuent à offrir des rendements négatifs et si les liquidités déposées sur un compte bancaire ne sont pas rémunérées mais subissent au contraire un prélèvement. Le système de retraire français se retrouve exactement dans la même situation, mais cela ne suscite bien évidemment aucun débat !

    http://www.atlantico.fr/rdv/revue-analyses-financieres/fonds-retraite-suisses-seront-en-faillite-dans-dix-ans-et-francais-jean-jacques-netter-2104464.html

    A propos de la Suisse :

    Taux des obligations à 10 ans de l’Etat suisse : – 0,20 %.

    http://www.bloomberg.com/markets/rates-bonds/

  11. Pendant ce temps-la:

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/04/22/97002-20150422FILWWW00235-les-portugais-dans-la-rue-pour-les-35-heures.php

    Et Martinez le nouveau moustachu de la CGT recommande le passage aux… 32 heures en France.
    Bientot la retraite pour tous a la sortie de l’adolscence

    En pleine crise grecque, le Monde s’interroge sur la viabilite de l’euro depuis qqs jours par la voix de Marie Charrel (Ah la jeune generation!). Petite Marie que je “travaille” a coups de posts liberaux depuis quelques mois deja… et qui est de plus en plus pertinente dans ses analyses.

    Stef du Canada,

    PS: quel bonheur ici, le ciel ne nous tombe pas sur la tete .. et alors, une part de mes investissements grossissent, totalement a l’abri de l’impot 😀 Merci Harper.
    http://www.contrepoints.org/2015/04/18/204974-canada-adieu-taxe-sur-les-gains-en-capital

  12. Toujours un réel plaisir de lire ce site et les commentaires. Ce blogue tranche avec “l’institut des libertés” où on trouve certes des choses intéressantes mais où on en remet toujours une couche avec la 2nd guerre mondiale et les antisémites et les complotistes et j’en passe. Pour revenir à nos moutons à en croire la presse la date à retenir pour la Grèce se situe le 12 juillet où les Hélènes doivent rembourser une échéance de 1 milliard (ou plus je n’ai plus le chiffre en tête). Doit on se préparer à vendre nos actions avant que la bourse s’écroule ?

  13. Dans l’Union Européenne, il n’y a pas que la Grèce.

    Neuf pays de l’Union Européenne sont en faillite.

    La Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, Chypre, la Belgique, l’Espagne, la France, le Royaume-Uni sont en faillite.

    Chiffres Eurostat publiés le mardi 21 avril 2015 :

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 317,094 milliards d’euros, soit 177,1 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2134,920 milliards d’euros, soit 132,1 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 225,280 milliards d’euros, soit 130,2 % du PIB.

    4- Irlande : dette publique de 203,319 milliards d’euros, soit 109,7 % du PIB.

    5- Chypre : dette publique de 18,819 milliards d’euros, soit 107,5 % du PIB.

    6- Belgique : dette publique de 428,365 milliards d’euros, soit 106,5 % du PIB.

    7- Espagne : dette publique de 1033,857 milliards d’euros, soit 97,7 % du PIB.

    8- France : dette publique de 2037,772 milliards d’euros, soit 95 % du PIB.

    9- Royaume-Uni : dette publique de 1600,862 milliards de livres sterling, soit 89,4 % du PIB.

    http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/6796761/2-21042015-AP-FR.pdf/7466add3-3a70-4abb-9009-bc986a5d2c0a

  14. Bonjour,

    L’économie française repart plein pot: le CAC 40 bat des records, le gouvernement est enfin raisonnable dans ses prévisions (http://www.latribune.fr/economie/france/previsions-de-croissance-bercy-fait-profil-bas-470511.html).
    C’est dommage, l’indice PMI dit le contraire: “L’Indice Flash Composite de l’Activité Globale en France recule en avril, à 50,2 points après 51,5 points en mars, annonce Markit ce matin. C’est une déception pour les économistes, qui espéraient une poursuite de l’ascension à 51,8 points en moyenne. Dans les Services, l’indicateur baisse de 52,4 à 50,8 points, tandis que dans la Production Manufacturière, il décline de 47,6 à 47,1 points. L’Indice PMI Flash de l’Industrie Manufacturière recule lui aussi de 48,8 à 48,4 points.” (http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/france-eco-les-indices-pmi-piquent-a-nouveau-du-nez-en-avril-625827.html?rss)

    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *