Inflation, création monétaire et Richesse des nations

Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale et jusqu’à la fin du XX° siècle, le principal problème qui s’est posé aux économistes et aux autorités publiques aura été celui de l’inflation.

C’est la raison pour laquelle les dirigeants des banques centrales, et en particulier ceux de la Fed avaient pour fonction d’assurer la stabilité des prix et le plein emploi.

Ces objectifs donnaient l’impression d’être parfaitement justifiés car l’inflation et le chômage qui se sont développés en Allemagne après la fin de la Première guerre mondiale ont eu des effets catastrophiques, surtout avec l’arrivée au pouvoir des socialistes nationalistes.

En effet, dans les années 20, les dirigeants allemands ont fait fonctionner la planche à billets au point de provoquer une gigantesque création monétaire indue qui a provoqué une inflation largement hors normes qui a plongé les Allemands dans une extrême pauvreté.

Ainsi, lorsque la masse monétaire augmente (sous-entendu) plus rapidement que le PIB, davantage d’argent est en circulation, ce qui fait augmenter mécaniquement les prix et provoque finalement un grand désordre dans l’économie en détruisant la richesse créée précédemment.

1 / Donc : création monétaire indue => inflation => crise majeure.

C’est simple, tout est simple.

Tout le monde est (ou était) d’accord avec de telles analyses et leurs conclusions mais il aurait été préférable que les autorités publiques aient eu plutôt pour objectif d’optimiser la croissance du PIB, c’est-à-dire la création de Richesse de la (de chaque) nation (Adam Smith), ce qui est la meilleure solution pour améliorer le niveau de vie de ses habitants.

La réaction la plus énergique face à une création monétaire indue et une inflation catastrophique est encore venue de l’Allemagne mais de l’après-guerre lorsque les dirigeants de la Buba ont mené une politique monétaire rigoriste, dite orthodoxe, sans création monétaire indue ni inflation, avec un Deutsche Mark fort et stable, surtout dans les années 80 grâce à Karl Otto Pöhl, le dernier Président de cette Buba orthodoxe.

Ce fut une réussite parfaite qui a largement contribué à la création de la richesse de l’Allemagne et de ses habitants.

2 / Donc : pas de création monétaire indue ni d’inflation => Richesse de la nation + monnaie forte.

Face à cette rigueur germanique, les Américains (c’est-à-dire les personnes faisant partie des autorités publiques des États-Unis) ont été partisans d’une légère inflation : de 1,5 à 2,0 % pour stimuler l’activité économique et pour éviter le piège déflationniste), ce qui a conduit à une croissance considérée comme normale à partir des années 90 jusqu’à nos jours (avant cette histoire de coronavirus) mais avec des récessions et une monnaie plus ou moins faiblarde.

3 / Donc : pas de création monétaire indue + faible inflation => Richesse (modérée) de la nation.

Le modèle allemand caractérisé par une monnaie forte et l’absence d’inflation a conduit des autorités publiques à privilégier le maintien de la stabilité des prix au détriment de la maitrise de la masse monétaire, ce qui a conduit à une création monétaire indue et à une croissance quasiment nulle, donc avec une absence de création de richesse nationale.

C’est ce qui s’est produit au Japon dès les années 80 et plus tard dans la zone euro.

4 / Donc : création monétaire indue + très faible inflation => pas de création de Richesse de la nation.

En pareilles circonstances, la probabilité est forte pour qu’une crise létale se produise à terme.

Deux autres situations nouvelles sont à prendre en considération…

Dans un premier cas, une forte inflation sans création monétaire est observée par exemple en Turquie depuis le début des années 2000.

Elle a entrainé une augmentation considérable de la Richesse de la nation qui a bénéficié globalement à l’ensemble de la population.

Cette situation s’était déjà produite précédemment dans certains pays européens mais dans une moindre mesure, comme la France pendant les 30 Glorieuses ainsi qu’en Italie et en Espagne par la suite, tant que ces pays ont conservé leurs monnaies nationales qui ont toutes perdu de la valeur par rapport aux monnaies fortes à cause d’une inflation trop forte.

Cependant, globalement, les habitants de ces pays ont bénéficié finalement d’une augmentation très importante de leur niveau de vie, c’est-à-dire de leur richesse.

5 / Donc : pas de création monétaire indue mais forte inflation => hausse de la Richesse de la nation + monnaie faible.

Enfin, un autre cas nouveau doit maintenant être pris en considération : celui des États-Unis depuis cette histoire de coronavirus qui est caractérisé par une augmentation de la masse monétaire en circulation sans création monétaire indue puisqu’elle provient d’argent distribué à des familles et à des entreprises, le tout financé par des emprunts lancés par l’Etat fédéral !

Cette situation est inédite (elle n’a pas d’antériorité) et il n’est pas possible d’en connaitre actuellement les conséquences finales.

L’inflation constatée jusqu’à présent ne provient pas directement de cette bulle monétaire.

6 / Donc : hausse de la masse monétaire (par emprunts) sans création monétaire indue => ?

***

Suite avec les graphiques justificatifs dans un prochain article…

© Chevallier.biz

3 réflexions sur “Inflation, création monétaire et Richesse des nations”

  1. Je suis surpris que la BCE commence à avouer 8 mois après les USA que le retour de l’inflation est bien là. C’est la même histoire avec le Corona. Au début, on disait que c’était uniquement une maladie chinoise et après 8 mois, les gouvernements européens disaient qu’ils ne savaient pas et que c’étaient une surprise. C’est fou ce que nos dirigeants européens sont tellement aveuglés et sont adepte de la méthode Coué. Une preuve de plus que l’ensemble de l’Europe est tétanisé de prendre la moindre initiative courageuse. Les temps vont être dur avec cette création monétaire indue avant d’avoir un réveil douloureux. Triste pour ceux qui se battent et donnent leurs démissions ( 2 gouverneurs de la Bundesbank)

  2. Bonjour Jean Pierre,
    Je me posais une question concernant les investissements qui sont fait en crypto monnaies et en métaux précieux.
    Voyez vous vraiment en étudiant les agrégats cette fuite des capitaux ? ou cela est difficile a quantifier réellement et cela peut il fausser une partie des analyses ?
    Merci d’avance,
    Nicolas

  3. Héfaillitos, dieu grec de la faillite

    Bonjour Monsieur C.
    Pas d’autre possibilité que de commenter ici car les articles abonnés ne me sont pas accessibles.

    Je voulais signaler que nous sommes à 1 mois des 10 ans de la presque palme d’or de qui vous savez… 🙂
    Et que depuis cette époque, le “détail des 100 milliards” n’est vraiment plus qu’un détail vu que ça imprime par centaines chaque mois désormais.
    Et depuis les gens sont devenus fous. Mettre le fruit de leur labeur via smartphone dans des banksters virtuels créés ex-nihilo qui peuvent disparaitre du jour au lendemain… bien joué les Swoon de Lille et leur livret A à 3% sans plafond en période de taux négatifs. On va pas plaindre les pigeons, la faillite à très court terme de ce modèle était écrite.
    Même les banques un peu plus sérieuses doivent faire gaffe, Pouyanne, BaMI (banque michel inchauspé), et Martin Maurel a fusionné avec une branche rothschild.
    Vous connaissez les vidéos de P.Jovanovic, qui me ferait rire avec ses expressions récurrentes “un banquier mourru” si cela n’était pas les signes d’une aggravation de la situation. Il a le mérite de bien informer sur le plan de nos dirigeants : le taux négatif permanent sur monnaie virtuelle quand ils auront réussi à supprimer billets et pièces… dont ils sont en train de détruire le pouvoir d’achat via inflation.
    Y’a bien qu’un vague président incompétent pour penser que les français ont gagné en pouvoir d’achat avec des salaires bloqués quand les prix des pates et d’autres choses montent de 8% et plus.
    Et si le prix reste bas, les producteurs vendent à celui qui paye le prix ou alors y’a pénurie, comme dans les meilleurs moments de l’URSS tout était pas cher mais les magasins étaient vides. Par exemple le gel hydroalcoolique en confinement, les producteurs français de l’alcool nécessaire à sa fabrication vendaient aux allemands qui payaient mieux, l’allemagne avait du gel, pas la France.

    Donc en ce 11 Novembre, un petit bonjour 10 ans après car aussi c’est à cette époque que j’ai trouvé votre blog.
    Le monde est devenu encore plus fou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *