ING Group 2° trimestre 2012

ING Group fait partie des 28 banques présentant un risque systémique dans le monde (SIFIs, Systemically Important Financial Institutions).

Les dirigeants d’ING ont bien compris qu’ils devaient d’abord et avant tout diminuer leur multiple d’endettement (mon µ, leverage en anglais), ce qui est réalisé lentement mais sûrement : il est passé de 29,5 fin 2010 à 23,5 à la fin du 2° trimestre 2012, ce qui est encore beaucoup trop élevé, mais la tendance (sur une longue période !) est bonne, ce qui correspond à un ratio Tier 1 réel de 4,3 %,

Document 1 :

ING2010 Q42011 Q42012 Q12012 Q2
Liabilities1 206,101 232,531 194,111 186,73
Equity40,90446,66347,61650,514
Leverage (µ)29,526,425,123,5
Tier 1 (%)3,43,844,3

Sommes en milliards d’euros.

Il faudrait augmenter les capitaux propres de… 62 milliards d’euros pour respecter les règles prudentielles d’endettement bancaire dites de Bâle III, comme le font la plupart des banques helvètes, américaines et asiatiques (de Singapour en particulier) !

Dans ces données, le montant des capitaux propres retenus est celui qui est préconisé par la BRI et par ce bon vieux Greenspan, sans les minoritaires,

Document 2 :

Cliquer ici pour voir le dernier bilan d’ING.

13 réflexions sur “ING Group 2° trimestre 2012”

  1. Mercredi 8 aout 2012 :

    Selon un article du « Wall Street Journal », le FMI – un des principaux bailleurs de fonds de la Grèce – fait pression pour que les Etats de la zone euro acceptent de subir des pertes sur les obligations grecques qu’ils détiennent et que, de son côté, Athènes ramène sa dette publique autour de 100% du PIB.

    Jusqu’ici, seul le secteur privé (banques, assurances, etc.) a accepté de subir d’importantes pertes sur la dette grecque.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202208717094-grece-s-p-abaisse-la-perspective-de-la-note-a-negative-351406.php

    “On n’a plus de marge de manoeuvre s’il faut faire un nouvel effort pour les Grecs, car on a déjà imposé une décote terrible aux banques. Il faudra aller vers les bailleurs de fonds publics donc les contribuables nationaux”, a estimé un diplomate européen.

    En clair : il va y avoir une deuxième restructuration de la dette grecque. Cette fois, ce seront les prêteurs publics qui vont subir des dizaines de milliards d’euros de pertes.

    Concrètement : lors de la deuxième restructuration de la dette grecque, la BCE et les Etats de la zone euro vont subir des dizaines de milliards d’euros de pertes.

    Conséquence : il va falloir recapitaliser la BCE. Et il va falloir que les Etats de la zone euro subissent des pertes.

    France : le Parlement s’inquiète de l’accumulation des engagements pris pour soutenir la Grèce.

    Dans son rapport, le député Christian Paul (PS) chiffre à 50,8 milliards d’euros les prêts à la Grèce devant être garantis par la France dans le cadre du Fonds européen de stabilité financière ; « il ne s’agit pas de prêts, mais bien de pertes que les Etats de la zone euro acceptent de consentir vis-à-vis de la Grèce ».

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202205724179-le-parlement-s-inquiete-de-l-accumulation-des-engagements-pris-pour-soutenir-la-grece-351001.php

    Contribuables français, préparez-vous à payer.

    Contribuables français, préparez-vous à payer pour la deuxième restructuration de la dette grecque.

      1. C’est un simple petit tour de passe passe…

        La BCE va prendre les pertes, l’euro va encore baisser… donc le prix du pétrole et de l’alimentaire vont augmenter et la bourse va monter
        les agriculteurs vont continuer à produire à perte et à se suicider.
        et les stratégistes obligataires et autres économistes de BFM continueront à nous raconter que
        tout va merveilleusement bien.

        tout est simple : relisez donc la ferme des cochons en remplaçant “cochons” par “les bankster et la bourse”

        mais cela ne pourra pas durer éternellement : la cohésion sociale va se dégrader.
        et si les vieux politocards ne réagissent pas pour répudier ces dettes immondes crées par un autre tas de vieillards séniles (pompidou, giscard etc…), le sang coulera dans les rues.

  2. Et pendant ce temps, on va chercher la croissance sur Mars…
    mais Jacques Cheminade est arrivé le premier et leur a dit la vérité sur les américains… qui passent leur temps à faire la guerre partout dans le monde (que ce soit avec les guns ou avec les monnaies)
    les martiens sont bien plus malins que les eurozonards…

    http://www.dbtechno.com/wp-content/uploads/2012/08/mars-photo-meme-2.jpg

    Pour être plus sérieux, merci M.Chevallier de l’actualisation des leviers des banksters…

    1. Bien sûr que c’est dangereux! Mais la BNS c’est prise dans un piège diabolique. Si elle annule le taux plancher, la dévaluation de l’euro sera monumentale par rapport au franc suisse, passant bien en-dessous de la parité. Que voulez-vous qu’elle fasse? Baisser le taux progressivement est encore pire, puisque à terme on est quasi sûr que le taux baissera encore…

      C’est un dilemne…

      1. Sans compter sur la perte magistrale que la BNS va se manger sur tous ces euros qu’elle a achetée pour maintenir fictivement un taux de change eur/chf à 1,20. Taux de change qui se retrouvera ipso facto en dessous de 1.

  3. “En clair : il va y avoir une deuxième restructuration de la dette grecque. Cette fois, ce seront les prêteurs publics qui vont subir des dizaines de milliards d’euros de pertes.” B.A.

    En clair :
    1. Les bilans des “banques” sont catastrophiques : on les recapitalise en s’appuyant sur les états,
    2. Les bilans des “états” sont catastrophiques : on les recapitalise en en s’appuyant sur … les états.

    Encore plus clair :
    1. Le citoyen européen est coupable du bilan des “banques” puisque c’est lui qu’on fait payer 1 fois.
    2. Le citoyen européen est coupable du bilan des “états” puisque c’est lui qu’on fait payer 2 fois.

    Conclusion :
    Le citoyen européen est né pour payer 3 fois l’argent qu’on lui prête :
    Une 1ère fois quand il souscrit un prêt à sa banque,
    Une 2nde fois quand il sert à renflouer les banques,
    Une 3ème fois quand il sert à renflouer les états.

    Questions :
    C’est quand qu’on va où ?
    Qui fournit la corde ?

  4. Certains Grands Etats et leurs banques sont en faillites avérés ?. D’autres, un peu mieux en forme, accourent pour prêter main forte selon comme çà les arrange ?…….
    Loin de les défendre bien sur !.
    Mais Qui c’est qui les a cru ?, et Qui c’est qui leur a donné du grain à moudre pour alimenter leurs convictions idéologiques ?.
    Qui c’est qui a voulu du beurre au dessus de ses moyens ?
    Qui c’est ?!………….
    Qui ? maintenant vient critiquer ceux qui ont fait de l’argent ubu sur le beurre de ceux qui ne voyaient qu’à faire du beurre avec la complicité des premiers ?,
    Et tout cela sans considération des ressources productives réelles !.
    Qui crie maintenant sauve qui peut en se demandant ce qu’il va faire de son gros beurre amassé qui fond comme neige au soleil ?.
    Le frigo ?, c’est le PIB et tout ce qui va avec !.

    “Qui”, dans sa globalité, peut bien s’amuser de jouer avec le virtuel !, mais un jour il faudra bien redescendre sur le plancher des vaches ! ; et c’est exactement ce qui est en train de se produire !.

    Que nous réserve la suite ?…. l’avenir ne manquera pas de nous le dire et très vite !. Et ce, malgré les discours de tous poils en hauts lieux.
    Bouffer du simple discours, et bravo à l’orateur s’il a su convaincre !, çà fait vivre un temps certain, mais celà ne résout en rien les problèmes et les défis de la Vie.

    Très bon week end à Tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *