Japonais débridés

Le nouveau gouverneur de la Banque (centrale) du Japon, Haruhiko Kuroda, a décidé (jeudi 4 avril en fin de journée au Japon) de racheter des bons du Trésor japonais en masse (comme la Fed) pour 410 milliards d’euros sur une année.

Les banques japonaises disposent ainsi de disponibilités abondantes qu’elles placent en bons du Trésors considérés comme sûrs et à hauts rendements : des bons du Trésor… français dont les rendements ont baissé à un plus bas historique hier lundi en début de séance européenne à 1,709 % !

Document 1 :

Les achats japonais ont moins porté sur les autres bons de Trésors de référence,

Document 2 :

Les politiques menées par les grandes banques centrales ont le gros inconvénient d’avoir pour conséquence que certains marchés ne donnent plus une image fidèle de la réalité, ce que tout analyste doit prendre en considération.

Aux Etats-Unis, la politique monétaire menée par la Fed (et la crise en Europe) a pour conséquence de maintenir les rendements des bons du Trésor dans une pentification idéale

Document 3 :

qui maintient l’écart entre les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans dans une bande proche de 150 points de base correspondant à une croissance du PIB réel proche de son optimum sans inflation,

Document 4 :

Ainsi sont cassés les cycles qui étaient précédemment initiés par les gens de la Fed.

17 réflexions sur “Japonais débridés”

    1. “Les politiques menées par les grandes banques centrales ont le gros inconvénient d’avoir pour conséquence que certains marchés ne donnent plus une image fidèle de la réalité, ce que tout analyste doit prendre en considération.”

      Tout est dans cette phrase.

  1. Et oui : on regarde les taux à un instant T : le 10 ans francais “plus sur” que le 10 ans US , alors que les PMI divergent totalement
    mais je dis heureusement pour la france, on gagne du temps et les intérets servis pour la dette diminuent

    mais on ne gagne que du temps

  2. J’ai trouvé le nouveau moyen d'”euthanasier les rentiers” grâce à l’inflation… sans parvenir à créer d’inflation. Il suffit d’avoir un taux d’inflation qui reste bêtement scotché vers les 2%, et des taux d’emprunts qui descendent vers les 1%. Tadaaaaa!

  3. Bravo à JP.Chevallier, qui évalue de manière plus efficiente la solvabilité US vs France que les banques japonaises (et les marchés en général).

  4. Mardi 9 avril 2013 : après l’effondrement de Chypre, nous allons assister à l’effondrement de la Slovénie.

    Lisez cet article :

    La Slovénie doit assainir d’urgence son secteur bancaire.

    La Slovénie, confrontée à une grave récession, doit régler d’urgence la crise de son secteur bancaire et engager de nouvelles réformes pour stabiliser son économie, recommande l’OCDE dans un rapport publié mardi.

    Rétablir un secteur bancaire (viable) est la priorité la plus urgente, estime l’Organisation de coopération et de développement économiques.

    La Slovénie est confrontée aux risques d’une baisse prolongée de son économie et d’un accès réduit aux marchés financiers. Des mesures supplémentaires et radicales sont nécessaires dès que possible afin d’éviter un tel résultat, ajoute-elle.

    Le petit pays de la zone euro a certes déjà mis en place plusieurs mesures de consolidation de ses finances publiques, mais leur nature est trop temporaire, juge l’organisation.

    En premier lieu, la Slovénie doit assainir les bilans de ses banques et assurer la recapitalisation des banques viables, de préférence via des émissions d’actions, afin de relancer le crédit, et par ricochet soutenir l’activité économique.

    Tout en saluant la création d’une bad bank, structure de défaisance rassemblant les actifs toxiques des banques, l’OCDE regrette un manque de transparence dans son fonctionnement et s’inquiète d’interférences politiques potentielles.

    Elle recommande aussi à la Slovénie, issue de l’ex-Yougoslavie, de privatiser les banques publiques – les trois plus grands établissements du pays sont aux mains de l’Etat -.

    Même si les banques ont été à plusieurs reprises recapitalisées par l’Etat, elles restent vulnérables en raison d’une accumulation de mauvais crédits accumulés ces dernières années, et de nouvelles injections de capital seront nécessaires.

    Dans ses dernières prévisions, l’organisation a prédit une récession de 2,1% pour la Slovénie en 2013, suivie d’une croissance de 1,1% l’année suivante.

    http://www.romandie.com/news/n/_La_Slovenie_doit_assainir_d_urgence_son_secteur_bancaire83090420131022.asp

    PIB de la Slovénie : 35,719 milliards d’euros.

    Créances irrécouvrables des banques slovènes : 7 milliards d’euros, soit 20 % du PIB de la Slovénie.

    Parmi les anciens pays communistes, la Slovénie, ex-élève modèle de l’Union européenne et de la zone euro qu’elle a intégrée en 2007, est tombée en récession en 2012 et devrait y rester en 2013. Son système bancaire est confronté à une montagne de créances pourries (7 milliards d’euros, selon un rapport du FMI).

  5. Until quite recently, my working assumption was that a full-blown French debt crisis would occur between 2014 and 2017. In light of the extraordinary malfeasance of the current government I have changed my mind and believe that France is now extremely near to that abyss. Fasten your seat belt in Europe—the world’s last truly Communist country is about to implode.

    http://www.zerohedge.com/news/2013-04-09/charles-gave-france-brink-secondary-depression

    1. barrez-vous ça urge

      Merci pour cet extrait du vieux charles. Depuis son histoire de lions et d’ânes, il a toujours un déclic d’avance.

      les investisseurs privés se cassent,
      Et les pauvres japonais continuent dans ses erreurs historiques… comme dans chaque crise majeure.
      ou alors ils pensent à une hausse à moyen terme des taux français et veulent se faire un peu d’argent en spéculant sur la dette française.

      les socialauds socialiseront les dettes avec votre épargne
      chacun payera selon ses moyens… c’est parfait pour les socialauds

      les contrats de 500 000 d’aasurance-vie (pour les naifs qui ont toujours de l’assurance vie) vont bientôt être contraints pour financer l’économie française en faillite

      http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20130402trib000757084/les-gros-contrats-d-assurance-vie-bientot-sous-contrainte.html

      Une fois que le “pied est passé dans la porte”, l’affaire est jouée. Il suffira de modifier le plafond des contrats gelés ou contraints en temps utile. La corde se resserre insidieusement autour du cou, vous avez encore le temps de vous barrer. n’hésitez pas.
      Le principe de vol sur les comptes en banque a déjà été validé à chypre,

      C’est ce qu’on appelle une faillite normale.
      Il y a deux façons de faire faillite : d’abord c’est petit à petit, puis tout d’un coup.

      je me demande ce que pense les stratèges de natixis de cet article

      http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20130328trib000756571/la-banque-de-france-n-a-jamais-gagne-autant-d-argent.-et-c-est-une-mauvaise-nouvelle.html

      « Je dois être le seul chef d’entreprise à ne pas me réjouir d’avoir d’aussi bons résultats », s’est amusé Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France.

    2. Je pense que son couplet sur la banqueroute morale des élites, qui persistent à penser qu’il est plus noble de surtaxer la création de richesse au bénéfice du service public plutôt que d’encourager le secteur marchand, ne reflète pas la réalité.

      Je crois au contraire que l’opinion est en train de devenir très rapidement anti-fiscale, et que le gouvernement Hollande le comprend. Il faut aussi rappeler que, malgré tout, la rhétorique de tous nos gouvernements, droite et gauche reste favorable à l’entrepreneuriat, malgré les faux pas comme la taxation des plus-values au barême de l’IR. En d’autres termes, je pense que ce qui se passe en France ressemble à la “fiscal revolt” californienne de la fin des années 70. Et c’est une bonne nouvelle.

  6. “The ‘oversize banking’ model of too-big-to-fail is more dangerous than ever. We must get to the root of the problem with comprehensive and clear regulation.”

    Christine Lagarde.

  7. “We are now seeing the emergence of a “three-speed” global economy—those countries that are doing well, those that are on the mend, and those that still have some distance to travel.”

    While East Asia was identified as an area that was “doing well”, and US and Switzerland were “on the mend”, Ms Lagarde said that the eurozone and Japan belonged to a “third speed”, where countries still had “some distance to travel” to recover.

    “Monetary policy is “spinning its wheels”—meaning that low interest rates are not translating into affordable credit for people who need it,” said Ms Lagarde.

    http://www.telegraph.co.uk/finance/financialcrisis/9985327/Christine-Lagarde-crisis-has-created-three-speed-economy.html

      1. Ah oui, il faut savoir traduire le Bécassine : « We are now seeing the emergence of a “three-speed” global economy », ça veut dire que les français vont devoir (enfin) se mettre au vélo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *