Le Portugal déjà hors de l’€-système !

Avec des rendements des bons du Trésor (surtout ceux à 5 ans et à 10 ans) autour de 15 %, le Portugal est déjà en dehors de l’euro système.

Ces bons des Trésors jouent le rôle d’ersatz de monnaies nationales.

Des écarts relatifs considérables par rapports aux rendements du Bund (à un peu moins de 2 %) signifient que le maintien du Portugal dans l’euro système est contraire à toute logique économique élémentaire,


Pour l’instant, il n’y a pas officiellement de défaut de paiement de cet Etat mais plus la décision de sortie de l’euro système sera prise tard, plus les conséquences seront douloureuses pour tout le monde.

Pour rappel, la dévaluation du peso argentin en 2002 n’a été que de 60 % par rapport au dollar. Elle a eu des conséquences fortement dommageables à court terme mais après un recalage de l’activité, la croissance est repartie par la suite sur de bonnes bases.

6 réflexions sur “Le Portugal déjà hors de l’€-système !”

  1. Greece: the latest update from IIF means that 39.3% of the €206 billion total PSI eligible debt is known to be up for the deal

    on est encore loin des 75%…

  2. Le problème c’est que tous nos non-décideurs politiques et économiques sont tétanisés par la peur.
    Un autre institut économique a fait part hier de ses conclusions en disant qu’un défaut de la Grèce coûterait 1000mds à la zone euro. Du coup tout le système est paralysé et aucune décision n’est prise.
    Lorsque l’Argentine a fait un défaut désordonné ça n’a pas coûté 500mds ou 1000mds, et l’année dernière elle a fait une croissance du PIB de 9%.
    Donc d’où sortent-ils de tels chiffres ???

  3. je reviens sur l’Argentine :

    L’Argentine, en 2002, a poliment “envoyé ballader” la Troika, au lieu de se laisser dépecer comme la Grèce.

    Les prêteurs ont pris leurs pertes, puisqu’ils ont été remboursés en papier sans valeur…. comme l’exige tout système cohérent.
    Sauf que pendant 3 mois, tous les comptes des argentins ont été bloqués, les créanciers hors-argentine ont été réglés dans la mesure du possible, et seulement ensuite la monnaie a été sabordée.
    Cela n’a rien changé à l’ineluctable effondrement, mais au moins, ils ont gardé leur or et ont pu repartir en frappant à nouveau monnaie.
    La middle-class a été ruinée, les très riches avaient pris refuge ailleurs, les pauvres étant déjà pauvres cela n’a rien changé pour eux.

    L’Argentine a ensuite bénéficié de sa forte production de soja dans un monde où la demande montait et la production baissait. Pareille chose n’est pas faisable en france.
    De plus, un croissance de 9% est plutot normale pour un pays en reconstruction dont le PIB a été décimé en 1 instant y’a quelques années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *