Plantages helvètes et français

Hier 18 décembre, les rendements des bons bons à 10 ans du Trésor helvète ont encore battu leur plus bas record malgré la décision de la BNS d’imposer des taux négatifs sur les avoirs en comptes de virement qu’elle tient pour des banques et d’autres intervenants sur les marchés financiers,

Document 1 :

Il en a été de même pour les rendements des mauvais bons à 10 ans du Trésor français qui ont encore battu leur plus bas record en matinée à la suite d’une erreur d’interprétation de la part de la nomenklatura bancaire (ces rendements ont fortement augmenté par la suite),

Document 2 :

Cette nomenklatura bancaire franchouillarde incompétente a de plus en plus de mal à maitriser la situation comme le montrent les écarts relatifs entre les rendements du Bund et ceux de leur homologue français qui évoluent dans un certain désordre selon les heures,

Document 3 :

L’euro crise continue comme précédemment comme le montrent les écarts entre les rendements du Bund, du 10 ans français et ceux de leur homologue helvète qui reste un refuge pour les capitaux,

Document 4 :

Pour l’instant, tout va bien.

6 réflexions sur “Plantages helvètes et français”

  1. Bonjour,

    Il est quand même étonnant (enfin pas tant que ça) que ce genre d’information cruciale ne soit pas porté à la connaissance du grand public.
    Du coup, je m’interroge sur la véracité des derniers chiffres de l’INSEE relatifs à une éventuelle croissance début 2015 (hors baisse du pétrole). A vrai dire, cet organisme devient progressivement suspect vu sa facilité à sortir du chapeau des statistiques sympathiques pour le pouvoir politique quand le besoin s’en fait sentir. L’indice PMI reste dans le rouge et les échos que je eux avoir de la distribution, grande et petite, laissent entendre un début 2015 plutôt difficile (il semblerait que les réassorts ne soient pas envisagés avant le mois de mars et qu’ils n’aient lieu que si une réussite des soldes permet d’engranger du cash qui fait cruellement défaut).

    Bonne journée

    1. Oui, certes le pétrole baisse, mais vu que les taxes vont augmenter dessus, cela va juste augmenter le taux de prélèvements publics … Et ces chiffres sont également basés sur des prévisions d’augmentations de nos exportations. Vu que la croissance chute partout en Europe, en Asie et chez nos clients moyen-orientaux, on se demande bien par quel miracle cela pourrait se produire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *