PMI manufacturier : toboggan France-USA

L’écart entre les indices PMI de la France et des Etats-Unis s’est réduit en novembre mais il s’est bien creusé précédemment, ce qui signifie que la croissance américaine ne va pas avoir d’effet d’entrainement,


Seul en Europe, le Tigre celtique continue à renaitre avec un PMI manufacturier à 52,4 qui montre bien une fois de plus que pour stimuler la croissance, le meilleur moyen est de baisser le taux d’impôts sur les bénéfices des entreprises, ce qui fait jouer à plein un effet boule de neige salvateur.

L’Allemagne à 46,8 est touchée par les €-crises.

19 réflexions sur “PMI manufacturier : toboggan France-USA”

  1. En 2015 tout sera réglé, nous serons les servants des US. Il ne nous restera plus qu’à mettre notre plus belle tenue de soubrette, acheter de la vaseline et hop on verra l’économie se redresser. Je suis sure qu’on verra alors apparaitre en Europe les bons alimentaires et que Goldman sachs se chargera de la distribution.
    Ensuite prochaines élections on aura un gouvernement qui voudra sortir du système et on deviendra l’argentine européenne. Viva France !!
    La triste réalité prend de la vitesse. Car les US ne sont pas de doux rêveurs, loin de là à mon avis.

    http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/780554/martin-schulz-aimerait-une-zone-de-libre-echange-entre-europe-et-usa.html

    1. @ Magaja : permettez-moi de vous faire remarquer (en toute amitié internaute) qu’il semble que vous n’ayez pas bien le sens du concret, le sens des réalités… ; je m’explique :

      Vous dites : “nous serons les servants des US”.
      Remarque : c’est déjà le cas, voyons ! Et pas d’hier. Le dollar, il sert à quoi ? et l’Otan ? hm ? et puis de toute façon, à choisir entre l’€URSS, l’empire russe ou le chinois ou encore les US, hein…

      Vous dites : “plus qu’à mettre notre plus belle tenue de soubrette, acheter de la vaseline et hop”
      Remarque : vos fantasmes n’engagent que vous… ET le gouvernement actuel et son ministre du viagra productif 😉

      Vous dites : “on verra alors apparaitre en Europe les bons alimentaires”
      Remarque : ouvrez les yeux, c’est le cas en France depuis belle lurette! Il y a bien plus de bons alimentaires en France qu’aux US, voyons ! Sauf qu’on a le “chic” de présenter ça dans une boite plus sexy (l’art du luxe à la française hien), je veux parler des : RSA, RMI, ASS&DIC(k), CAF, prime scolaire pour la rentrée, tickets restos, idem pour les vacances, comités d’entreprise, … la liste est longue de toutes les couches subventionnées par l’état ! qui ne disant pas leur nom : c’est presque digne du ticket de rationnement pendant la guerre, hé ! Ouvrez les yeux ! La France, c’est devenu ça !

      Vous dites : “les US ne sont pas de doux rêveurs”
      Remarque : C’est clair ! Quand les français… si !

      Moralité : si on veut éviter le corralito auquel vous faites allusion, faut arrêter de taper qui sur l’Etat, qui sur les US ou GS ! Faut se retrousser les manches et acheter un porte voix : la seule porte de sortie de ce merdier, c’est simple, c’est un abaissement généralisé des taxes et des redistributions iniques ! Tout le reste n’est que palabres pour rêveurs franchouillards.

      P.S. perso, je suis en train de monter un dossier pour acheter de l’immo sous forme de sci dans l’état du Delaware. Vive les US et quitte la France. Gna !

  2. “qui montre bien une fois de plus que pour stimuler la croissance, le meilleur moyen est de baisser le taux d’impôts sur les bénéfices des entreprises”

    Faux l’Irlande s’en sort grâce à un dumping fiscal, si l’ensemble des pays appliquaient ce que vous dites, l’effet serait nul …

  3. Pourquoi ne pas supprimer les impots purement et simplement, et tout privatiser ? On pourrait pas faire mieux en matière d’intelligence fiscal ? Plus de structures publiques couteuses, donc plus besoin des paradis fiscaux, une mega croissance garantie sur facture grace à des couts salariaux au plancher : ce paradis existe déjà, c’est l’Afrique. Bon, d’accord, la moyenne de vie n’y est que de 55 ans, mais on peut pas tout avoir.

    1. C’est juste le discours néo libéral bullshit (et en fait fortement conservateur) habituel :

      “L’Etat c’est le mal”
      “L’Etat c’est le mal”
      “L’Etat c’est le mal”
      “Les impôts c’est le mal”
      “Les impôts c’est le mal”
      “Les impôts c’est le mal”

      etc…

      1. @ Surya :

        Règle n°1 : l’Etat qui pèse 56% du PIB, c’est la mal : OUI !
        Règle n°2 : l’Etat quand il pèse 25 à 30% du PIB, c’est le paradis, OUI !

        C’est simple, non ? Qu’est-ce qui vous fait peur ? Perdre vos allocations ?

      2. @ Surya : Bonjour, je ne vous connais pas, mais je remarque un lapsus de votre part,
        Lapsus qui ne serait pas grave s’il n’était généralisé… Or, il est généralisé :

        Vous confondez “libéralisme” et “mercantilisme”.

        Le libéralisme est mal perçu en France car mal compris, mal défini.
        Faute en partie aux soit disant gens de droite qui en France ont laissé assimiler “libéralisme” à une fausse lutte des classes qui entraîne toute l’économie par le fond.

  4. C’est un peu comme dire que si on baissait tous en même temps le coût du travail ca ne marcherait pas, car on ne peut pas tous redevenir compétitif en même temps. Ces détracteurs là prennent le cas de l’Allemagne qui a baissé sont cout du travail alors que les autres pays ne le faisaient pas , et que cela a marché pour cette raison. Excusez moi de vous dire que l’équilibre passe par une meilleure répartition. C’est comme partager un plat à table. SI personne en veux, y en a toujours un qui mange plus que les autres. Personne en a voulu l’Allemagne c’est servie et maintenant on lui en tient rigueur… pffff….

    Concernant la fiscalité des entreprises, on notera qu’avec un taux dépassant les 33.3 d’imposition largement maintenant en France, surtout pour les PME, autant dire que l’innovation et le développement passent quelque peu à la trappe.

    Sachez une chose:
    Lorsque un chef d’entreprise, ou encore une société X est actionnaire d’une société Y, stable, ayant un bon dégagement de marge, cette dernière, la marge et donc les dividendes entre autre, sont utilisés à plusieurs choses:
    – Pour les particuliers comme moi par exemple qui suit dans ce cas, j’utilise ces derniers pour vivre en grande partie, car ce sont mes revenus principaux sur 1 de mes sociétés, mais aussi pour investir.
    Investir dans d’autres entreprises, en créer, en développer.
    Vous me baissez ma marge, que se passe t il alors? Hé bien tout d’abord, je vais verrouiller au niveau de la société qui dégage les ronds. JE vais donc baisser les investissements, serrer les dépenses, tendre le personnel au niveau des flux, mettre en place une gestion de stock en flux tendu afin de redégager de la trésorerie. J’impact donc la circulation financière sur le marché des entreprises à ma petite échelle.

    Derrière, malgré les efforts réalisés, ayant entraîné une “fatigue” de l’entreprise,( car le personnel en prend un coût, une tension se crée, le travail se fait donc dans de moins bonnes conditions) je dégage moins de marge et donc moins de dividendes.
    (en 2014 les dividendes de 2013 seront de 10% inférieurs à 2013 pour 2012).
    Ces dividendes, j’ai ausi ma maison à rembourser, je fais des plans d’investissement personnel comme pour une entreprise en ne dépassant jamais 18% de taux d’endettement pour le perso, hé bien pour rester à 18% je suis obligé de rogner sur la partie dite “à investir”. Je baisse encore la part de finance investit dans le circuit, qui sera donc de l’argent non redistribué de novo.
    La boucle étant bouclé, l’argent qui circule diminue, les investissements diminuent, la vitesse de circulation de l’argent diminue, la croissance s’affaiblit voir disparaît.

    Dans le cas ou on me baisse l’imposition de la société Y hé bien reprenez le circuit et l’argent remise en jeu dans le circuit financiers des entreprises circulera beaucoup plus vite:
    -par le développement de la société Y et les investissements sur celle ci
    -par l’investissement de la valeur ajouté créée par la société Y
    -par la création potentielle de nouvelle sociétés
    -par les projets d’investissements personnels servant la collectivité

    Alors pourquoi cela ne marcherait pas, laissez moi sceptique quand à de telles affirmations…..

    Tout ce que l’on a créé avec la fiscalité actuelle, c’est un protectionnisme accru des patrimoines acquis, les sociétés qui en ont la possibilité vont se verrouiller comme un escargot dans sa coquille en attendant la fin de la tempête, et en espérant que personne ne leur marche dessus.

    aspiciet spartam

  5. Je maintien mon pronostic du 2février et du 20 septembre sur la superposition des deux courbes tôt ou tard,car les U.S sont dans la même situation E.U.

    1. @ Olivier,

      C’est un bon signe, ils commencent à comprendre qu’il n’ont plus aucune prise sur le machin à 17 points zeuro , perdu dans de complexes théories, alors que tout est simple.

      Le contribuable éponge avec toujours plus de taxes, ce qui précipite la chute, c’est ainsi et toujours la même histoire. Désolé pour les pauvres (- de 5000€), ce sont eux qui raclent le plus comme d’Ab.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *