Ronald Coase

Ronald Coase est décédé hier. C’était un économiste libéral, lauréat du prix Nobel, qui a développé et actualisé les principes fondamentaux du libéralisme établis par Adam Smith.


Il a montré en particulier que l’action de l’Etat devait bien être toujours réduite au minimum : établir les bonnes règles (et les faire respecter) de façon à ce que les acteurs économiques soient libres d’agir en cherchant à maximiser leurs propres avantages (cf. la main invisible), ce qui conduit à l’optimum.

Ainsi par exemple, l’Etat ne doit pas créer des taxes pour faire diminuer la pollution, mais donner aux personnes qui en sont victimes la possibilité réelle d’être dédommagées par le pollueur.

Ce bon vieux Greenspan s’est toujours placé dans cette optique : en tant que président de la Fed, il surveillait l’évolution des marchés et il a toujours réussi finalement à imposer les bonnes règles (comptables) qui permettaient à toutes les parties de maximiser leur situation sans créer de grandes crises.

Ainsi par exemple, il a rappelé que les dettes des banques ne devaient pas dépasser 10 fois le montant de leurs capitaux propres. Le respect de cette seule règle permet ainsi de faire fonctionner normalement le système bancaire sans qu’il soit nécessaire d’imposer des réglementations lourdes, complexes et coûteuses.

Il fut un temps où les grands économistes libéraux comme Ronald Coase et Alan Greenspan développaient dans les médias leurs idées qui étaient ensuite généralement appliquées…
Maintenant, plus personne ne défend le libéralisme. Ses adversaires triomphent tout le temps et partout. C’est le début du déclin comme le prophétisait Schumpeter.

Cliquer ici pour voir une page du site du think tank de Ronald Coase.

7 réflexions sur “Ronald Coase”

    1. L’Etat n’aurait surtout pas dû laisser les banques se mettre dans des situations pareils avec risque de faillite en cas de retournement de la conjoncture … Il faut toujours revenir à l’erreur première, pas aux suivantes …

  1. “C’est le début du déclin comme le prophétisait Schumpeter”
    Il prophétisait surtout le succès du socialisme, envers et contre tout.
    Celui qui constatait le déclin de la civilisation occidentale, Nietzsche.
    “La civilisation de la pitié” – ce qui est très complémentaire.

  2. Mais nous, on a de bien meilleurs économistes en la présence de DSK et Moscovici. Un spécialiste de Flaubert, séducteur de minette de 30 ans moins âgé, c’est cela qui nous protège du gouffre … Parfois, j’ai l’impression que nous vivons encore sous l’ancien régime …

  3. Quand es-ce qu’ils écouterons la voix de la raison a savoir une monnaie saine pas plus de 10 fois les fonds propres pour leur bilan?Ou alors vivre au crochet du contribuable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *