USA : agrégats monétaires et faible croissance

Aux Etats-Unis, les seules données des agrégats monétaires M2 et M1 sont publiées (chaque jeudi soir) depuis que le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke a supprimé la publication des chiffres de la masse monétaire M3, ce qui est inadmissible.

Avec 3 145 milliards de dollars au 18 avril dernier chiffre publié, l’agrégat M1 ne représente que 17 % du PIB annuel de 18 321 milliards, ce qui montre qu’il n’y a pas d’hypertrophie dans cet agrégat, ce qui n’est pas le cas dans la zone euro avec M1 à 6 766 milliards d’euros soit 63 % du PIB de 10 754 milliards,

Document 1 :

M1 ne représente en réalité que 13 % du PIB quand on prend en considération que, d’après des études de la Fed, plus de la moitié de ces dollars en billets (sur un total de $1 365 milliards) se trouve hors des Etats-Unis dans des mains qui ne sont pas toujours propres…

Le problème qui se pose aux Etats-Unis vient de M2-M1 qui se monte à plus de 50 % du PIB annuel car ces Américains déposent trop d’argent dans leurs caisses d’épargne, surtout depuis le mois de septembre dernier,

Document 2 :

L’épargne de ces Américains est considérable : elle est proche de 10 000 milliards de dollars !

Document 3 :

Historiquement, c’est-à-dire par comparaison avec les décennies précédentes, elle ne devrait représenter que 40 % du PIB annuel.
Ainsi, ces Américains auraient dû dépenser plus de 2 000 milliards de dollars (ce qui aurait dopé les dépenses de consommation) ou ils auraient dû acheter des biens immobiliers (ce qui aurait dopé les dépenses de construction) ou encore autre solution, ils auraient dû les placer directement dans des biens mobiliers, à savoir des produits financiers, actions ou obligations.

Les caisses d’épargne ont placé une grande partie de cet argent à la Fed qui a utilisé ces dépôts pour acheter des bons du Trésor et des titres hypothécaires, ce qui a fait circuler cet argent sans qu’il y ait eu de création monétaire.

Cette masse d’argent a priori gagné circule mal car les caisses d’épargne sont obligées d’en garder une part importante en disponibilités (cash) par précaution du fait que leurs clients peuvent faire des retraits sans préavis.

Ces dysfonctionnements provoquent un ralentissement de la croissance du PIB qui est bien mise en évidence dans les graphiques représentant la croissance du PIB réel qui est inversement proportionnelle à la variation de la masse monétaire libre,

Document 4 :

Zoom sur une période plus récente,

Document 5 :

En effet et pour simplifier : le ralentissement de la circulation monétaire entraine celle de la croissance du PIB réel et inversement plus la circulation monétaire augmente, plus le PIB augmente
… ce qui s’explique par le fait que plus l’écart augmente entre la variation d’un agrégat et celle du PIB réel, plus la croissance faiblit car la circulation monétaire ralentit, et inversement plus l’écart diminue entre la variation d’un agrégat et celle du PIB réel, plus la circulation monétaire augmente, et plus le PIB augmente…

Tout est simple, ou presque !

P.S. : cet article aurait dû être mis en ligne le 29 avril…

7 réflexions sur “USA : agrégats monétaires et faible croissance”

  1. Bonsoir,

    Effectivement tout est simple quand on décrypte correctement les données. Merci pour cette explication convaincante car appuyée du ralentissement de la croissance US.
    J’ai découvert le monétariste sur votre blog et force est de constater depuis que je vous suis, qu’il donne de bonnes clés pour comprendre les errements économiques actuelles. Il est vraiment dommage que, à ma connaissance, quasiment personne ne reprenne vos explications ne serait-ce que pour les critiquer. Ignorance ? Peur d’être désavoué ? Pusillanimité ? Difficile d’avoir une réponse claire mais je serai heureux de vous savoir invité dans une émission comme celle des Experts sur BFM Business ou de vous voir dans un débat face ou en compagnie de personne comme Emmanuel le Chiffre, Jean-Marc Daniel voire des penseurs ayant une approche nettement libérale de l’économie. Ce serait réjouissant pour l’intellect et la réflexion.

    Bonne soirée

  2. bonsoir.Daprés votre analyse le cash est un frein à la circulation monétaire optimale.Dans ces conditions,la suppression du cash au profit d’une monnaie électronique améliorerait t elle la circulation monétaire ? merci

    1. Le cash publié par les stés US ne correspond pas à des billets mais à des disponibilités, donc de l’argent disponible sur les comptes courants des stés…
      La suppression de l’émission des billets de €500 ne changera rien !

  3. Moi j’ai d’autres explications,

    – Les Américains vieillissent et épargnent donc pour leurs vieux jours, du moins l’ancienne riche classe moyenne WASP qui voit d’ailleurs son niveau de vie se déliter et est prête à voter Trump pour les vieux et Sanders pour les gamins.

    – Les Américains n’épargnaient pas beaucoup et vivaient au-dessus de leurs moyens à crédit, ils ont été vaccinés par la crise et épargnent avec précaution

    “La démographie fait l’Histoire”
    Eric Zemmour

    pas la monnaie

  4. Les américains n’ont plus confiance de leur futur alors il épargne plus, encore une preuve (factuel) que tout n’est pas aussi rose que en voudrait nous le faire croire

    1. Il semble que ce soit l’économie qui influence l’évolution initiale des agrégats monétaires; celle-ci influençant alors alors l’économie à son tours et amplifiant les faiblesses de cette dernière.

Répondre à Kaiser Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *