USA : monétarisme, croissance normale et turbulences

Les derniers chiffres des agrégats monétaires publiés par la Fed jeudi soir montrent que M2-M1 a augmenté de 72,6 milliards de dollars dans la semaine finissant le 1° octobre, ce qui constitue le 4° bond le plus important dans l’histoire des Etats-Unis,

Document 1 :

M2-M1 augmente sur une pente en moyenne de 5,6 % depuis le début du mois d’aout 2011 pour atteindre un nouveau sommet à 7 838 milliards de dollars

Document 2 :

L’augmentation de M2-M1 aura beaucoup varié en ce 3° trimestre mais elle reste inférieure à ce qu’elle a été au cours des trimestres précédents…

Document 3 :

… ce qui signifie que la croissance du PIB est proche de son potentiel optimal,

Document 4 :

L’augmentation de M1 n’est pas due à la fameuse planche à billets mais à celle des dépôts sur les comptes courants des Américains (TCD),

Document 5 :

L’épargne des Américains est trop importante (par rapport au PIB), surtout depuis la faillite de la banque des frères Lehman : elle est proche de 50 % du PIB alors qu’elle devrait n’en représenter que 40 % au maximum,

Document 6 :

Ainsi, 10 % du PIB sont quasiment stérilisés dans les caisses d’épargne, soit 1 500 milliards de dollars au lieu d’être dépensés ou investis.

Pour relancer la croissance et faire diminuer le chômage, il suffirait que le futur président, Mitt Romney par exemple, incite les Américains à dépenser leur argent comme le fit ce bon vieux Greenspan après les attentats du 11 septembre 2001, ou à investir, directement dans des entreprises ou indirectement dans des valeurs mobilières.

Tout va donc bien aux Etats-Unis…
Tout est simple.

7 réflexions sur “USA : monétarisme, croissance normale et turbulences”

    1. @ merio :
      – qu’est-ce que 15 mille milliards de dettes quand on a 15 mille milliards de PIB, le dollar, le leadership ?
      – peanuts.

      @ Chevallier : merci au nom de tous lecteurs de votre site pour votre travail partagé.

  1. Dimanche 14 octobre 2012 :

    Le FMI vient de réviser ses propres calculs concernant la zone euro : la situation est encore pire que prévu.

    Selon les calculs du FMI, la dette publique de la Grèce sera de 181,8 % du PIB en 2013.
    La dette publique de l’Italie sera de 127,8 % du PIB en 2013.
    La dette publique du Portugal sera de 123,7 % du PIB.
    La dette publique de l’Irlande sera de 119,3 % du PIB.
    La dette publique de l’Espagne sera de 96,9 % du PIB.
    La dette publique de la France sera de 92,1 % du PIB.

    http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/981/files/2012/10/Dette-Brute.gif

    1. Oui BA, c’est grave. Ce qui est plus grave encore c’est que toutes les mesures d’économies ne serviront pas à grand chose. Le montant du service des dettes est si grand comparé aux budgets nationaux qu’aucun serrage de ceinture n’arrivera à compenser pour les paiements induits par ces dettes (intérêts plus amortissment des principaux venant à échéance).

      Franchement, regardez les comptes de la France pour 2011 par exemple? cela ne vous effraie pas?

  2. Comment ca se passe aux Etats-Unis, l’argent versé dans les caisses d’épargne ne sert pas a financer les entreprises ou d’autres investissements ?

    Par exemple, en France si on verse sur son Livret A, ca va a la CDC qui utilise ensuite les fonds pour financer le logement social (ce n’est pas tres productif car c’est l’Etat qui investit l’argent mais les fonds servent quand meme a quelque chose). Verser sur son LDD (ex-CODEVI) c’est beaucoup mieux, car les fonds collectés par votre banque vont servir en majorité au financement des PME.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *