Wells Fargo, 1° trimestre 2020

Les big banks américaines sont victimes de ce confinement absurde dû aux craintes infondées liées à ce covid-19 !

C’est ainsi que le leverage de Wells Fargo vient de remonter à… 8,67 à la fin du 1° trimestre mais il reste inférieur à 10 ce qui est essentiel !

Wells Fargo va peut-être continuer à rester sur la plus haute marche du podium des big banks !

Wells Fargo est injustement attaquée par tous les idiots nuisibles, justement parce qu’elle réussit mieux que les autres…

Les bénéfices de Wells Fargo ont baissé à 653 millions de dollars au cours de ce dernier trimestre sous revue (contre 5,86 milliards au 1° trimestre 2019) surtout à cause des provisions pour défauts de paiements de ses clients qui augmentent à… 3,1 milliards !

Une petite partie des bénéfices est encore utilisée pour racheter des actions, ce qui apparait logiquement au passif en diminution des capitaux propres au poste Treasury stock (actions d’autocontrôle), cf. document 4.

Pour donner une image fidèle de la réalité des capitaux propres tangibles réels, il faut donc réintégrer ces actions d’autocontrôle (Treasury stock) dans les capitaux propres tangibles ce qui permet d’obtenir le véritable leverage (multiple d’endettement) de cette banque,

Document 1 :

Sommes en milliards de dollars.

Les déductions sont constituées des actions de préférence, du goodwill et des intangibles.

Ce leverage est calculé à partir des données publiées par la banque pour les capitaux propres tangibles.

Document 2 :

Le cours de Wells Fargo qui vient de plonger monumentalement ne reflète pas du tout la bonne santé de cette banque qui est encore fortement sous-évaluée avec un ratio P/E de 7,7.

La capitalisation boursière de l’ordre de 127 milliards de dollars est injustement en très forte baisse par rapport au trimestre précédent (212 milliards !) et elle est largement inférieure au véritable montant des capitaux propres tangibles qui se monte à 205 milliards de dollars,

Document 3 :

Le potentiel de hausse de ce titre est très élevé… lorsque l’irrationnalité actuelle des investisseurs sera passée…

Le plus drôle est qu’aucun idiot inutile dans le genre journaleux, bonimenteur ou analyste patenté n’a compris la problématique des grandes banques américaines.

Document 4 :

Comme je l’ai écrit précédemment, la comptabilité des banques américaines donne bien une image fidèle de la réalité en particulier en enregistrant les prêts à leur juste valeur (fair value), c’est à dire en respectant les principes comptables qui doivent être appliqués, ce que ne font pas les banques européennes !

Cliquer ici pour lire le dernier rapport financier de Wells Fargo.

Cliquer ici pour lire mon article précédent sur cette banque.

© Chevallier.biz

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *