Banque cantonale de Berne 2011

Je reprends ici ce que j’ai écrit précédemment en actualisant les chiffres de cette banque exemplaire et francophone qui annonce ses résultats en page d’accueil, avec son bilan, avec un petit rappel en complément.

La Banque cantonale de Berne est l’une des banques les plus fiables du monde avec un multiple d’endettement, mon µ, leverage en anglais, de 8 : le total des dettes représente 8 fois le montant des capitaux propres, ce qui est parfait, très nettement inférieur au maximum de 10 préconisé par ce bon vieux Greenspan, par la BRI et toute personne normalement constituée…

Document 1 :

BC Berne2010 Q42011 Q22011 Q4
Liabilities21 64222 00622 466
Equity2 6932 7122 753
Leverage (µ)88,18,2
Tier 1 (%)12,412,312,3

ce qui correspond à un ratio Tier 1 de 12 % (c’est l’inverse de ce leverage en pourcentage).

La difficulté est de prendre en considération les véritables capitaux propres car beaucoup de dirigeants de banques utilisent divers moyens pour ne pas donner une image fidèle de la triste vérité !
Le problème est que les petits Suisses trichent… à l’envers en quelque sorte : ils ne comptabilisent pas dans les capitaux propres les provisions affectées à certains risques, ici dans le poste Correctifs de valeurs et provisions, ce qui oblige à les réintégrer de façon à faire des comparaisons internationales homogènes et fiables,

Document 2 :

Le montant des véritables capitaux propres est donc le résultat d’une savante addition des chiffres entourés en bleu, le reste du bilan étant constitué par définition de dettes.

***

Le gros avantage des banques helvètes par rapport à leurs consœurs françaises est la parfaite sécurité juridique donnée à leurs clients. En effet, les titres acquis par leurs clients ne peuvent pas être utilisés par les banques pour combler leurs pertes éventuelles en cas de risque de faillite.

Ces titres sont en quelque sorte mis à part, dans une entité que les banques ne peuvent pas accaparer pour leurs besoins propres, ce qui n’est pas le cas des banques françaises.

En effet, en France, les clients des banques qui acquièrent des titres, des actions par exemple, le font par l’intermédiaire de leur banque qui les achète. Ces titres sont considérés comme appartenant à la banque et ils sont ensuite enregistrés sur les comptes de ses clients.

En cas de coup dur, la banque peut alors les vendre à l’insu de ses clients qui se retrouvent ainsi démunis. Ils n’ont alors que la possibilité de récupérer la contre valeur de leurs placements aux cours du jour de leur cession dans les limites des garanties légales qui sont illusoires car le fonds de garantie des banques n’a pas de… fonds en garantie !

Les mécanos de la Générale ont déjà montré qu’ils étaient capables du pire, et comme l’avait même compris Jean-Claude Le Tricheur qui a dit que ce qui était inimaginable avant 2008 est maintenant possible.

C’est simple, tout est simple, et amusant.

Cliquer ici pour voir le bilan de la Banque cantonale de Berne et cliquer ici pour lire mon article précédent à ce sujet.

11 réflexions sur “Banque cantonale de Berne 2011”

  1. La Poste Suisse vient aussi de publier ses résultats. Son ‘mu’ devrait également être assez bon. En tout cas, parmi la population suisse, il y a beaucoup de clients des deux grandes banques qui passent à la Poste. Cette dernière bénéficierait d’une garantie du gouvernement (c’est une ancienne agence nationale, les PTT).

    Bénéfice stable pour La Poste (suisse)

    Berne (AP) — La Poste a engrangé un bénéfice de 904 millions de francs l’an dernier, à un niveau pratiquement inchangé par rapport à l’année précédente. Les produits d’exploitation ont pour leur part reculé de 1,6% à 8,599 milliards de francs, a annoncé jeudi La Poste. La Confédération devrait recevoir 200 millions.

    La Poste qualifie son résultat annuel, en recul de 0,7%, d’excellent. Elle l’explique principalement par l’augmentation de la productivité et des fonds des clients. Le recul du chiffre d’affaires est quant à lui dû à des modifications intervenues au niveau de l’enregistrement des opérations comptables.

    L’entreprise liée à la Confédération estime avoir obtenu de bons résultats sur ses quatre marchés, avec une évolution contrastée. Tandis que les chiffres d’affaires des marchés de la communication et de la logistique ont reculé, ceux des marchés des services financiers et des transports publics sont en progression. Le mois dernier, PostFinance, l’unité financière de La Poste, faisait état d’un bénéfice avant impôts de 591 millions de francs.

    La Poste propose au Conseil fédéral que les 611 millions de francs de bénéfice enregistrés par la maison mère soient affectés comme suit: 100 millions à la consolidation de la caisse de pensions, 311 millions aux fonds propres et 200 millions à la Confédération à titre de participation au bénéfice. A la fin 2011, les fonds propres de l’entreprise se montaient à 4,879 milliards de francs.

    Au niveau des perspectives, la prochaine entrée en vigueur de la nouvelle législation postale, le projet d’ordonnance et la transformation de La Poste et de PostFinance en sociétés anonymes créeront des “conditions idéales”. Les défis de l’année en cours résident dans les perspectives économiques modérées et la persistance du bas niveau des taux d’intérêt sur les marchés monétaires et des capitaux

  2. La Banque Cantonale du Tessin a aussi publié ses résultats.

    Banque cantonale du Tessin 2011: bénéfice net +8% à 38 mio CHF et AuM 7,4 mrd

    Bellinzone (awp/ats) – La Banque cantonale du Tessin (BancaStato) a dégagé en 2011 un bénéfice net de 38,01 millions de francs. Supérieur de 2,9 millions (+8,3%) à celui de 2010, il est revenu pratiquement au niveau record de 38,6 millions atteint l’année précédente.

    Les produits nets se sont légèrement contractés par rapport à 2010, de 1,3% à 146,7 millions de francs, selon les bilan présenté vendredi. Le bénéfice brut, mesure de la performance de l’établissement, a par contre augmenté de 4,3% à 50,6 millions, grâce à une réduction des coûts d’exploitation de 4% à 96,1 millions.

    L’afflux d’argent frais a légèrement progressé, et la fortune sous gestion s’est accrue de 3,6% à 7,4 milliards de francs. Le volume des crédits hypothécaires a augmenté de 3,2% à 5,96 milliards, alors que les prêts à la clientèle sont restés stables à 1,53 milliard.

    La part du bénéfice qui revient au canton s’élève à 27 millions de francs, supérieure de près de 2 millions ou 7,8% à celle versée au titre de l’exercice 2010.

  3. Bonjour
    Dans un autre ordre d’idée, comment interprétez-vous la décorrélation entre les “treasury’s” US 10 ans et le S&P 500? Depuis 5 ans nous observions une certaine corrélation et voilà que depuis 1 an environ les deux diverges.

  4. “En cas de coup dur, la banque peut alors les vendre à l’insu de ses clients”.
    Savez-vous ce qu’il en est en Belgique ? dans les autres pays d’Europe ? aux USA ?

  5. Bonjour,
    Avez vous dejà analysé le bilan de la banque cantonale du jura ?
    Vous ne parlez jamais de celle ci . Serait elle moins clean que ces consoeurs ?
    Merci

  6. https://chevallier.biz/2012/03/banque-cantonale-de-berne-2011/RAYDAN

    Bonjou,
    J’ai placé mes économies dans la Banque cantonale de Bale et la Sparkasse-markgraeflerland en Allemagne. Quelqu’un connait-il le multiple d’endettement de ces 2 banques?
    En tout cas merci pour votre site qui nous aidera peut-être à surpasser le pire à venir
    cordialement
    Raydan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *