BNS : bravo les artistes !

Les petits Suisses sont les meilleurs banquiers du monde et ceux de la Banque centrale sont en outre les meilleurs acrobates du cirque mondial ou du moins, ils sont dignes du cirque Knie…

La mort plus ou moins lente de la zone euro, avec ses violentes convulsions récentes, a ramené dans les coffres de la BNS 202 milliards de francs fin septembre…

Document 1 :

… ce qui lui a permis d’engranger au passage 305 milliards de francs en devises fin septembre,

Document 2 :

Depuis les premières convulsions de la crise qui couvait en €URSS, à la fin du mois de décembre 2009, jusqu’aux suivantes, fin juillet dernier, la BNS a perdu… 50 milliards de francs ! (flèche rouge)

Document 3 :

Ces pertes étaient tellement inquiétantes que Thomas Jordan, vice-président de la Direction générale de la BNS envisageait sereinement fin septembre que la BNS pouvait avoir des capitaux propres négatifs !

Heureusement, l’aggravation de la crise a permis finalement aux artistes acrobates de la BNS de faire des bénéfices considérables grâce aux capitaux fuyant l’€URSS : 16,6 milliards de francs au 3° trimestre !

Document 4 :

Les capitaux propres de la BNS sont ainsi passés d’un plus bas à 16 milliards de francs fin juillet à 45 milliards fin septembre, au même niveau que fin décembre (flèche verte dans le document 3).

Comme je l’ai écrit dans mon dernier article sur la BNS (conclusion 3) : les petits Suisses s’enrichissent grâce à l’appauvrissement des Euro-zonards ! Leur avenir s’annonce radieux. Finalement, être cerné par 300 millions de barbares ignares est avantageux…

Cliquer ici pour lire le communiqué de la BNS sur son bilan fin septembre qui montre que les artistes sont modestes et qu’ils envisagent prudemment sans certitudes un avenir par définition toujours incertain.

12 réflexions sur “BNS : bravo les artistes !”

  1. Bonjour,
    Vous pouvez être plus clair dans votre analyse sur la situation de la BNS,parce qu’ il doit y avoir forcement des effets secondaire par cette manipulation de cours de grande ampleur.Merci pour vos précisions.Meilleures salutations.

  2. Lundi 31 octobre 2011 :

    Italie : la Bourse de Milan clôture sur une chute de 3,82 %.

    L’indice vedette de la Bourse de Milan, le FTSE Mib, a chuté de 3,82 % à 16.017 points lundi à la clôture, plombé notamment par les valeurs bancaires en raison des inquiétudes persistantes sur la situation financière de l’Italie.

    Parmi les banques, Intesa Sanpaolo a lâché 7,39 % à 1,291 euro, Banca Monte dei Paschi di Siena a perdu 6,16 % à 0,3383 euro, et UniCredit 5,67 % à 0,848 euro.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___La_Bourse_de_Milan_cloture_sur_une_chute_de_382311020111710.asp

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,093 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

  3. Cela ne viendrait-il pas juste du fait que la BNS achète les euros à un cours fixe en quantité illimité et que tout le monde se précipite sur cet aubaine pour récupérer du franc suisse pas cher ?

  4. Ne pensez-vous pas qu’une bonne partie des devises engrangées par la Suisse provient de l’économie souterraine grecque, et non pas d’un sauve-qui-peut des autres membres de l’Europe des 17 ?

  5. Vous disiez dans un précédent article que l’arrimage à l’euro n’était pas tenable pour la BNS.
    Pourtant, on dirait que maintenant que le franc Suisse et l’euro sont stabilisé sans intervention de leur part puisque d’après votre article, leurs caisses se renflouent. Ils ne dépensent donc pas leur réserve en achetant des devises étrangères ?
    Comment expliquer-vous cela ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *