Bund : plus bas historique battu hier soir

Hier jeudi soir, 19 avril en fin de séance américaine, les rendements du Bund ont atteint leur plus bas historique à 1,606 % car les capitaux affluent sur ce refuge (ainsi que sur les bons du Trésor helvète), d’après les données de Tullett Prebon communiquées par le Wall Street Journal,

Document 1 :

Les rendements des mauvais bons du Trésor français montaient au contraire : ils ont atteint 2,979 %…

Document 2 :

… ce qui a accentué l’écart relatif par rapport à ceux du Bund qui a alors monté à 85,5 % qui s’est accentué ce matin à 87,6 %.

Heureusement, personne n’en parle.
Tout va bien en France, notre histrion ignare a encore répété que le risque d’implosion de l’euro n’existe plus.
Ouf ! On l’a échappé belle grâce à lui.

Cliquer ici pour voir la page du Wall Street Journal donnant cette information.
Cliquer ici pour voir mon article sur le record précédent datant du 10 avril d’après les données Bloomberg.

5 réflexions sur “Bund : plus bas historique battu hier soir”

  1. Mais tout va bien pour notre histrion…

    Il a dirigé (endetté, entre autres) le pays pendant 5 ans. Puis maintenant, il va aller faire du fric.

  2. Vendredi 20 avril 2012 :

    Les banques se préparent à l’éclatement de la zone euro.

    Pour faire suite à mon dernier texte sur Atlantico, “Petit manuel de survie en cas d’éclatement de la zone euro” (article le plus lu du site hier !), cette possibilité d’une explosion de la zone euro reste bien sûr d’actualité, comme le prouve cette étude publiée hier par la banque Natixis :

    “Quelles possibilités de couverture contre un scénario d’éclatement partiel de la zone euro ?”

    (commentaire : initiative louable, mais il y a encore des efforts à faire, l’or n’est pas considéré comme une bonne protection, hum…).

    Il est évident que chez les banques et les investisseurs, ce « risque » est de plus en plus pris en compte. On a vu comment l’Europe avait tremblé avec la Grèce, qui ne représente que 2% de son PIB (et ce n’est pas fini), alors avec l’Espagne et l’Italie…

    Après l’embellie artificielle du premier trimestre 2012 (provoquée par les LTRO de la BCE, deux fois 500 milliards prêtés aux banques), l’Espagne et l’Italie empruntent désormais à des taux trop élevés pour espérer une quelconque stabilisation de leur dette. La crise est devant nous. Un petit conseil : même si elles s’y préparent, ne comptez pas sur les banques pour protéger vos économies, ne comptez que sur vous.

    Philippe Herlin, chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.

    http://ladettedelafrance.blogspot.fr/2012/04/les-banques-se-preparent-leclatement-de.html

  3. Les écarts des taux respectifs, bien mis en évidence en tableau de courbes, dans le temps deviennent très fort préoccupants.
    La Grèce, malgré les dits €/Bce/Fmi plans de sauvetage et des restrictions plus que drastiques s’endette à nouveau vV.
    L’Espagne et l’Italie, malgré des €/Bce/Fmi emboitent très dangereusement le pas ; j’ai lu début de semaine, je ne sais plus où hélas, que l’Espagne ne peut pas honoré des rembours à la Bce ! ; A peaufiner et à surveiller.
    En France, les prétendants au trône nagent en pleine démagogie auto-cocorico ! ; il y a de quoi s’inquiéter fortement si on est lucide quant aux traités signés et nos implications !. D’ailleurs, à entendre le Präsident encore en place, ” la crise est derrière nous, nous sommes en convalescence !” (rien que pour de tels propos, il est salutaire qu’il dégage et vite ! ).
    Bien sur que l’on s’écarte du Bund !, comment pourrait-il en être autrement ?.
    Maintenant, compte tenu de la position de la BCE ( plus franchement confortable ), en attendant que le MES ( une machinerie à gaz hautement €-Urss, et hautement explosive ) prenne le relai du FesF ( quel alambic à la con ! ); si une des grossen Deutsch Bank à µ ubu venait à se casser la bobinette pour un pétard sec caché ?….

    Si les grandes têtes pensantes de la finance, sans figure, le Q dans la soie-copinage, commencent à “réfléchir ” et à changer leur fusil d’épaule…………., Aaah ?!. Les rats commenceraient-ils à quitter le navire avec coffres et bagages ?.
    On les remercie vivement pour leurs mensonges enfin avoués par leur comportement ; ainsi que pour leurs méthodes d’intimidation au passé-proche !!! whouaf ! ah-ah !!, qu’ils se rassurent ! ici on n’a pas la mémoire courte et on n’est pas des veaux !.

  4. Mea culpa ! : je précise pour qu’il n’y ait pas confusion des genres : certaines banques espagnoles ne peuvent pas honorer le rembours de leurs dettes arrivées à échéance auprès de la BCE.

    Cela ne change pas grand chose au bordel ambiant, compte-tenu des vases opaques communicants, mais c’est important pour suivre correctement les trajectoires.

Répondre à Tenshi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *