Croissance et propagande en France / réalités allemandes

Hier, mardi 23 septembre, j’ai relevé, contrairement aux affirmations triomphalistes de la propagande de l’Insee qui prétend que le PIB aurait stagné au 2° trimestre

Document 1 :

… que la croissance du PIB avait été… négative : – 0,2 % en taux annualisé, méthode généralement utilisée aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde, et je suis encore, à ma connaissance, le seul à avoir relevé ce mensonge de l’Etat.

Par ailleurs, un article du Figaro sur Les petits secrets de la rencontre entre Manuel Valls et Angela, rapporte qu’elle aurait affirmé que le PIB français avait reculé de 0,2 % au 2° trimestre !

Document 2 :

Dur, dur pour la propagande française lorsqu’on franchit le Rhin !
Le ridicule ne tue pas : Valls est encore vivant, mais c’est foutu !

Cliquer ici pour lire cet article du Figaro.

17 réflexions sur “Croissance et propagande en France / réalités allemandes”

  1. Un petit arrangement préventif avec la réalité car la récession est généralement définie comme deux trimestre consécutifs de croissance négatives. Par un superbe hasard, nous avons deux zéros pointés d’affilée ! Comme c’est pratique !

    1. A la relecture, effectivement, cela semble concerner l’Allemagne, un recul de 0,2%, pas à 0,2 %
      “Évoquant à son tour la situation économique de l’Allemagne, la chancelière aurait affirmé à son interlocuteur français que le recul 0,2 % de la croissance au deuxième trimestre était «conjoncturel» sans pour autant nier les difficultés que rencontre son pays et sans passer sous silence les conséquences que pourrait avoir la crise ukrainienne sur l’économie allemande.”

    2. @Bibi:

      L’INSEE dit dans son communique brejnevien que la croissance est nulle depuis le debut de l’annee… Comme elle a ete d’environ +0.2% au T1 2014, on peut deduire que l’economie s’est contractee d’environ 0.2% au T2 2014. Mais ils se sont bien gardes de nous parler de cette contraction du PIB 🙂

      Et la contraction risque de continuer au T3 mais la ce sera plus difficile masquer. Et le chomage va continuer a progresser malgre “l’embellie” d’aout…

      Le secteur prive en France est en contraction quasi continue depuis fin 2011. Il y a pas de secret.. toujours plus de texes, d’impots, qui frappent le capital, le travail, les benefices quand il y en a.

      1. Quand on regarde l’historique des courbes, on voit bien que le mois d’août est un peu particulier. le nombre de personne en formation est très faible (catégorie D) et les non ré-inscription sont très nombreuses. Même les chômeurs partent en vacances en France.

  2. Et ca continue dans le Figaro ce matin: http://www.lefigaro.fr/emploi/2014/09/24/09005-20140924ARTFIG00188-le-nombre-de-chomeurs-aurait-baisse-en-aout-pour-la-premiere-fois-depuis-octobre-2013.php

    Le premier commentaire des lecteurs vaut son pesant d’or . “Vous comprenez maintenant pourquoi il est très important qu’ hollande finisse son mandat pour qu’au cours des 3 prochaines années il puisse exprimer et développer toute sa vision de la France et la puissance de sa politique. ”
    Vision et puissance , j ai bien lu? 😀

    Steph

    1. @Prince:

      oui oui voila, voila:

      http://www.tradingeconomics.com/germany/gdp-growth

      Toujours le probleme de l’axe 2014 en plein sur T4-2013…

      Allemagne

      +0.7 au T1-2014
      -0.2 au T2-2014

      Apres on regarde par exemple la production industrielle de l’Allemagne et de la France (un bon indicateur pour le secteur prive) et on comprend que notre croissance 0 c’est du pipeau

      http://www.tradingeconomics.com/germany/industrial-production
      http://www.tradingeconomics.com/france/industrial-production

      meme chose pour les indices markit dans l’indutrie (confirmation des indices precendents) et les services…

      http://www.tradingeconomics.com/germany/manufacturing-pmi
      http://www.tradingeconomics.com/france/manufacturing-pmi

      http://www.tradingeconomics.com/germany/services-pmi
      http://www.tradingeconomics.com/france/services-pmi

      Gobalement le secteur prive s’effondre en France. Et comme c’est lui qui fait tourner la boutique 🙂

      Cheers
      Stephane

  3. Je verifie sur ce site tres precieux qui compile les donnees de tous les organismes statistqiues des pays…

    http://www.tradingeconomics.com/france/gdp-growth

    Apparement la croissance etait 0 au Q1 2014. Ce qui m a trompe c’est que l’axe vertical 2014 traverse le batonnet du T4(ou Q4) 2013.

    Croissance 0 au T1 2014
    Croissance 0 au T2 2014

    =croissance 0 depuis le debut de l’annee…

    Reste que en prix constnat le PIB a bien decru au Q2-2014 comme l’indique notre maitre a tous 🙂 on le voit ici (cette fois ci l’axe vertical jan 2014 est bien place)

    http://www.tradingeconomics.com/france/gdp-constant-prices

    Et cette question: qu”est ce que le PIB a prix constant?

    De toutes facons 0.2 ou 0 % ca ne change pas grandchose. On discute des epsilon. La France s\enfonce.

    Cheers
    Stephane

  4. Je vous challenge Monsieur Chevallier 🙂

    Si la situation US est bien meilleure qu’en Europe, je ne la considère pas pour autant bonne et surtout pas saine!

    Vous trouverez ici en lien:

    http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=324553USmoneysupplyM2vsPIBgrowth.png

    Un graphique représentant la croissance “structurelle” US du PIB réel depuis 1964 (c’-à-d. une croissance moyenne sur 5ans, en rouge) versus l’évolution de l’épargne des ménages en pourcentage du PIB nominal (c’-à-d. la croissance de l’agrégat monétaire M2-M1, en bleu). Source: FRED de St-louis.

    On constate une corrélation inverse presque parfaite entre croissance de la masse monétaire et celle de la croissance structurelle des US.

    Jusque dans le milieu des années 90, la monnaie était parfaitement saine, permettant une croissance forte de l’économie US. Hors depuis le milieu des années nonante, la création monétaire a pris un essor complètement fou, grévant à l’occasion le potentiel de croissance RÉELLE des US.

    Les ménages ont trop d’argent dans leurs proches, qui provient d’une création monétaire malsaine! La croissance de l’économie s’en retrouve perturbée! Je suis d’avis que la monnaie US n’est plus aussi saine que vous le prétendez, et ça depuis le début des années 2000.

    Cordialement,
    Jérôme

  5. C’est fini.

    Ils n’y croient plus.

    Les européistes commencent à comprendre que l’Union Européenne n’est pas viable.

    Les européistes commencent à comprendre que l’Union Européenne va bientôt mourir.

    Les deux derniers exemples :

    Mercredi 24 septembre, un européiste de gauche, l’économiste Bernard Maris, écrivait dans Charlie Hebdo qu’il fallait maintenant sortir de l’euro. Bernard Maris est professeur des universités à l’Institut d’études européennes de l’université Paris-VIII. Il est membre du conseil général de la Banque de France.

    Vendredi 26 septembre, un européiste de droite, l’économiste Eric Le Boucher, écrit dans Les Echos que l’Europe est en train de mourir.

    A gauche et aussi à droite, le vent tourne.

    Les européistes commencent à comprendre que la construction européenne est une expérience qui a complètement foiré.

    Le seul résultat politique de la construction européenne, c’est le retour des nationalismes d’extrême-droite partout en Europe, et la montée des forces centrifuges.

    Les égoïsmes nationaux, les fureurs populaires et les passions nationalistes vont faire mourir l’Europe.

    L’agonie de l’Europe a commencé.

    Lisez cet article :

    L’Europe est en train de mourir, surtout ne faites rien.

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0203805835795-leurope-est-en-train-de-mourir-surtout-ne-faites-rien-1046818.php

  6. La position de Flamby est clair :
    En 2012, il a dit qu’il n’y avait rien à faire contre la crise.
    En 2013, il a dit qu’il avait tout fait contre la crise.
    En 2014, il nous dit qu’il n’y a plus rien à faire.contre la crise.

    Il lui reste deux ans et demi de présidence, mais il a été très clair.
    C’est fini, circuler, il n’y a plus rien à voir d’ici les élections.
    Donc que ce soit pour les vraies réformes structurelles / économies ou une sortie de l’euro, il faudra attendre au mieux mi-2017 si le pays ne s’écroule pas d’ici là.

    Noter au passage que sans avoir à faire la moindre réforme comme Thatcher ou Reagan, nous avons quand même droit à des grèves dures et des menaces de grève permanente … On n’a pas droit au beurre amsi on doit donner l’argent du beurre quand même !

  7. Son intérêt est un euro d’une constante faiblesse (grâce notamment aux pays du sud de l’europe) qui lui permet de maintenir son modèle économique fortement basé sur les exportations (en passant, cela bénéficie à bcp de pays du nord de l’europe et aussi à la Suisse qui a de facto lié sa monnaie à l’euro).

Répondre à polo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *