Dominos et défaut de paiement en devises de la BCE

La BCE publie normalement son bilan hebdomadaire le mardi mais elle ne l’a toujours pas publié aujourd’hui mardi 19 juillet à 14 heures 45.

Pourquoi ?
– Euh… ben chépa moi !

Heureusement, personne ne s’en est aperçu !

Dans son dernier bilan arrêté au 8 juillet, la BCE avait encore 177 milliards d’euros de réserves en devises.
Par ailleurs, elle avait prêté 433 milliards d’euros à divers établissements financiers qui ne peuvent pas emprunter sur les marchés car personne (aucune banque, aucun investisseur) ne veut leur prêter un euro vu qu’ils peuvent faire faillite à tout moment (a priori des établissements grecs, portugais et irlandais).

La chute du premier domino euro-zonard commencera très certainement par un défaut de paiement en devises d’un établissement financier présentant un risque systémique, comme le 6 mai 2010.

Evidemment, les accords de swaps entre les banques centrales permettront à la Fed de fournir des dollars à la BCE pour éviter un nouveau grand plongeon, mais ce sera le début de la chute des dominos euro-zonards.

Si Axel Weber a quitté la Buba pour présider UBS, ce n’est pas pour rien !

Cliquer ici pour voir la page du bilan hebdomadaire de la BCE.

Complément, 1 heure plus tard : le bilan au 15 juillet est enfin publié. Le total des devises a augmenté miraculeusement d’1 milliard d’euros (grâce à des investissements en portefeuille) et les prêts de la BCE de 32 milliards !

4 réflexions sur “Dominos et défaut de paiement en devises de la BCE”

  1. Par contre, la Grèce est parvenue à emprunter mardi (19/7/2011) 1,625 milliard d’euros en bons du Trésor à trois mois à un taux en léger recul (4,58%) par rapport à la dernière émission du même type en juin, malgré la tempête qui agite la zone euro et les records historiques sur les taux longs. Cette émission lancée par l’agence publique grecque de la dette a été sursouscrite trois fois par les investisseurs (demande totale de 3,845 milliards d’euros pour une offre de départ de 1,250 milliard d’euros).

    Ceci signifie-t-il que les 3 prochains mois sont peu risqués, ou que les prêteurs (qui est-ce ?) ont été bienveillants ??

  2. La chancelière allemande Angela Merkel a prévenu mardi qu’un sommet des dirigeants de la zone euro prévu jeudi, et consacré à l’élaboration d’une nouvelle aide pour la Grèce, n’aurait pas de résultat « spectaculaire ».

    « Quiconque veut prendre ses responsabilités politiques le sait bien : il n’y aura pas de grande avancée spectaculaire d’un coup, pas demain, pas jeudi », a déclaré la chancelière lors d’une conférence de presse avec le président russe Dmitri Medvedev.

    Il y a en Europe « un fort désir de faire un grand pas, un pas final, de préférence spectaculaire pour mettre fin à plus d’un an de spéculations et de revirements de situation », a dit la chancelière.

    « J’entends prononcer des mots comme restructuration de la dette, obligations européennes, union de transferts, et cela donne l’impression que le sujet ‘Grèce’, le sujet ‘euro’ pourront ensuite être mis de côté ».

    Mais tout en qualifiant ce désir de faire table rase d’« humain », elle a déclaré : « Je ne vais pas y céder, le gouvernement allemand ne va pas y céder ».

    http://www.lesoir.be/actualite/economie/2011-07-19/merkel-ne-s-attend-pas-un-a-resultat-spectaculaire-lors-du-sommet-de-jeudi-851982.php

    1. Elle risque de ne plus capituler parce que 60 % des Allemands sont contre l’€ maintenant ! cf. son revirement sur le nucléaire : un homme polique sensé (ou une femme…) ne pense qu’à une chose : ses électeurs pour assurer sa réélection !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *