€-crash : … août 2018 ? (ou !!!)… après août 2011…

Actualisation de mon article du 24 juillet sur l’€-crash et l’évolution du Yield spread 10y-2y

Le Donald est intervenu le jeudi 19 juillet sur la chaine d’informations financières CNBC pour exprimer son mécontentement contre les relèvements probables du taux de la Fed, ce qui a eu pour conséquence de faire remonter les rendements des Notes et ce spread.

Sans son intervention, ce spread aurait dû logiquement baisser selon sa tendance lourde et longue et passer sous la barre critique des 20 points de base vendredi dernier 27 juillet (flèche rouge), ce qui aurait alors été abondamment commenté et ce qui aurait alors affolé les innombrables idiots inutiles découvrant les risques d’un tel spread si proche de zéro,

Document 1 :

Au lieu d’être à 28,3 points de base, soit nettement supérieur à son niveau de la fin de semaine précédente, ce spread aurait dû se trouver sur le point matérialisé par une petite étoile,

Document 2 :

Les interventions spectaculaires du Donald ne sont jamais des élucubrations irréfléchies et impulsives comme le dénoncent ses détracteurs.
Il a manifestement voulu par ces déclarations retarder la baisse apparente de ce spread pour qu’il puisse retomber brutalement à zéro… un peu plus tard, trop tard pour les mauvais investisseurs.

Comme je l’ai déjà écrit maintes fois, la baisse de ce spread a déjà été de 3 à 5 points par jour et il peut donc tomber à zéro en une ou deux semaines, puis en territoire négatif (avec une inversion de la courbe des taux) au mois d’août… quand tout le monde sera en vacances.

La probabilité d’une telle chute de ce spread a été renforcée par le retrait de la BCE de 68,5 milliards d’euros par les banksters de la zone (publié le 24 juillet).
Qu’en sera-t-il mardi 31 juillet lors de la publication du bilan de la BCE au vendredi 27 juillet ?
Il n’est pas possible de pouvoir le prédire car des surprises sont toujours possibles.

Si les banksters ont encore été obligés de retirer de 50 à 100 milliards d’euros de la BCE, l’€-crash sera de plus en plus plausible et de plus en plus proche, surtout si les généreux, mystérieux et anonymes non-résidents retirent encore quelques milliards afin de ne pas trop en perdre !

De toute façon, le cycle baissier représenté par ce spread doit logiquement se poursuivre logiquement vers le zéro puis en territoire négatif,

Document 3 :

Les subterfuges pour retarder cette échéance sont illusoires.

Par ailleurs, il est étonnant de constater que, presque tous les jours, ce spread a baissé en cours de séance d’au moins 3 points de base pour ensuite revenir à 1 point seulement en fin de séance, comme si certains intervenants cherchaient à en occulter la tendance baissière,

Document 4 :

Pour rappel, les grands évènements économiques et financiers se produisent souvent en août, comme en 1971 et comme en 2011 avec la baisse considérable des rendements des Notes à 10 ans (et du Yield spread 10y-2y) à la suite de la première manifestation de l’€-crise,

Document 5 :

***

Cet €-crash peut partir de la chute des dominos des banksters italiens,

Document 6 :

Pire encore : Deutsche Bank est au bord de la faillite (cf. mes analyses) et surtout beaucoup d’autres banques non cotées sont dans la même situation.

Et bien sûr, le Donald connait encore mieux que moi ce qui se passe dans la zone euro et tout est prêt pour infliger une grosse baffe à la Kaiserin de l’€mpire germanique, ce qui sera malheureusement accompagné de dommages collatéraux considérables dans la vieille Europe continentale.

8 réflexions sur “€-crash : … août 2018 ? (ou !!!)… après août 2011…”

  1. Bataille fed vs Trump pour le choix de la date du déclenchement de l’eurocrise. La fed préfèrerait peu être une crise avant les élections us à l’inverse de Trump….

  2. bonsoir,
    Il serait intéressant de voir comment la BCE va boucler son bilan le 31 juillet. Avec quel artifice comptable ?
    On peut voir que les non résidents de la zone euro ne sont plus enthousiasmés par l’euro et cherchent progressivement à s’en défaire.
    La BCE va sortir de nouveaux titres,des obligations négociables, pour les faire souscrire aux états Européens.
    à suivre,
    Bonne soirée.

  3. Est-ce une solution alternative de placer ses liquidités en GBP (livre sterling) ?
    J’ai un compte chez HSBC FRANCE et il est plus facile d’ouvrir un sous compte en GBP en Grande Bretagne, chez la même banque.

    1. Normalement, il faut être résident UK pour y ouvrir un compte bk, mais s’il est possible d’ouvrir un “sous-compte” HSBC-UK à partir d’un compte HSBC France, ce serait alors une bonne solution ! et encore mieux en investissant sur des ETF / TBonds-10y ou en USD…

  4. Bonjour Monsieur Chevallier, c’est toujours un plaisir de vous lire!
    Puis-je vous demander une petite précision, par rapport à votre commentaire ci-dessus?
    Des 2 year Notes seront-il aussi gagnants? … car d’ici 10 ans beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts, aux Etats-Unis comme ici et on n’a pas forcément envie d’investir sur une aussi longue durée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *