€-crash : les épargnants pas épargnés !

Quelques compléments s’imposent à mon article précédent car les épargnants ne seront pas… épargnés par les frasques de la nomenklatura bancaire euro-zonarde…

Ainsi par exemple, la nomenklatura française prétend que les dépôts des épargnants sont garantis par le FGDR, c’est-à-dire le Fonds de Garantie des Dépôts et de… Résolution (!?) qui disposait à cet effet de… 3,855 milliards d’euros fin 2017 en garanties pour, disons 50 millions de Français ayant des comptes bancaires, soit dans les… 70 euros par personne !

Document 1 :

Il s’agit là de la part de cette nomenklatura française d’une information trompeuse. C’est un exemple de ce que l’on appelle maintenant des fake news… officielles.

Pire encore, ces 3,855 milliards d’euros prétendument de garanties sont financés par de capitaux propres pour un montant de… 1,5 milliard d’euros seulement, le reste étant constitué par définition de dettes !

Document 2 :

Au pays des Bisounours, les gens du FGDR et la nomenklatura française sont des champions du monde et ils vont même jusqu’à s’en vanter comme le prouve la page de couverture de leur rapport annuel !

Document 3 :

S’ils n’existaient pas, il faudrait les inventer !
Le ridicule ne tue pas !

***

De toute façon, les Marioles de la BCE ont déjà préparé la spoliation, c’est-à-dire le vol légal par tromperie, des épargnants comme je l’ai déjà expliqué dans un article du 21 novembre dernier.

Pour l’essentiel, les Marioles ont prévu qu’ils auront la possibilité de fermer tous les accès à toutes les banques en difficulté pendant une période de 5 jours ouvrables afin de trouver des solutions.
Par la suite, ils auront la possibilité d’autoriser les titulaires des comptes bancaires de pouvoir disposer à nouveau d’un peu d’argent, juste le nécessaire pour pouvoir faire face aux dépenses courantes
(dans un délai de 5 jours au maximum après la demande formulée par les déposants),

Document 4 :

Ainsi, concrètement, la garantie des dépôts bancaires est totalement illusoire car, même si le seuil de garantie est officiellement de 100 000 euros, les malheureux Euro-zonards ne pourront pas y accéder pendant une durée… non limitée, c’est-à-dire illimitée !

Les malheureux Euro-zonards doivent donc impérativement disposer à tout moment de vivres pour subsister une semaine.

***

Par ailleurs, il faut rappeler qu’en droit bancaire français, les clients n’ont qu’une créance globale sur leur banque (ou sur chacune de leurs banques).
Ils ne sont donc pas propriétaires des titres qu’ils peuvent acquérir car c’est leur banque qui l’est en acquérant pour le compte de leurs clients des titres qu’elles ne font que porter sur leurs comptes
.

Ainsi, en cas de nécessité, en concordance avec la BCE, cf. supra, les banksters pourront décider de vendre les titres acquis pour le compte de leurs clients, en créditant leur compte du montant de la valeur de ces titres au moment de leur cession, et en les détroussant finalement si leur compte est supérieur à 100 000 euros, argent que de toute façon les clients ne pourront pas utiliser !

Tout est prêt dans cette éventualité, celle de l’€-crash à venir.

***

Evidemment, il ne faut pas oublier que beaucoup de banques de la zone sont au plus mal, cf. mes analyses, car elles ne respectent pas les règles prudentielles d’endettement, que les Marioles de la BCE ont 4 600 milliards d’euros d’actifs (soit 40 % du PIB annuel de la zone) qu’ils n’ont payés que par une gigantesque cavalerie, le tout avec une bulle monétaire elle aussi gigantesque de 3 à 4 000 milliards, cf. mes analyses à ce sujet.

Comme je l’ai déjà écrit, les Américains, c’est-à-dire ceux qui œuvrent pour que l’Amérique garde son leadership sur le monde libre, à savoir les dirigeants politiques, dont le Donald évidemment, les membres du FOMC, certains banquiers et aussi les bons spéculateurs (ceux qui voient juste et loin) connaissent parfaitement l’état réel de la zone.
Tout ce petit monde attend l’€-crash que l’on voit venir clairement grâce à l’évolution du Yield spread 10y-2y, cf. mes analyses à ce sujet.
Tout est simple. Tout est cohérent
.

Pour rappel, pour les personnes qui sont intéressées, InteractiveBrokers est un courtier qui présente toutes les caractéristiques d’un établissement fiable aux Etats-Unis, cliquer ici pour lire mon article à ce sujet, de novembre… 2011 mais toujours d’actualité.

Cliquer ici pour accéder au site du FGDR.
Cliquer ici pour voir le rapport annuel du FGDR de 2017.
Cliquer ici pour voir mon article de novembre dernier sur le dispositif létal pour les épargnants préparé pour spolier les épargnants de la zone.

Pour les personnes qui douteraient encore de la justesse de mes analyses et qui feraient confiance aux nuls de la Banque de France, cliquer ici pour lire mon article sur le jugement de la 17° Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris jugeant nuls la Banque de France et son gouverneur.

53 réflexions sur “€-crash : les épargnants pas épargnés !”

  1. Bonjour.l assurance vie représente 1700 Mds d euros soit 40 % DE l ‘épargne totale en France.en cas de coup dur je suppose que ces actifs seront soit gelés soit spoliés…

  2. Il y a aussi le “blocage” des retraits pour les assurances vie :-).
    Il me semble, mais j’ai pu mal comprendre, que l’objet de ces règles est aussi de préserver certains créanciers…

    A titre anecdotique sur Chypre, il y a les cas de ceux qui venaient de vendre un bien immobilier… Je me suis posé la question de la trésorerie des entreprises… Cela a dû entraîner pas mal de faillite. Toujours à titre anecdotique, les hommes politiques (qui ont donné l’accord de fermer les banques) avaient retirés leurs fonds les jours précédents, et les résidents Russes ont pu retirer leurs fonds, illégalement si je puis dire, via des filiales anglaises des banques…

    Je crois qu’il y a un aspect que vous n’avez pas rappelé. C’est le régulateur (la BCE) qui décide de la faillite d’une banque s’il considère qu’elle est “malsaine”. LB n’était pas en faillite, c’est vous qui l’avez dit, “la FED a fait un exemple”. Il en résulte que la faillite de l’une des grandes banques peut intervenir à tout moment. Je suppose que la FED n’a pas demandé l’autorisation au gouvernement américain… En Europe, cela semble plus compliqué, car dans le cas de Chypre, c’est la commission européenne qui a donné le feu vert. Dans le cas de l’Espagne et de l’Italie, et concernant les dernière faillites, les gouvernements ont “contourné” les règles que vous évoquez pour ne pas affoler les populations… Il en résulte que la BCE ne fait pas ce qu’elle veut. Quand vous les traitez de marioles parce qu’ils truandent leur compte, ce n’est pas certain qu’ils aient le choix.

  3. Un problème majeur selon ma modeste idée : Les détenteurs d’épargne (par le fruit de leur travail ou par le merveilleux procédé de l’héritage, ou par le vol) craignent que la représentation matérielle sinon comptable de leur capital disparaisse. De sorte d’avoir travaillé (ou fait travailler concernant l’héritage), pour la gloire. Donc ces personnes s’estiment et estiment parfois les autres, par rapport à une accumulation de temps échangeable car marchande.

    Déjà ça place ces personnes dans une forme de vulnérabilité et de soumission envers un système (financier ou plus large). Les rendant dépendant de ce système, comme un drogué (voir les commentaires du billet précédant ou nombre d’intervenants sont presque paniqués à l’idée de perdre leur temps, oups leur épargne).
    Parfois ce capital très théorique et très subjectif est utilisé pour estimer la valeur d’une personne (morale, intellectuelle, porteuse d’intérêt ou d’influence). Ce qui avec du recul peut être déplorable car on ne connait pas toujours la provenance de la valeur, et la provenance peut parfois être plus piétinante que la valeur même.

    Et si vous détruisiez votre rapport avec l’argent ? Si vous sortiez simplement votre capital du système pour déjà ne plus être l’essence de son moteur ? En renonçant à ce concept de détenir une créance sur les autres (car le capital que vous possédez est une créance sur les autres utilisateurs pourvu qu’ils reconnaissent la nature de votre capital à la même valeur que vous, 50€ sur un billet il est reconnu comme 50€ par chacun (pour le moment)).

    Bref, je vous donne mon RIB pour vous aidez à vous décapitalisez 🙂 nan je déconne.
    Prenez soin de vous et de vos proches, et gardez à l’esprit que le peu de temps dont vous disposez pour eux avant votre disparition vaut tout le temps (l’argent) que vous avez stupidement cru accumuler jusqu’ici.
    Amen

        1. Qu’entendez-vous par faire ?

          L’être ce sont les rituels humains concernant l’existence, la naissance, le passage à l’âge adulte, la mort et tout ce qui en découle. L’avoir ce sont les rituels humains concernant la possession. Il faut noter que l’être est plutôt féminin et l’avoir plutôt masculin (si vous regardez à ce que nous faisons concernant l’un ou l’autre). J’aurais dit que dans les deux cas, c’est faire, mais votre question me perturbe. Qu’est-ce que faire ?

          L’être est originel, sans lui pas d’avoir. Également historiquement, dans notre culture (gréco-romaine, mais également celtique), ce fut une longue guerre pour le passage de l’être à l’avoir, qui élimina la prédominance féminine (la déesse Graïa qui avait un autre nom chez les celtes) qui a aboutit à la domination masculine (Zeus/Jupiter = Dieu de la guerre et de l’argent).

          Vos propos me font penser à cela car l’avoir nous prive de l’être. Je peux dire “je suis un principe de vie (une âme)”, ce qui signifie que je partage cette caractéristique avec les autres êtres humains, mais nous disons plutôt depuis que l’avoir existe, “j’ai un principe de vie (une âme)”. Comme je l’ai (c’est une possession) et que je ne le suis pas, je peux en priver les autres. Ainsi lorsque Aristote voulait démontrer que les femmes n’avaient pas d’âme, ce qui fut repris par l’église catholique par la suite, il n’aurait pas pu le faire si nous étions une âme. Il en va de même pour tout ce que nous avons qui nous prive de notre être.

          1. Il y a beaucoup à dire, et je ne parviendrais pas à tout exprimer.
            Mon avis c’est qu’avoir est illusoire, car c’est un avoir temporaire et qu’en tant que mortel ne pas posséder éternellement c’est ne pas posséder. Au mieux c’est croire en une possession, mais on sort du cadre philosophique. J’estime également que posséder sans déposséder l’autre c’est partagé, pour répondre à « j’ai un principe de vie (une âme) », ou vous soulevez l’idée d’une dépossession de l’autre. Ce qui ne dépossède pas autrui ne peut être possédé.

            Etre en tant que cogito et pas comme résultat biologique (naissance, vie, mort). Je pense qu’il ne faut pas s’attarder sur le résultat. C’est à dire que ça importe peu que je sois quelqu’un de bien. La question est qu’est ce que j’ai fais de bien pour me considérer comme quelqu’un de bien (et encore que la considération que je me porte n’est pas importante). C’est pourquoi ce sont les actes qui m’importe. Car si on veut véritablement être, il faut être unique, et pour ça on fait, on produit car notre expression est non-reproductible et garantie par nature notre singularité. C’est ça qui importe, faire, au mieux, le plus possible dans le temps qui nous est imparti. Le reste c’est des artifices de charlatan.

          2. Je pensais aussi que l’être était moins illusoire, mais après avoir lu l’épopée de Gilgamesh, je ne suis plus si sûr. Il n’avait pas, il était. Il ne faisait pas au mieux, il faisait. Il était riche (et beau) et les autres pas. L’être est toujours unique, mais nous ne pouvons être que comme les autres. Il était comme les autres rois. Je suppose que c’est pourquoi vous considérez l’acte comme démonstration de votre singularité. Gilgamesh est unique par son histoire, par ses actes, que n’importe quel autre roi aurait pu faire.

            En créant l’avoir, nous avons pu le déposséder d’un peu de sa richesse (de ce qu’il était), ce qui a permis à d’autres d’être plus riche (en transformant cet avoir en ce qu’ils sont). L’avoir est donc aussi un moyen de transférer la richesse d’un être à un autre. Si j’ai une épée en or, je ne suis pas Gilgamesh, il faut encore que j’apprenne à l’utiliser pour tuer des montres (le mal). Cet avoir est donc en partie illusoire, mais sans l’avoir je ne pourrais pas le faire, apprendre à utiliser cet épée. Si je ne peux pas le faire, que je ne fais qu’au mieux, j’ai dépossédé quelqu’un pour ne rien en faire. Être, c’est peut-être avoir ce que nous sommes, ce n’est pas faire au mieux, c’est faire. Cependant, dans un monde où l’avoir existe, d’autres peuvent nous déposséder de ce que nous sommes, pour faire au mieux. Nous sommes donc contraints de protéger notre avoir.

            Mais aussi, et c’est ce que vous faites remarquer, cela ne sert à rien d’avoir des choses que nous ne sommes pas. Gilgamesh a gagné son immortalité, puisque j’en parle. Mais, c’est son être qui est immortel, pas son avoir, ni même ses actes dont nous n’avons qu’un mythe à conter. Son épée en or est immortelle, comme lui, parce qu’elle était son être, nous en parlons également. Alors que celle que je n’ai pas su utiliser, n’était qu’un avoir. Qu’est-ce qu’est donc devenu l’être dans un monde d’avoirs ? Et c’est peut-être là où je comprends ce que vous voulez dire. Il est devenu rien, puisque nous ne savons que faire de nos avoirs.

          1. @Hervé. Merci de prendre le temps de me répondre. Je suis assez d’accord avec toi. Même si je n’adhère pas complètement. La vie existe de partout dans l’univers. Des bactéries et de la glace.
            Je ne pense pas que l’humain y soit pour quelque chose. L’humain est très limité (cf bce et communisme/nazisme/fascisme), son regard est donc à son image: très limité !
            Mon chien est un casse coui… Il sait très bien quand et pourquoi il va en prendre une. Mario de la Bce, ne craint rien, lui !
            C’est peut être ça la plus grosse différence entre un humain qui se croit intelligent et un chien qui se contente de ressentir la vie.
            Mais je laisse le sujet ouvert 😉 tant je reconnais mon incompétence. J’ai juste des intuitions. Selon moi elles valent plus que le raisonnement qui lui est forcément humain !!! 😉

          2. @Hervé, je comprends mais cela n’est pas ma croyance. J’étudie en ce moment des choses comme pourquoi Einstein a t’il été capable de “trouver” ces choses que nos scientifiques modernes expliquent difficilement avec des machines énormes de qqs milliards. Ma croyance ou conception du monde est explicable en ondes, fréquences, équations…etc..qui sont des représentations humaines de ce qui est. Un type comme Einstein est capable de capter ces choses et de les coder en langage humain.
            Einstein est mort, la source de son inspiration reste. Elle est infinie. Seule notre évolution et notre capacité limite son accès. Et je dois dire que dans 99% des cas l’humain préfère un bonne croyance limitante qu’un vide infini sous ses pieds !
            Et là on arrive au socialisme/communisme ! Tellement confortable et rassurant.

        2. Oula, ça gaz fort aujourd’hui !
          Nous sommes tous unique. Même un branleur. Ce que l’on fait ou pas n’y changera rien.
          Voyez vous le monde autour de nous est. Il sera et il était très bien sans nous.
          Mais le nous ne peut pas disparaitre. Car nous est le résultat d’avant et d’après.
          Et ce, quoi que vous fassiez.
          En simple l’humain est juste un fruit d’un grand arbre.
          Comme une pomme par exemple. 🙂

          1. @milton

            C’est une erreur de raisonnement, mais je ne connais personne qui ne la fasse pas. L’existence, comme le monde et toutes choses dont nous parlons sont des créations humaines, issues de l’imagination humaine. L’homme NE SAIT RIEN en dehors de ce qu’il peut faire. Quand vous dites que le monde existait avant l’homme, c’est le monde tel que l’homme l’a imaginé, tel que Milton le percevrait s”il pouvait se transposer quelques millions d’années dans le passé et que les choses étaient telles qu’aujourd’hui. C’est donc absurde. En dehors de l’homme, le monde n’existe pas, rien n’existe car même l’existence est issue de l’imagination humaine. En faisant un minimum d’effort pour appréhender la signification de la mécanique quantique c’est bien ce qu’elle dit, l’existence d’une chose n’a de sens que selon ce que nous en faisons, ce qui signifie que ce n’est pas la même chose si nous en faisons ceci ou cela. Comme nous sommes adaptés à l’environnement, nous ne le percevons pas, le soleil est le soleil que nous le regardions ou que nous nous fassions bronzer, mais ce n’est qu’une extrapolation humaine. Rien n’existait avant que l’homme n’imagine l’existence, je dirais il y a 50 000 ans. Et en dehors de ce que l’homme imagine, nous ne savons rien. Le Big Bang provient de la même erreur de raisonnement, celle que faisait déjà Aristote il y a 2500 ans… Mais il avait des excuses, car lui le savait, il manquait seulement de connaissance.

            L’unicité est également une illusion, car lorsque nous disons que les êtres sont uniques, nous parlons de ce que nous ne connaissons pas. Nous sommes tous nés d’un homme et d’une femme, nous vieillissons tous de la même façon, nous pensons avec les mêmes mots, et approximativement les mêmes choses… L’unicité apparaît quand nous n’avons plus de mots pour nous comparer les uns aux autres. Et nous pouvons nous comparer parce que nous avons imaginé que nous existions.

            Il y a une blague qu’en couple nous résolvons à deux des problèmes que nous n’aurions pas eu si nous n’étions pas en couple. Mais c’est la même chose pour la société, nous résolvons des problèmes que nous avons nous mêmes créés. C’est pourquoi votre chien n’a aucun problème, mais il ne le sait pas.

          2. @milton
            C’est un homme qui dit ceci est une chose, celle-ci est vivante et pas celle-là… Il le dit parce qu’il n’en fait pas la même chose. Mais, je comprends très bien ce que tu veux dire… il faut bien qu’il y ait quelque chose pour que nous soyons là ! Mais ce quelque chose qui est ou pas, nous n’avons aucun mot pour en parler, car nous ne pouvons rien en faire. Même pas le mot Dieu qui est une création humaine. Nous ne résolvons que des problèmes que nous avons nous-même créés. Un tremblement de terre est issu de l’imagination humaine. Une pierre s’en fout, un animal ne fait que réagir à ce qu’il perçoit, cela ou autre chose. L’homme l’imagine et se demande alors ce qu’il doit faire s’il habite une zone sismique, ou si des scientifiques disent attention, la terre pourrait trembler… Ce qu’il sait du tremblement de terre, c’est uniquement cela, ce qu’il peut en faire. Qu’est-ce qu’un tremblement indépendamment de l’homme? La question n’a même pas de sens. Il en résulte que le problème n’est pas le tremblement de terre (ou l’€ crash), mais ce que font les autres par rapport à ce que tu fais toi (et ceux qui font comme toi), ceux qui vont habiter la zone sismique et ceux qui vont fuir en pensant qu’il est crétin de rester. Ceux qui fuient auront d’autres problèmes à résoudre.
            C’est bien pour quoi nous sommes ici. Un économiste nous annonce un tremblement de terre. Nous aurons beau dire quel est ce crétin qui a inventé cela, nous ne pouvons que chercher ce que nous devons faire. Et personne ne le sait, car nous ne pouvons faire que comme les autres qui ne le savent pas plus que nous.

  4. 70euro par personne en garanti, la rigolade !!!!!!!
    quand ça va faire crack !!
    il y a intérêt d’avoir un maximum de liquide sur sois. De bonne munition pour ceux qui veulent défendre le peu de bien physique qui leur resterons.
    Et un passeport à jour pour toute la famille !!!
    Certain dirons que je suis pessimiste… En 40 les Juif pessimiste sont aller au US et les optimistes en colonie de vacance, ils y étaient tellement bien qu’ils n’en sont jamais revenu …..

  5. M. Chevallier, vous dites :

    Les clients ne sont pas propriétaires des titres qu’ils peuvent acquérir car c’est leur banque qui l’est
    en acquérant pour le compte de leurs clients des titres qu’elles ne font que porter sur leurs comptes.

    Hors, l’AMF dit :

    L’inscription de titres dans un compte-titres matérialise juridiquement le fait que l’investisseur titulaire
    du compte est propriétaire de ces titres.

    Voir la page suivante pour plus de détails :
    https://www.amf-france.org/Acteurs-et-produits/Prestataires-financiers/Teneurs-de-comptes-conservateurs

    Qui a raison ?

    1. Je ne connais pas la loi… Mais le monde Bisounours est celui où tout se passe toujours bien. Or, dans la vie, ce n’est pas toujours le cas. Supposons que j’achète une voiture chez un grand concessionnaire qui a un gros stock. Nous signons les papiers et il me dit de revenir dans trois jours le temps de la préparer. Entre-temps, le concessionnaire fait faillite…. Je reviens trois jours plus tard et je me retrouve au milieu d’une foule de créanciers, chacun d’eux réclamant une somme qui est dis fois le prix de son stock de voitures. Au milieu d’eux, je dis, “Ah, c’est ma voiture, elle est toujours là, et je sors mon contrat de vente”. Je suis bien propriétaire de la voiture, mais chacun des créanciers a un papier disant, “tout cela ce sont mes voitures”… Pour régler cela, il n’y a qu’une solution, “prioriser” les créances.

      1. Maintenant, prenons le cas d’une banque. Nous sommes créanciers de cette banque. Supposons que nous craignions une faillite, nous venons tous avec notre papier disant je suis propriétaire de mes comptes. La banque peut nous rembourser un millième, pour le reste elle doit vendre ses actifs. Parmi ses actifs, il y a des dettes que personne ne rembourse, des immobilisations qui ne valent rien (l’immobilier espagnol qui s’est effondré) et des liquidités déposées à la BCE qu’elle ne peut pas retirer sans mettre en péril la BCE. Et à cela s’ajoute le fait que si une grande banque vend ses actifs du jour au lendemain, elle n’aura pas d’acheteur, que si la bourse s’effondre ses actifs se dévalorisent, que si les taux d’intérêts remontent, les dettes des états ne valent plus rien… Il faudra aussi qu’elle puisse fourguer des milliards de produits dérivés dans un monde qui n’est plus celui des bisounours où tout se passe bien. Bref, c’est impossible, il faut soit la recapitaliser (demander aux créanciers dont nous faisons partie), soit qu’une autre banque la reprenne, qui nous dira que nous n’avons plus besoin de craindre la faillite et qui devra assainit ce merdier en vendant les actifs petit à petit.
        La banque truande donc son bilan seulement pour faire croire qu’elle pourrait rembourser les déposants. Mais comme elle est quand même un peu surveillée, elle doit compenser toute fluctuation de ses actifs. La question est alors comment pourra-t-elle le faire si les taux d’intérêts remontent ou si la bourse s’effondre ou si le nombre d’emprunts non remboursés augmente ?
        Le problème est alors qu’elles sont toutes dans ce cas… Rien m’empêche la banque de fonctionner, même si elle ne peut pas rembourser ses créances, tant que les retraits peuvent être limités, que les capitaux ne fuient pas ailleurs… Lorsque ce n’est plus possible, il faut soit que les gouvernements recapitalisent les banques (en empruntant et c’est nous payons, mais il faut des acheteurs de cette dette, et pour l’instant il n’y a que la BCE qui accepte de les racheter sans avoir d’argent pour le faire), soit que la BCE leur donne de l’argent (et cela dévalorise la monnaie c’est encore nous qui payons), soit que les créanciers rajoutent de l’argent. Et c’est là que la priorisation des créanciers est significative, cela peut être les actionnaires ou les clients…

    2. @David,

      1) Il y a des précédents… Vous les trouverez facilement.

      2) L’AMF… a ses intérêts qui sont rarement affichés ouvertement.

      3) Toutes les lois bancaires actuelles vont dans un même sens , il suffit de suivre ce sens.

      4) l’épargnant n’est jamais épargné, l’État et les Banksters se rincent toujours en premier.

      5) la situation est tellement catastrophique dans la zone€, qu’il faudra certainement plus de 5 jours avant rétablissement de certains services financiers.

      6) Ne comptez pas sue les tribunaux pour faire valoir vos droits avant que la situation ne redevienne “normale” et prenez en compte l’incertitude de l’évolution des pouvoirs dans ces temps obscures et incertains.

  6. Il y a quelques années vous aviez analysé les comptes de TD DIRECT INVESTING INTERNATIONAL au Luxembourg, adossée à un banque canadienne saine la TORONTO DOMINION.
    Mais depuis 1 an TD a vendu cette filiale à Internaxx au Luxembourg.
    Mes avoirs chez Internaxx sont ils en lieu sûr ?
    Quelle est cette banque INTERNAXX ?

  7. J’ai une autre question Monsieur Chevallier:
    J’ai un coffre dans une banque dans lequel je stocke des liquidités.
    Mes avoirs dans ce coffre sont ils protégés ?
    Si la Banque “ferme” aurais-je accès à ce coffre ?
    Madame WAPPLER préconise le recours à des sociétés privés, mais où louer un coffre dans une société privée ?

  8. Votre article est très intéressant.

    De plus, en consultant le rapport, il est mentionné que le fonds couvre :

     . Garantie des Dépôts Jusqu’à 100 000€ par client par établissement – – Indemnisation en 7 jours
     . Garantie des Titres Jusqu’à 70 000€ par client par établissement – Indemnisation en 3 mois

    CQFD – “Ce sont des veaux. Ils sont bons pour le massacre. Ils n’ont que ce qu’ils méritent” CDG
    Ce qui modifie ma perception, notamment se sécuriser via l’achat d’actions sur des secteurs cycliques à fort potentiel (para pétrolier, semi conducteurs filière amont) sur un compte titre de MA chère banque….

    Vraiment il y a des gens qui ont de la suite dans les idées.

  9. Bonjour,

    Merci pour vos analyses. Toutefois j’ai du mal a voir le lien entre le spread 10/2 aux USA et l’euro crise ?

    Aux US, le spread se réduit car un cycle économique aux US se termine si j’ai bien compris. Les investisseurs n’attendent ne s’attendent pas à une forte croissance dans le futur.

    De plus, il semble que la FED en voulant allonger la maturité de son portefeuille a volontairement déformée la courbe des taux (baisse taux 10 ans, hausse taux 2 ans). Ce spread 10/2 ans est-il vraiment un indicateur fiable de retournement de tendance ? Ou n’est-il pas juste une conséquence de l’apparition d’une crise ? difficile de savoir quelle est la causse à effet.

    Merci d’avance pour votre réponse

  10. Il y a tout simplement :Rothschild. Cette banque respecte les règles, mais elle est une banque d’investissement avec un ticket d’entrée de 500 000 e

  11. …..”Mais le contrôle budgétaire de l’UE est beaucoup plus rigoureux qu’aux États-Unis.”
    Voilà le constat que tire un éminent expert “or” en investissement privé financier qui pourtant fait de très bonne analyse.
    Mais où a t-il été cherché cette analyse ?..
    Quand on vous lit force est de reconnaître que l’analyse de bilan est la seule plausible et vérifiable.
    c’est bien dommage de sortir une balourdise pareille, mais ce personnage que je suis depuis longtemps affirme quand même dans un de ses derniers articles que la Deutch bank est plus proche de la faillite que n’importe quelle autre banque. Ainsi il se contredit paradoxalement.
    La faute aux dérivés énormes que les banques gardent dans leur hors bilan !

    Alors monsieur JP Chevallier sans vouloir vous boursculer, nous avons les bilans de la BCE et vous l’expliquez fort bien mais quid des produits dérivés qui sont des bombes à retardement et qui détruisent potentiellement tout analyse visible comptable, ce personnage que je cite affirme dans son propos que la banque de la JPM us a aussi une bonne dose de dérivés qui peut faire sauter aussi la planète us.Qu’en est -il de la stabilité des comptes us au regard des produits dérivés que les banques gardent sous le tapis , Comme l’exprime fort bien Jovanovic ?
    ( a moins que vous ayez un lien de vos analyses à ce propos).
    ( Bien sûr j’ai ma propre approche : “tant que le tapis n’a pas été soulevé, toute banques est sauve”)

  12. Trés bon article comme d’habitude, vous mentionnez bien les comptes des particuliers, c’est un soucis,certes. Mais le gros du problème viendra des comptes d’entreprises, artisans, commerçants qui eux n’ont aucune garantie et qui vont se retrouver du jour au lendemain à sec sans pouvoir payer ni les salaires, ni les fournisseurs et ni accessoirement les taxes d’état, charges sociales qui resteront dans leur passif. Ce sera donc des faillites en cascade empêchant tout fonctionnement économique normal.

  13. Il existe aussi la possibilité d’acheter des titres de sérieuses entreprises françaises comme Air Liquide ou Michelin par exemple directement chez eux en compte nominatif pur . De cette façon, on n’est pas spolié par la banque et ces fleurons même si des turbulences les malmėnent quelque temps finiront par rebondir sauf si guerre ou cataclysme. Mais dans ce dernier cas, tout partira en biberine…

  14. Benalla est à Macron ce que Anne Pingeot était à François Mitterrand !

    Alexandre Benalla est logé dans une dépendance de l’Élysée.

    L’appartement se trouve quai Branly, dans le très chic 7e arrondissement de Paris.

    Le quotidien Le Monde affirme que le futur ex-monsieur sécurité de l’Élysée a déclaré ce nouveau domicile à l’administration deux mois après sa mise à pied, soit début juillet. Auparavant, il habitait à Issy-les Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine.

    Le Monde précise que l’Élysée dispose de 63 logements de fonction, d’une superficie totale de 5.000 m2, dans plusieurs immeubles situés quai Branly. C’est notamment là que François Mitterrand avait logé sa maîtresse Anne Pingeot et leur fille Mazarine.

    https://actu.orange.fr/politique/alexandre-benalla-est-loge-dans-une-dependance-de-l-elysee-magic-CNT0000014U6RC.html

  15. Pourquoi aller mettre ses économies chez InteractiveBrokers aux USA et pas en suisse ?
    A cause des taux positifs US et négatifs helvetes ? Y a-t-Il plus d‘inconvenients à aller en suisse ? Chez quel établissement le cas échéant ?

  16. Le journal L’OBS pose les trois questions les plus importantes à propos d’Alexandre Benalla.

    A mon humble avis, la troisième question est la plus explosive !

    Pourquoi ce président, qui dès son arrivée n’avait pas hésité à virer le chef d’état-major des armées pour quelques mots critiques sur le budget de la Défense, a-t-il été incapable de se défaire d’un collaborateur instable traînant déjà plusieurs casseroles ?

    Pourquoi l’Elysée avait-il besoin de cet homme, alors qu’il existe un service officiel pour cela, le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) ?

    Quelle était la relation exacte entre le candidat-puis-président Macron et cet homme qui le suivait comme son ombre ?

    https://www.nouvelobs.com/edito/20180720.OBS9980/l-affaire-benalla-est-explosive-car-elle-contient-4-scandales.html

    1. Simplement car le pouvoir est un nid de cabinets noirs. Des crapules et des espions. D’ailleurs les homo politicus ont crée leur propre misère. En voulant nous asservir et nous espionner. Nous voler et nous castrer. L’Etat c’est lui même placé dans la merde. Il y a une seule sortie possible de ce bordel… Ça va être moche….

      1. Oh que oui !
        D’ailleurs son intelligence le sait déjà. En métaphore, notre mignon poudré serait un surfeur. Il se dirige vers le creux de la vague. Des requins le suivent. Ils ne vont rien lacher. Miam.

  17. Bonjour Messieurs,

    Sachez que la plupart des brokers (EU/US) refusent désormais la souscription des ETF US pour les clients européens, en cause une législation EU récente qui demande la production d’un document administratif (KIID) que n’ont pas ces ETFs.

    Mon article n’est pas récent, si vous faites quelques recherches, vous en trouverez d’autres : https://www.justetf.com/uk/news/etf/us-domiciled-etfs.html

    A ce jour, IB (Interactive Brokers) refuse la souscription des ETF US iShares (TLT, TLH, IEF…) aux clients “retail” EU. Investisseurs non-pro… cela va être de plus en plus difficile! 🙂

    nicO

  18. Bonjour à tous les lecteurs du site de Jean-Pierre Chevallier,

    Quelqu’un peut’il me parrainer chez Interactive Brokers ?

    cordialement

  19. Pour revenir sur une question sur Interactive Brokers datée de 2011: certes ce courtier est américain et bien géré mais pour nous européens les fonds sont logés chez Citigroup a Francfort. Donc si j’ai des liquidités en €, $ ou toute autre devise ils sont considérés comme des dépots dans une banque européenne et donc portent les mêmes risques de blocage et ou de confiscation que pour une banque classique…où j’ai loupé quelquechose?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *