€-crise : ça va vite, très vite…

29 février 2016 : année bissextile, jour où les rendements des bons à 10 ans du Trésor helvétique ont encore battu leur plus bas historique en séance

Document 1 :

ainsi que ceux du Schatz,

Document 2 :

Depuis le 1° janvier, les rendements des bons à 10 ans des Trésors de la vieille Europe chutent magistralement

Document 3 :

… ce qui s’inscrit dans cette tendance lourde et longue depuis juillet 2007

Document 4 :

… alors que les rendements des Notes à 2 ans poursuivent leur tendance à la hausse,

Document 5 :

… ce qui confirme en pire ce que j’en ai écrit, à savoir que les gens de la Fed vont remonter leur taux de base et que les Américains sont en train de lâcher le Bund dont les rendements vont plonger en territoire négatif, ce qui était impensable, inimaginable, inconcevable avant les turbulences financières de 2008…

Les rendements des Notes à 2 ans remontent tandis que ceux à 10 ans restent à un niveau bas mais encore acceptable en concordance avec l’€-crise

Document 6 :

… ce qui conduit à une baisse de l’écart entre les rendements des échéances à 10 ans et à 2 ans annonciatrice de l’accentuation de l’€-crise,

Document 7 :

Les bons spéculateurs se sont positionnés sur les bons des Trésors, les idiots inutiles ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.
Tout va bien.

20 réflexions sur “€-crise : ça va vite, très vite…”

  1. Un de vos raccourcis est trop rapide pour que je puisse bien tout comprendre. En quoi est-ce que si les américains lâchent le bund, le rendement devrait plonger en territoire négatif? Si la demande faiblit, je vois plutôt les taux prendre l’ascenseur non? Ou, il faut considérer que l’aggravation de la crise européenne va précipiter encore plus les investisseurs européens sur les bonds locaux et que ce flux surcompense totalement le retrait ricain?

    1. Au moment ou la Fed a dit qu’elle allait remonter ses taux le 28 avril 2015, une partie des investisseurs sont sortis du marché des obligations à 10 ans pour acheter des actions américaines. Maintenant qu’ils sont sortis, il reste surtout ceux qui font la tendance lourde baissière des taux : les banques qui de mèche avec les gouvernements des cochons de pays du club med surendettés, qui leur permettent de financer leurs dépenses publiques abyssales à pas cher en achetant des bonds, gouvernements qui en échange ferment les yeux sur le non respect des règles prudentielles d’endettement.
      À la prochaine remontée des taux US, le rendement du bund ne va pas rebondir comme il l’a fait le 28 avril 2015 (écran de fumée, fusil à un coup).

      C’est ça?

  2. 2 questions si vous me le permettez

    DBS SINGAPOUR

    DNB BANK ASA OSLO

    Qu’en pensez vous SVP ?

    Avec mes remerciements et mes meilleures salutations

  3. Il n’y a pas que la bulle boursière dans la vie.

    Il n’y a pas que la bulle bancaire.

    Il n’y a pas que la bulle chinoise.

    Il n’y a pas que la bulle immobilière.

    Il n’y a pas que la bulle de l’extraction pétrolière.

    Il n’y a pas que la bulle de l’art contemporain.

    Il n’y a pas que la bulle du secteur de l’acier.

    Il y a aussi la bulle obligataire.

    Mercredi 2 mars 2016 :

    La bulle obligataire gonfle de plus en plus.

    Le Japon gagne de l’argent quand il emprunte !
    Taux à 10 ans : – 0,024 %

    Le Japon emprunte à 10 ans à un taux négatif.

    http://www.lesechos.fr/journal20160302/lec2_finance_et_marches/021735307143-le-japon-emprunte-a-10-ans-a-un-taux-negatif-1204033.php

    La Suisse gagne de l’argent quand elle emprunte !
    Taux à 10 ans : – 0,428 %

    L’Allemagne gagne de l’argent quand elle emprunte !
    Taux à 8 ans : – 0,121 %

    La France gagne de l’argent quand elle emprunte !
    Taux à 6 ans : – 0,119 %
    Taux à 5 ans : – 0,215 %
    Taux à 3 ans : – 0,375 %
    Taux à 2 ans : – 0,434 %

  4. Bonsoir Monsieur CHEVALIER, a la dernière réunion de la BCE, Monsieur DRAGHI a insisté sur le fait qu’il ( n’y a pas de limitation de son arsenal financier et monétaire ) quelle est votre réaction à ce non limite

      1. EINSTEIN a dit à sa connaissance que deux chose était illimité : l’univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l’univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue et à écouter le mariole il ne s’est pas trompé

  5. Cher JP, bien longtemps que n’ai posté quoi que ce soit sur internet, mais vous lis toujours avec la + grande assiduité et un très vif intérêt, comme beaucoup de monde. Merci !

    Jérôme, Glude et cher JP, à lire vos posts présents, peut-on déduire que :

    – Quand les Marioles déclarent qu’il n’y a pas de limites, il faut comprendre qu’au contraire il y a bien une limite : c’est l’ensemble des avoirs des déposants, avoirs captés (prisonniers),
    – Car on oublie trop souvent qu’il faut un collatéral à toute largesse (même de la BCE),
    – De fait, cette cavalerie répressive semble pouvoir durer encore de très longues années…
    – Du coup, on remarque que… la cavalerie européiste est difficile à comprendre (techniquement et dans le détail)…

    Sur ce dernier point, cher JP, et au risque de vous attirer davantage d’ennuis (? :/), serait-il dans l’ordre du possible, dans la continuité de vos travaux, de vous voir descendre dans le détail de ce qui concerne le “bilan” et le “hors bilan” de toute organisation bancaire?

    L’optique pour vos lecteurs assidus et fidèles, modestes victimes de la répression financière, dans un esprit comparable à “et mes sous dans tout ça” (cf. Henri Regnault) consistant à être en capacité de voir au travers du rideau de fumée, afin de prendre de façon autonome ses dispositions personnelles sur un plan patrimonial.

    NB. chômage à 6 millions et 66,6% de taux moyen d’imposition en notre cher beau pays ; j’ai beau aimer mes aïeuls et être assuré qu’ils font leur possible pour me léguer un petit quelque chose, il n’en demeure pas moins que la part des sangsues “oints du seigneur” (là, allusion à Gave) est “énhaurme” (là, allusion à Jules Romains, ses hommes de bonne volonté et Jarry, son Ubu Roi, lol), donc je m’inquiète un petit et très égoïstement (pardon!).

    Amitiés.

  6. Personnellement, moi qui ne suis pas économiste, je ne comprends pas comment les banques centrales pensent pouvoir maîtriser à la fois la croissance, l’inflation et le chômage, soit trois variables certes pas complètement indépendantes, mais quand même différentes en utilisant grosso modo un unique levier basé sur le taux d’intérêt (ou ses variantes gérant la liquidité du système). On ne pilote pas l’attitude d’un avion avec un volant, ce n’est aps pour rien ! Pour arriver à contrôler complètement un système, il faut en théorie autant de variables de commande que de degrée de liberté du système.

  7. Le Canada a vendu ses reserves d’or: http://www.zerohedge.com/news/2016-03-03/its-official-moment-canada-has-no-gold-reserves-left

    This latest sell-off is indeed part of a much longer-term pattern of moving away from gold as a government-held asset. According to economist Ian Lee of the Sprott School of Business at Carleton University, Ottawa has no real reason to keep its gold reserves other than adhering to tradition.

    “Under the old system, (gold) backed up currencies,” Lee explained. “The U.S. dollar was tied to gold. One ounce was worth US$35. Then in 1971, for lots of reasons I won’t get into, Richard Nixon took the United States off the gold standard.”

  8. L’Union Européenne …

    La … quoi ?

    L’Union ?

    Quelle Union ?

    Où ça, l’Union ?

    Face à l’arrivée des migrants, tous les pays d’Europe centrale ont décidé de reprendre le contrôle de leurs frontières nationales.

    Il n’y a pas d’Union Européenne.

    L’Union Européenne, c’est un rêve rêvé par les doux rêveurs.

    Ce n’est pas une réalité.

    Dimanche 6 mars 2016 :

    Vienne refuse le système des quotas de réfugiés de l’UE.

    « L’Autriche ne prendra aucune part au système des quotas visant à répartir les réfugiés entre les pays membres de l’Union européenne. Elle a déjà suffisamment contribué dans la gestion de cette crise », estime un ministre autrichien à la veille du sommet UE-Turquie.

    Plus divisée que jamais

    Les 28 doivent rencontrer lundi midi à Bruxelles le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, alors que l’arrivée de 1,25 million de demandeurs d’asile divise comme jamais l’UE. Celle-ci va faire pression sur Ankara, consciente que la Turquie détient la clé pour l’aider à maîtriser la crise migratoire.

    La situation reste néanmoins préoccupante. Plus de 30 000 migrants sont bloqués en Grèce, dans des conditions misérables, depuis la fermeture successive des frontières des pays des Balkans et d’Europe centrale par lesquels ils ralliaient l’Allemagne et la Scandinavie.

    http://www.romandie.com/news/Vienne-refuse-le-systeme-des-quotas-de-refugies-de-lUE/682789.rom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *