€ffondrement : petits Suisses encore vainqueurs !

Aujourd’hui jeudi 8 décembre, en fin de séance européenne, les rendements des bons à 10 ans du Trésor helvète sont tombés à 0,739 % (ce qui devrait constituer un record historique) alors que ceux du Bund baissaient à 2,016 % seulement.

L’écart relatif a atteint un nouveau record à 172,8 %


… ce qui signifie que les bons spéculateurs se réfugient une fois de plus vers la place financière des petits Suisses.

Les rendements des bons à 10 ans du Trésor français ont rebondi à 3,357 % ce qui signifie que les bons spéculateurs n’ont plus confiance en ce pays du Club Med.

Tout est simple

11 réflexions sur “€ffondrement : petits Suisses encore vainqueurs !”

  1. Crise : Draghi douche les espoirs d’une intervention massive de la BCE.

    Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a douché jeudi les espoirs d’une intervention massive de son institution face à la crise, appelant plutôt les gouvernements à “faire le maximum”.

    A l’adresse des dirigeants européens réunis à partir de la soirée à Bruxelles, il a appelé de ses voeux un nouveau “pacte budgétaire” en zone euro, pour enrayer l’envol de la dette des Etats.

    “La responsabilité ultime d’enrayer la crise appartient aux responsables politiques”, a-t-il répété.

    M. Draghi a estimé que si ce pacte budgétaire devait être doté d’un “cadre légal crédible”, il était “tout aussi important qu’il soit mis en place rapidement”, une manière de s’opposer à des procédures trop longues de ratification en cas de modification des traités européens.

    Le président de la BCE s’est par ailleurs dit “surpris de l’interprétation de ses propos” après un discours devant le Parlement européen la semaine dernière.

    Certains médias et économistes avaient alors affirmé que M. Draghi serait disposé à intervenir massivement en soutien des Etats, une fois mises en place les réformes institutionnelles.

    Loin de nourrir ces espoirs, le président de la BCE a dit qu’en matière de soutien aux pays en détresse, sa “préférence allait au FESF et au MES”, soit au mécanisme déjà mis en place et à celui qui doit le relayer. M. Draghi les a jugés “parfaitement équipés” pour faire face à la crise de la dette.

    Le président de la BCE a aussi exclu la possibilité d’intervenir davantage sur le marché de la dette publique comme le réclament certains Etats, notamment la France, soulignant une nouvelle fois que les achats d’obligations publiques qu’effectue déjà la BCE sont “limités” et “temporaires”.

    “Les traités interdisent un financement monétaire des Etats”, a dit M. Draghi.

    Il a aussi balayé la possibilité d’un financement des Etats par la BCE, mais via le Fonds monétaire international : “c’est incompatible avec les traités”.

    http://www.boursorama.com/actualites/crise-draghi-douche-les-espoirs-d-une-intervention-massive-de-la-bce-986ab51fdd7e167f8ec16caab6c4c10f

  2. Vendredi 9 décembre 2011 :

    L’agence d’évaluation financière Moody’s a abaissé d’un cran la note à long terme des banques françaises Crédit Agricole SA, BNP Paribas, et Société Générale, en y attachant une perspective négative, a-t-elle annoncé vendredi dans des communiqués distincts.

    Cette décision intervient à l’issue d’un examen approfondi lancé le 15 juin, et prolongé mi-septembre, précise l’agence.

    Crédit Agricole SA bénéficie désormais d’une note de solidité financière abaissée d’un cran à “C-“, et d’une note de dette à long terme “Aa3”.

    La solidité financière de la Société Générale est rétrogradée de deux crans à “C-“, mais sa note long terme ne recule que d’un cran à “A1”.

    La note de ces deux établissements avait déjà été dégradée mi-septembre par Moody’s.

    A cette époque, la note de BNP Paribas avait été maintenue mais avec une prolongation de la “mise sous surveillance négative”. Cette fois, la banque n’y échappe pas : sa note de solidité financière perd deux crans à “C”, contre “B-” auparavant, et sa note long terme ressort à “Aa3”.

    http://www.romandie.com/news/n/Moody_s_degrade_Credit_Agricole_SA_BNP_Paribas_et_Societe_Generale091220110712.asp

  3. J’ai bien peur que l’Euros résiste,car les pays sont prêts à signer tous les traités proposés(sans les lire) par la France et l’Allemagne!

  4. Vendredi 9 décembre 2011 :

    Le maintien de la Grèce, qui négocie désormais un “hair cut ” de 80 % sur sa dette, n’est même pas certain.

    http://www.latribune.fr/opinions/editos/20111209trib000670182/super-mario-priez-pour-nous.html

    1- Au début, ils disaient : “Ne vous inquiétez pas : la Grèce remboursera sa dette.”

    2- Ensuite, ils ont dit : “Ne vous inquiétez pas : la Grèce ne remboursera pas la totalité de sa dette, mais la Grèce remboursera presque toute sa dette.”

    3- Ensuite, ils ont dit : “Les prêteurs vont perdre 21 % de leur mise.”

    4- Ensuite, ils ont dit : “Les prêteurs vont perdre 50 % de leur mise.”

    5- Aujourd’hui, ils disent : “Les prêteurs vont perdre 80 % de leur mise.”

    6- Et demain ?

  5. En effet, merci jérôme.
    Les marchés viennent justement de s’en apercevoir…

    Donc plus gros PIIGS n’est pas celui qu’on croit. saluons la vertueuse Italie qui ne dissimule pas ses dettes.

    En fait, ces dettes sont partiellement latentes.
    c’est le prévisions de dettes si le système ne se réforme pas radicalement.

    en abolissant le système de retraite par répartition en France, on supprime près de 80 % de la dette latente.
    Les vieux n’auront qu’à retourner travailler. comme aux états-unis quand les fonds de capitalisation ont fait faillite.

    Le système créé en 1946 donnait retraite aux gens à 60 ans. C’était de rares “survivants”.
    Mais à notre époque, tout le monde la touche 15 ou 20 ans (en étant surmédicalisé) voir plus pour les femmes qui vivent en moyenne 8 ans de plus. Alors que les cotisants sont de moins en moins nombreux.

    Ce système va dans le mur. Il faut un gros recul de l’age de départ tout autant que de grosses punitions à nos entreprises qui ne veulent plus des gens dès que ces derniers ont 45 ans.
    Il faut une grosse révolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *