France : croissance négative au 2° trimestre

14 août, tout le monde est en vacances, il ne se passe rien. L’Insee vient juste de rendre publics les chiffres du PIB du 2° trimestre et d’annoncer mi-figue mi-raisin (ce n’est pas encore la saison, ni de l’un ni de l’autre), que la croissance est nulle, ce qui est faux d’après… les chiffres officiels publiés par l’Insee !

En effet, le PIB réel (en prix chainés, c’est-à-dire en prix constants, sur la base de 2005) est passé de 450,880 milliards d’euros au 1° trimestre à 450,670 milliards au deuxième trimestre, soit une baisse de 0,047 %, chiffre devant être arrondi à 0,05 % avec 2 décimales et à… 0,0 % à 1 décimale !

C’est un tour de passe-passe qui passe en pourcentage d’un trimestre à l’autre mais qui ne passe pas quand on calcule la croissance d’un trimestre à l’autre en taux annualisé selon la présentation habituelle aux Etats-Unis (qui est plus logique). Dans ce cas, la baisse du PIB est de 0,19 %, chiffre arrondi à… 0,2 %,

Document 1 :

Toujours d’après les chiffres de l’Insee, la croissance du PIB d’un trimestre à l’autre en taux annualisé est nulle depuis le 2° trimestre 2011 (ou de 0,1 %) à l’exception du 3° trimestre 2011 (retenant des chiffres anormaux du commerce international), c’est-à-dire que le PIB n’a presque pas augmenté depuis le 1° trimestre 2011 (il était alors à 449,3 milliards d’euros).

Pire, la tendance est mauvaise : la croissance sera nettement négative à l’avenir, c’est-à-dire déjà en ce 3° trimestre, et les suivants.

L’écart de la croissance française (du PIB réel d’une année sur l’autre) par rapport à la locomotive américaine augmente,

Document 2 :

Pendant les 30 Glorieuses, la croissance française était supérieure à celle des Etats-Unis, mais la tendance s’est inversée par la suite, au point qu’elle va devenir négative,

Document 3 :

Même graphique sans les courbes de tendance,

Document 4 :

Les Américains se sont ressaisis avec les Reaganomics. Il n’y aura rien de tel en France qui est durablement condamnée à une croissance nulle voire négative à l’avenir et à un désordre grandissant.

Tout est simple.

“La France n’est pas en récession” annonce triomphalement l’un des plus grands apparatchiks de la nomenklatura sur la base des chiffres présentés et arrangés par l’Insee. Ce n’est qu’un village Potemkine.

9 réflexions sur “France : croissance négative au 2° trimestre”

  1. Oui, merci en effet pour toutes ces analyses factuelles et la présentation d’éléments non tronqués, Mr Chevallier.

    Cela permet aux citoyens de séparer le bon grain de l’ivraie en matière d’information (l’exercice de la démocratie commence par là…).

    Donc, en résumé, il n’y a pas récession, mais un peu quand-même,
    Et de toute façon, considérant les besoins de fonctionnement de la machine à gaz France, 0% de croissance, c’est la dette qui continue de s’emballer…

    Parlant de gaz… ça finira par nous péter au nez, MES ou pas MES…

  2. Une erreur dans votre texte, c’est bien la saison des figues, je viens d’en ramasser plusieurs dizaines de kilos, et elles sont délicieuses !

  3. Mais ce n’est pas bien grave, puisqu’Hollande est sur le point de gagner son pari (et de manière très habile, quoiqu’en pense les gogos de l’UMP) : faire financer la dette des Etats de l’Eurozone par la BCE. Ah ! Je ne vous dis pas la masse de liquidités qui va nous submerger ! Mais pour quelles conséquences ? De ceci, Dieu seul connait la réponse !

  4. bonjour.il semblerait que nous sommes à la croisée des chemins.Soit la BCE achète à tout va des obligations pourries pour sauver banques et états mais fera exploser l’inflation;soit la politique de rigueur continue pour une longue période avant que la machine ne reparte.Mr chevallier avez vous une idée du scénario à venir ?

  5. Merci pour cet article.
    Je suis assiduité et grand plaisir votre blog qui nous éclaire sur la santé réelle de notre économie.

    Je vous invite à visiter le blog : http://www.immobilier-finance-gestion.com/

    Vous pourrez découvrir un éclairage sur la réalité de nos marchés immobiliers car comme aux USA, en Espagne, en Italie, en Irlande,…les prix immobilier vont chuter en France. Nous ne serrons pas épargnés.

    A lire notamment :
    – Evolution des prix immobiliers en france d’ici à 2020 – mise à jour
    – France : chute de 50% des prix immobiliers à horizon 2015
    – La Chute des prix immobiliers en 7 raisons
    – La baisse des prix immobiliers en GB annonce la chute en France
    – Pouvoir d’achat immobilier des Français au plus bas
    – Immobilier : 2 scénarios de baisse !
    – Krach immobilier ?
    – Immobilier Espagne : point bas atteint ?

    Bien Cordialement,

    Laurent
    http://www.immobilier-finance-gestion.com/

  6. bonjour.On se dirige tout droit vers l’acceptation de l’ Allemagne que la BCE achète en masse des obligations des piggs.quelles conséquences pour les actifs (bourses,immo,etc),devises etc…merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *