Déficits et balance des paiements française (mars)

La Banque de France vient de publier les chiffres de la balance des paiements pour le mois de mars 2011 avec des bugs : les données ne sont à jour que pour les 3 derniers mois…

Le déficit de la balance des transactions courantes pour les biens seuls (sans les services qui sont excédentaires) est encore très élevé : 5,994 milliards d’euros (cvs, cjo, sans battre le record historique de février) contre un excédent de 15,2 milliards d’euros pour l’Allemagne !
Graphique 1 :

Cliquer sur les graphiques pour les agrandir.

Les investisseurs fuient la France car elle est de moins en moins attractive comme le montrent les tendances des investissements directs étrangers (IDE) : le solde des investissements directs français à l’étranger (en rouge) a presque toujours été supérieur à celui des investissements étrangers en France (en bleu).
Cette tendance s’est accentuée en mars : les investisseurs français ont investi en net 7,9 milliards hors de France ce qui est très inquiétant pour l’avenir alors que les investisseurs étrangers n’ont investi en net que 3,8 milliards d’euros en France,
Graphique 2 :

Depuis mi-2004, le déficit cumulé de la balance des transactions courantes pour les biens seuls atteint 278 milliards d’euros et celui des investissements directs étrangers (IDE) 289 milliards,
Graphique 3 :

Depuis 1997, le déficit cumulé de la balance des IDE est de 604 milliards d’euros,
Graphique 4 :

La position nette de la France s’est légèrement améliorée : la dette nette officielle est tombée à 151 milliards d’euros fin mars grâce aux entrées de capitaux étrangers investis en particulier en bons du Trésor français avec la hausse de l’euro par rapport au dollar,
Graphique 5 :

Comme plus de 70 % de la dette de l’Etat sont détenus par des étrangers, la véritable position nette de la France s’est encore détériorée. Elle dépassait déjà 1 000 milliards d’euros !

Les autorités françaises refusent d’admettre la réalité et s’enfoncent dans le gouffre, surtout avec la hausse de l’euro par rapport au dollar (US$).
Il en est de même, en pire, dans ces autres cochons de pays du Club Med.
Les excédents de l’Allemagne sauvent présentement les apparences, ce qui a le gros inconvénient de laisser s’accentuer les problèmes de ces cochons de pays du Club Med, dont la France, qui seront beaucoup plus graves quand ils se révèleront.

Seules des dévaluations (et des réévaluations), c’est-à-dire un éclatement de la zone euro permettraient de rétablir les équilibres fondamentaux indispensables.

Une fois de plus : comment se fait-il que je sois toujours le seul à analyser ainsi la balance des paiements de la France ? Tous les journaleux et bonimenteurs reprennent en chœur la propagande officielle de la nomenklatura.

Cliquer ici pour voir les chiffres de la balance des paiements publiés par la Banque de France d’où sont tirés ces graphiques.
Cliquer ici pour voir mon article du mois précédent sur ce sujet.

2 réflexions sur “Déficits et balance des paiements française (mars)”

  1. La France faisant partie des nations déficitaires, comme les USA, comment se fait il qu’il y ait encore quelques fortes pressions inflationniste dans notre pays (cf. immobilier, terrains, la plupart des actifs, prix alimentaires, prix de l’énergie, prix des mp) et que le PIB fasse du sur-place?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *