L’Andorre pour échapper à la dictature française…

Le 12 juillet 2021 est une date historique !

Le 12 juillet 2021, c’est le jour où le Mignon poudré a révélé ce qu’il est réellement : un dictateur.

La France est devenue une dictature la semaine suivante avec l’accord donné par le Conseil d’Etat aux mesures qu’il avait décidé de prendre.

L’Andorre est une bonne solution (non définitive) pour échapper à cette dictature pour les personnes dont la présence physique continue sur le territoire français n’est pas indispensable…

Les Andorrans sont traditionnellement viscéralement attachés à la liberté depuis des siècles.

Ils sont partisans d’un Etat minimal, pour assurer l’ordre et la liberté d’entreprendre.

Actuellement, les autorités n’imposent qu’une seule mesure contraignante sous le prétexte de cette histoire de coronavirus : le port du masque à l’intérieur des locaux recevant le public.

Pour le reste, c’est la liberté… d’aller au bistro, au restau, à l’hosto, etc.

Pas de passe ni d’Ausweis ni de contrôles intempestifs.

L’Andorre n’est pas loin de la France : seuls les pointillés de la frontière séparent les deux pays.

L’Andorre est un (micro) Etat qui ne fait pas partie de l’Union Européenne et encore moins de la zone euro mais qui a adopté comme toujours la monnaie de l’Espagne et de la France.

Presque tout le monde parle français.

Les écoles, le collège et le lycée français fonctionnent exactement comme en France, avec des instits et des profs français, dans la tradition et le calme de ce qu’ils étaient jadis en France…

L’Andorre redevient une bonne solution pour les personnes fortunées ou pas qui veulent vivre normalement, sans risque de se faire attaquer ni cambrioler, qui veulent sortir en toute liberté sans se faire vacciner, sans se faire contrôler, sans se faire agresser par des flics surarmés et agressifs en toutes circonstances…

Pas de risques majeurs de manifs dégénérant en violences policières ou provoquées par des bandes d’individus plus ou moins incontrôlés, pas de grandes grèves paralysantes.

L’Andorre redevient une bonne solution pour les entrepreneurs qui bénéficient d’une large liberté, d’une sécurité juridique et d’une fiscalité normale avec un taux d’imposition des bénéfices de 10 % voire moins dans certaines conditions, de faibles charges, de taux d’impositions très bas sur les revenus, etc.

Le taux des prélèvements obligatoires en Andorre est de 25 % contre 45 à 50 % en France selon les sources, voire davantage.

Les banques andorranes ne sont pas fiables (cf. mes articles) mais des solutions existent toujours pour placer judicieusement tout capital financier en toute sécurité et pour le valoriser avec une fiscalité particulièrement avantageuse…

L’Andorre redevient une bonne solution pour les personnes qui aiment la montagne, été comme hiver, avec de très belles stations de ski.

L’Andorre est un peu ce qu’était la Suisse, avec davantage de soleil, moins d’impôts et surtout à moindres coûts.

En collaboration avec d’autres partenaires nous perfectionnons des solutions pour toutes les personnes intéressées par une installation en Andorre car ce qui va se passer en France sera difficilement supportable…

Ces solutions ne sont malheureusement pas valables pour les gilets jaunes qui seront une fois de plus les grandes victimes de cette dictature.

Pour s’installer en Andorre, régulièrement, au calme et en toute tranquillité, il est indispensable de le faire par l’intermédiaire de partenaires compétents dans tous les domaines et qui ont une bonne réputation, en particulier par une gestoria, c’est-à-dire une société qui fournit toutes les prestations nécessaires.

Les personnes intéressées par une installation en Andorre peuvent me contacter par l’intermédiaire du formulaire de contact de mon site : cliquer ici pour y accéder…

Petit ou gros problème : ce formulaire ne fonctionne pas… pour une raison inconnue !

Prendre contact par email à l’adresse suivante : [email protected]

En Andorre comme ailleurs existent des personnes qui ne sont pas fiables. Comme c’est un micro-Etat, tout le monde se connait, ce qui permet de séparer le bon grain de l’ivraie…

Il ne faut surtout pas faire n’importe quoi avec n’importe qui…

© Chevallier.biz

6 réflexions sur “L’Andorre pour échapper à la dictature française…”

  1. Bonsoir monsieur,
    Je ne suis qu’un simple fonctionnaire de catégorie C. Mon épouse est professeur des écoles. Vous nous demandez de quitter le territoire français où nous avons exercé et élevé nos enfants…Vous voulez nous aider pour une vie meilleure ,certes, mais je me dois de vous expliquer pourquoi je ne demanderai pas votre aide (tant est qu’elle serait certainement bienheureuse pour les miens….).
    J’ai servi la France pendant plus de 18 ans sous les drapeaux, suis allé dans différentes régions du monde avec cette sensation individuelle de représenter la France ( donc les français, donc vous par extension….!!!). Je vous promets que je ne n’étais pas dans un bureau mais bel et bien sur le “terrain”.
    Ô comme j’aimerais vous rejoindre mais quid de mes proches et mon honneur : celui d’être français et de de mourir pour notre Pays (mourir pour lui, pour les miens mais certainement pas pour le “mignon poudré” ). Si je quitte la France, qui sauvera mes proches et mes amis..??Il faut des résistants et je ferai parti de ceux là (le nombre n’est pas le problème, seule la volonté prévaut….)
    Simples mots mais qui, sachez le, ne sont pas lancés en l’air. Je ne défile pas dans les manifestations mais me tiens prêt à toute “désorganisation ” de notre Pays.
    J’adhère totalement à vos écrits et vous suis depuis longtemps maintenant. Je suis prêt à tout pour vous aider mais pas cela…!!!

    Très cordialement

  2. La décision de mourir par solidarité s’éclaire à la lecture de Bruno Clavier (“Ces enfants qui veulent guérir leurs parents”) et de Christelle Petitcollin (syndrome du jumeau perdu dont elle rappel la notion dans son dernier ouvrage)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *