Les Marioles de la BCE et la bulle obligataire

Les Marioles de la BCE auront non seulement contribué à laisser se développer une gigantesque hypertrophie monétaire en M1, mais encore, ils auront réussi à aggraver la situation dans la vieille Europe continentale en accentuant une gigantesque bulle obligataire en annonçant le rachat de mauvais bons des Trésors de la zone pour des centaines de milliards d’euros car cette décision fait certes plonger leurs rendements mais aussi grimper les prix des contrats ainsi considérablement surévalués !

Ainsi, vendredi 23 janvier, les taux européens à 10 ans ont encore battu leurs plus bas record, dont ceux de la Suisse,

Document 1 :

La courbe des taux helvètes est maintenant fortement négative jusqu’au 15 ans, seuls les 20 et 30 ans restant encore en territoire positif, ce qui signifie que les petits Suisses souffriront longtemps encore des errements des 300 millions de barbares ignares qui les cernent,

Document 2 :

Le Bund lui-même a été touché,

Document 3 tiré du Wall Street Journal :

Seuls les rendements des Notes restent à des niveaux acceptables compte tenu de la crise européenne qui aura de toute façon des incidences en Amérique,

Document 4 :

Les rendements des mauvais bons de ces cochons de pays du Club Med, y compris ceux de la France, baissent moins rapidement que ceux du Bund, ce qui fait remonter leur écart relatif qui est caractéristique du taux de dévaluation potentielle en cas de retour à un système de changes libres dans la zone euro,

Document 5 :

L’écart entre les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans est tombé à 131 points de base

Document 6 :

… en concordance avec une accentuation de l’€-crise,

Document 7 :

Tout va bien. En ce lundi matin, c’est légèrement pire.
A suivre…

4 réflexions sur “Les Marioles de la BCE et la bulle obligataire”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *