Reaganomics triomphants

Les dirigeants américains, menés par le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, sont en train de réussir le redressement historique de leur économie en maintenant les rendements des bons du Trésor à leurs plus bas historiques, en particulier grâce aux €-crises,

Document 1 :

Les Reaganomics ont amorcé le retournement qui permet à l’Amérique de conserver durablement son leadership sur le monde, grâce à ses bons fondamentaux optimisant sa richesse,

Document 2 :

Les crises de la zone euro ont été très utiles car elles ont provoqué à trois reprises la chute des rendements des bons du Trésor et surtout de l’écart entre les taux longs (à 10 ans) et des taux courts (à 2 ans) aux alentours de 1,5 %,

Document 3 :

De cette façon, le cycle que la Fed initiait auparavant est cassé. La croissance du PIB est ainsi amenée à se maintenir aux alentours de son niveau optimal, sans inflation, ce qui est idéal,

Document 4 :

Tout est simple finalement pour les Reaganomics.

3 réflexions sur “Reaganomics triomphants”

  1. Si on reprend votre graphique et que l’on colle les dates des différents QE initiés par la Fed, soit novembre 2008 , novembre 2010 pour les 1 et 2 on constate des réaction intéressantes sur les taux à ces mêmes moments. Alors que le QE3 plus flou par son “illimité” n’a pas eu le même effet sur les taux.
    Le flash crash que vous notez Euro flash crash, est préalablement initié par le flash crash US de mai 2010, qui a permis le passage des BT de 3.5 à 2.5 ou a participé à sa baisse par le repli de part la crainte des investisseurs.

    Mr Chevalier, une question quand même qui merite réponse.
    Avez vous regardé la répartition des rachats de bons du trésor US, et que se passera t il le jour ou seule la FED rachètera des bons du trésor émis . Je ne parle pas de ceux détenus, mais bien de ceux émis.
    Certes la fed us a une marge de manoeuvre qu’elle est bien la seule à détenir, mais je ne suis pas convaincu que ce soit la baisse des taux qui reflète le mieux la reprise US.
    De plus à partir de quel moment prenez vous en compte la répartition des richesses au niveau du peuple US pour dire que l’économie se porte bien.
    J’aimerai qu’on essaie de différencier une économie qui en chiffre parait bien se porter, d’une économie saine ou la répartition des richesses ne dérive pas de façon anormale.
    Je suis certains que l’économie US se redresse, mais avec une accélération des dérives comme le montre certains indicateurs de répartition. Selon moi il existe comme pour tout , des zones tenables et d’autres non.
    LE QE3 n’a pas encore eu d’effet sur les taux, et je ne vous ai pas vu parler du mur fiscal. faut il considérer que ce dernier n’est que pur jeu de dialectique et de discussions stériles qui déboucheront quoi qu’il en soit sur une remontée de ce dernier?

  2. Je vias faire un petit complément car je dis pas mal d’anerie dans le message précédent. On est loin d’une détention de bons du trésor par la fed en majeure partie car la Fed agit de façon plus discrète et plus indirecte.
    on le voit bien ici

    http://criseusa.blog.lemonde.fr/files/2011/01/arr0.1295868314.jpg

    et là

    http://criseusa.blog.lemonde.fr/files/2011/01/arr2.1295868431.jpg

    Cela date de 2010 pour les graphs, mais c’est pas en 2 ans que la tendance aura diamètralement changée.
    De ce fait dans la répartition cela reste valable. Toutefois, l’action de la Fed reste plus qu’ambigue encore plus aujourd’hui qu’hier. Mais ou va l’argent de la Fed?!!!!

  3. Chiffres du deuxième trimestre 2012 :

    1- Médaille d’or : dette publique de la Grèce : 300,807 milliards d’euros, soit 150,3 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : dette publique de l’Italie : 1982,239 milliards d’euros, soit 126,1 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : dette publique du Portugal : 198,136 milliards d’euros, soit 117,5 % du PIB.

    4- Dette publique de l’Irlande : 179,718 milliards d’euros, soit 111,5 % du PIB.

    Ah, l’Irlande …

    Nous avions oublié la faillite de l’Irlande, mais l’Irlande vient de refaire parler d’elle.

    Comme la Grèce, l’Irlande vient d’annoncer qu’elle sera ELLE AUSSI incapable de rembourser les 85 milliards d’euros du plan de sauvetage.

    Interrogé sur le délai supplémentaire nécessaire pour rembourser, le gouverneur de la Banque centrale d’Irlande a plaidé pour la recherche d’une “solution durable”, qui n’aurait pas à être de nouveau modifiée par la suite.

    “En conséquence, le délai de remboursement devrait être considérablement allongé”, a-t-il ajouté, sans donner aucune autre précision.

    http://www.boursorama.com/actualites/l-irlande-a-besoin-de-plus-de-temps-pour-rembourser-d6283fc6783fb9654f3eab584245a0d8

    Portugal.

    Irlande.

    Italie.

    Grèce.

    Espagne.

    Liste non exhaustive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *