Schumpeter, monétarisme et croissance

La réélection d’Obaba a des conséquences fortement négatives : depuis début novembre, les Américains augmentent leur épargne (de précaution) visible dans l’agrégat M2-M1 qui augmente sur une base de 5,6 % depuis août 2011 (contre 5,1 % précédemment),

Document 1 :

D’un trimestre à l’autre, l’augmentation de M2-M1 atteint même 10 % en taux annualisé,

Document 2 :

D’une année sur l’autre, l’augmentation de M2-M1 dépasse 6 %,

Document 3 :

Conséquence : l’augmentation de l’épargne des Américains signifie qu’ils dépensent moins, la demande baissant, l’offre s’y adapte, la croissance du PIB va baisser au cours de ce 4° trimestre à 2,1 % d’une année sur l’autre (contre 2,5 % au 3° trimestre), soit 2,6 % par rapport au trimestre précédent en taux annualisé, proche du taux du 3° trimestre,

Document 4 :

Schumpeter avait bien prédit que le capitalisme libéral pouvait sombrer petit à petit à cause de l’ennemi intérieur constitué des innombrables idiots nuisibles qui croient que la richesse des nations et de leurs habitants peut provenir de l’augmentation des dépenses et des dettes des Etats.

Leur blocage ne constitue pas un mur budgétaire qui risque de plonger l’Amérique dans la récession mais c’est au contraire la meilleure solution pour faire repartir la croissance.

Obaba a été réélu surtout grâce aux voix de ceux qui profitent indûment des aides de l’Etat : les noirs et les hispaniques. Pour l’instant, la politique monétaire menée par le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, produit des effets positifs supérieurs aux effets négatifs Obabamesques.

9 réflexions sur “Schumpeter, monétarisme et croissance”

  1. Là, j’ai mon petit mot à dire car je crois avoir bien analysé les racines de ce mal, partie d’une population qui se comporte comme des populations microbiennes et sont donc dans l’incapacité de penser l’avenir, d’édifier tout simplement.
    C’est une population qui se comporte comme des pasteurs-cueilleurs, population à la mentalité SDF qui n’a absolument pas l’échange comme visée mais seulement l’ambition de vivre entre soi dans l’illusion de ne manquer de rien (fondement de l’inceste au sens premier du terme selon Aldo Naouri).

    Ainsi suite à mon expérience d’un an et demi dans une famille très pauvre des Philippines, j’ai titré “Pauvres et incestueux” dont le dernier post faisant écho à cette mentalité bien particulière basée non sur l’échange mais sur le don. http://pauvres-incestueux.blogspot.com/2012/12/au-bord-du-malaise.html

    Pour eux l’argent pousse sur les arbres et est comme un fruit sauvage que l’on peut cueillir sans rien devoir à personne. Par ailleurs, ils n’acceptent aucune remarque et s’estime quasiment sorti de la cuisse de Jupiter. Ils n’ont donc rien à apprendre et refuse d’ailleurs d’apprendre quoi que ce soit. Ce qui compte pour eux et tout ce qui est à porté de main. La moindre distance physique pour eux, c’est loin. Et donc le triomphe de Facebook -le Facebook des photos – dans ces populations, ce qui permet de voir à portée de main sans avoir à se déplacer.

    C’est dans ce cadre que j’estime de nature incestueux que je m’escrime à mettre en place une production, tout ce qu’il y a de plus modeste – http://cultiver-mindanao.blogspot.com/ -, ce qui est complètement opposé à leur mentalité (ils se pensent toujours au paradis et le dépassement de soi est pour eux inconcevable. Il faut pour eux s’économiser -ne pas se fatiguer- alors que par ailleurs ils refusent toutes notions d’économies, sont toujours prêts à gaspiller, flamber -leur donner quoi que ce soit reviens à jeter son argent par les fenêtres-…)

    Sinon j’ai pu écrire brièvement : http://josick-croyal.blogspot.com/2012/12/promo-voltaire-gouvernement-dincestueux.html

  2. héfaillitos, zozo utile au démantèlement de l'euro

    Merci pour cet article éclairant Mchevallier.
    Et ravi d’avoir des nouvelles de Josick (après la fermeture forcée de son blog)

    Pour ajouter à ces ” bonnes nouvelles”, le journaleux nous parlent du retour de l’urluBerlusconi.
    Qui ferait hélas chuter l’italie, alors que le brave monti de goldman sachs est si bon…
    La chute de l’Italie entrainant (enfin !!!) la fin de l’euro.

    Il ne manquait donc plus qu’un zozo pour porter le chapeau de l’euro éclatement…
    et apparemment, ils l’ont trouvé. les conditions me semblent réunies.

    depuis mi-novembre
    Les ficoba recensent vos assurancevie et comptes en banque pour les immobiliser avant des les atomiser par la dévaluation qui succèdera au démantèlement.

    Les rigolos de la politique française appelaient à une nationalisation de la dette (pour soit disant nous protéger des vilains marchés) Nul doute que Pierre Muche Vicieuse et sa collègue Faraud Belkamachin étaient au courant de la dégradation qui a suivi peu après … et ont donc gagné beaucoup d’argent sur ça.

    cet été on avait eu le fameux troisième risque de Mario super rigolo au bazooka à billets

    Les marchés comme le souligne Mchevallier sont depuis longtemps en train d’intégrer le démantèlement de l’euro.

    Avec le retour annoncé de l’urluberlusconi, c’est une des dernières pierres qui est en place : un couillon qui portera le chapeau.
    L’euro démantelé c’est pas l’échec des eurocrates incompétents de bruxelles, c’est la faute à berlusconi.

  3. houla attention que sos racisme où autre ne lise pas ce billet qui dérape fortement sur la fin vers les heures les plus sombres de notre histoire (HPDNSH pour les initiés)

  4. @ Olivier : je ne suis pas initiée, donc je ne comprends pas votre série de lettres en majuscule.
    “Dérapage en fin d’article” : où voyez-vous que çà dérape ?. Dire qu’un chat est un chat et une fleur une fleur, vous appelez çà déraper ?. Ah bon !. Il est vrai que l’on vit dans un monde qui se complait à tortiller du Q pour chier droit !.

  5. Lundi 10 décembre 2012 :

    Italie/crise politique : la Bourse de Milan chute de plus 2% à l’ouverture.

    La Bourse de Milan chutait de plus de 2% lundi dès l’ouverture après l’annonce au cours du week-end d’une prochaine démission du président du conseil Mario Monti, considéré par les marchés comme un gage de stabilité pour le pays.

    A 08H20 GMT, soit vingt minutes après l’ouverture, l’indice vedette de la Bourse de Milan, le FTSE Mib, reculait de 2,36% à 15.329 points.

    Les banques étaient particulièrement touchées et leurs titres chutaient tous de 4% à 5%, les opérateurs redoutant qu’elles ne soient pénalisées par un probable regain de tension sur le marché obligataire dans le sillage de cette nouvelle crise politique, dont l’issue paraît incertaine.

    http://www.romandie.com/news/n/_Italiecrise_politique_la_Bourse_de_Milan_chute_de_plus_2_a_l_ouverture31101220120932.asp

  6. @ olivier. Ok pour l’ironie. Mais elle n’a plus sa place ! ( me semble-t-il ). Ou bien on est Franc du Collier avec Discernement, ou bien……….. Je vous laisse méditer !.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *