Saxo Bank, censure et pensée unique

Après avoir publié une brève analyse sur Saxo Bank jeudi 3 novembre matin, j’ai reçu dans l’après midi un email anonyme de cette banque puis une heure plus tard, quasiment le même mais signé, c’est-à-dire émanant d’un interlocuteur qui s’identifie m’enjoignant de « retirer immédiatement votre (mon) article sur OverBlog sous peine de poursuites en justice pour diffamation ».

Document 1 :

Comme je n’avais fait qu’analyser normalement, comme je le fais depuis plusieurs dizaines d’années, les comptes de cette banque à partir de ses documents publiés, ce que tout le monde devrait faire, j’ai mis en demeure mon interlocuteur de me donner des explications sur sa requête et de… me présenter ses excuses.

Le lendemain vendredi 4 novembre en fin d’après midi, après une seconde mise en demeure, il m’a fourni cette réponse qui témoigne d’une certaine incohérence de sa part,

Document 2 :
Monsieur Chevallier,
Trois choses :
– Saxo Bank n’est pas seulement un courtier, c’est une banque qui a de multiples activités à travers le monde et je vous invite à vous rendre sur le site suivant : www.saxoworld.com pour mieux vous en rendre compte.
– Le marché des changes n’est pas un marché centralisé et traditionnellement il n’y a pas de commissions sur le change. Notre rémunération provient donc de l’écart entre le prix d’achat et prix de vente de deux devises (spread). Les profits réalisés sur le change s’inscrivent donc sur la ligne ‘Price and exchange rate ajustement’ et non pas sur une ligne ‘Fee and commission’. Par exemple et de manière très schématique sur une opération sur l’EUR/USD nous achetons à 1.5 pips de spread et nous revendons à 2 pips de spread (il y a deux flux) ; ce qui est d’un point de vue comptable différent que de vendre à 2 et de facturer 0.5 de commission (il n’y a qu’un flux).
– La banque n’a pas d’activité pour compte propre. Merci donc de relire attentivement ces bilans financiers à la lumière de ces éléments. Si vous avez besoin d’informations complémentaires qui ne seraient pas disponibles sur nos sites internet ; nous pouvons convenir d’un rendez-vous téléphonique et nous vous parlerons avec plaisir et en détail des différentes activités de Saxo Bank.
En attendant, les propos que vous tenez dans votre article sont erronés et portent atteinte à l’image de marque de Saxo Bank. Ils sont susceptibles de poursuites en justice pour diffamation. Je réitère ma demande : veuillez retirer immédiatement votre article
.

Mes « propos », c’est-à-dire ce que j’ai écrit et publié sur mon site en chevallier.biz ne sont pas erronés : il s’agit d’une interprétation correcte des chiffres publiés par Saxo Bank et ils ne sont donc pas « susceptibles de poursuites en justice pour diffamation ».

S’ils « portent atteinte à l’image de marque de Saxo Bank », c’est uniquement parce que ces chiffres révèlent des opérations qui ne sont pas conformes aux règles en la matière, ce qui peut être dangereux pour ses clients comme le montre la faillite de MF Global.

Afin de ne pas donner l’occasion aux dirigeants de Saxo Bank France d’engager éventuellement une action à mon encontre (et n’ayant aucune confiance dans les institutions françaises), je retire mon article sur cet établissement : celui qui était affiché sur le site d’Overblog et qui n’était que la reproduction de celui que j’ai mis en ligne sur mon site en chevallier.biz qui est le seul sur lequel je publie mes articles.

En effet, ce site d’OverBlog est un site reflet de mon site en chevallier.biz car des lecteurs de mon ancien blog veulent continuer à y lire les articles que je publie sur mon site en chevallier.biz et qui en sont la seule référence.

Dans ces conditions, on comprend bien que toute personne qui oserait émettre une idée contraire à la pensée unique qui règne en France, en particulier au sujet des banques, est irrémédiablement amenée d’une façon ou d’une autre à ne pas la publier.

Cette situation est dangereuse : c’est l’omerta. Ainsi s’explique le décalage entre la réalité et les informations publiées par la nomenklatura en €URSS et en particulier en France.
Ça marche un certain temps mais pas tout le temps !

Je fais des analyses financières depuis plusieurs dizaines d’années et je les fais partager à un certain nombre de personnes. C’est la première fois qu’une entreprise me menace, à tort, de poursuites !

Je souhaite bien du plaisir aux courageux aventuriers qui osent confier de l’argent à Saxo Banque France car les gens qui gèrent cet établissement sont manifestement particulièrement agressifs et de mauvaise foi.

16 réflexions sur “Saxo Bank, censure et pensée unique”

  1. L’usage de la poursuite en diffamation fait taire bcp de journalistes dans bcp de domaines.
    Pas de “Free speech” en France. C’est le totalitarisme rampant et de moins en moins masqué…

    Merci pour votre travail.
    Amicalement.
    Yann

  2. Il me semble que tous ces affreux de la pensée unique considèrent que la diffamation concerne tout ce qui consiste à salir leur réputation et cela aussi bien à tort qu’à raison.

    Emettre une simple critique même justifiée deviens alors de la diffamation. Ainsi ils verrouillent le débat. Il me semble bien que la prétendue justice française fonctionne de cette manière.

    Pour une personne honnête, diffamer signifie diffuser de fausses informations à l’égard d’une cible.

    Mais la perception officielle veut que toute information entachant la réputation d’une cible soit considérée comme de la diffamation. On se doit de vivre dans un monde où tout le monde il est beau, il est gentil. Toute critique est malvenue.

  3. C’est le meilleur moyen pour une banque de semer le doute dans l’esprit de simple petit investisseur de menacer de poursuite pour diffamation.

  4. Bonjour,

    Lecteur attentif de votre blog, je me permets, compte-tenu des circonstances, de vous soumettre ces articles publiés sur le site de maître Eolas. Je crois que vous devriez y trouver de quoi vous tranquilliser et surtout, le cas échéant, comment vous défendre si d’aventures vous faisiez l’objet de poursuites pour le motif susnommé (ce que je ne pense pas):
    http://www.maitre-eolas.fr/post/2008/03/25/909-que-faire-quand-on-recoit-un-courrier-d-avocat
    http://www.maitre-eolas.fr/post/2008/03/24/905-blogueurs-et-responsabilite-reloaded
    http://www.maitre-eolas.fr/post/2006/03/20/307-affaire-monputeaux-le-jugement-commente
    De de dernier article, j’extrais ceci: “Le blogueur qui relaie des éléments portant atteinte à l’honneur et à la réputation d’une personne est à l’abri des sanctions s’il peut démontrer qu’il poursuivait, en diffusant les propos incriminés, (1) un but légitime (2) exclusif de toute animosité personnelle, (3) qu’il a conservé dans l’expression une suffisante prudence et (4) qu’il avait en sa possession des éléments lui permettant de s’exprimer comme il l’a fait.”
    et enfin, un cas pratique: http://www.maitre-eolas.fr/post/2005/07/14/159-blogueur-et-responsabilite-cas-pratique

    Bonne journée et au plaisir de vous lire

  5. Votre analyse précédente soulignait le formidable profit que Saxo retitrait du marché des changes, par rapport aux commissions de courtage classiques.
    Le mail du responsable de saxo indique que ce profit provient du spread de vente entre “le prix d’achat et prix de vente de deux devises”.
    Cette disproportion de revenu entre les commissions des changes et des marchés classiques est une information intéressante pour le client.

  6. Romain Soulard. Il n’y a que moi que ca fait rire ? ^^

    Ne vous laissez pas impressionner M. Chevalier et je félicite le lecteur qui vous a transmis les liens vers Eolas.
    Un bon réflexe.

    Laissons Saxo continuer à jouer du pippo !

  7. L’attitude de Saxo Bank est inadmissible car votre travail est fondé sur des données communiquées par cette banque. Au mieux, Saxo Bank peut demander un droit de réponse; demander une supression sous prétexte de diffamation est une tentative d’intimidation.

    L”attitude de Saxo Bank la discrédite. A l’inverse, votre travail, Mr Chevallier mérite toute notre considération.

    Meilleure continuation.
    Argentum Aurum

  8. Ah, ces banques qui n’ont pas de service de communication… Il suffit qu’un journaliste, même pas de la rubrique économique, lise votre billet et ait besoin d’un petit sujet polémique à traiter pour que l’information se diffuse sur le net, et le tort fait à la réputation de cette banque sera cette fois bien réel… Pas très malin, tout ça.

  9. monsieur,

    Etant client de cette banque, votre article m interesse serait il possible de me le faire parvenir
    Merci d avance et bravo pour ces analyses ne decoulant pas d une pensee unique
    Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *