Tesla, 2° trimestre 2020

C’est la folie totale avec cette histoire de coronavirus et c’est aussi la folie totale sur une partie des marchés financiers et en particulier pour ce qui concerne les cours de certaines sociétés…

C’est l’exubérance irrationnelle des marchés comme l’a dit jadis ce bon vieux Greenspan mais c’est maintenant bien plusse pire.

Ainsi en est-il par exemple de Tesla dont le cours a bondi dans cette folie totale surtout en juillet-août !

Document 1 :

La capitalisation boursière de Tesla a atteint plus de… 380 milliards de dollars le 21 août alors que le total des bénéfices des 4 derniers trimestres est de… 368 millions, ce qui fait un ratio P/E supérieur à… 1 000 !

Normalement, la capitalisation boursière d’une entreprise devrait correspondre à 16 fois le montant de ses bénéfices passés, ce qui constitue le ratio P/E qui est le multiple de cette capitalisation boursière (Price) sur les bénéfices (Earnings).

En toute logique, la capitalisation boursière de Tesla devrait donc être normalement de l’ordre de 6 à 7 milliards de dollars au maximum !

Avec une marge nette (enfin positive après des années de pertes) de 1,4 % sur les 4 derniers trimestres Tesla rappelle un peu Enron avant sa faillite

Document 2 :

L’endettement de Tesla est kolossal : 15,5 milliards de dollars de dettes à long terme pour 6,6 milliards de capitaux propres, ce qui fait un gearing de 235 % !

Document 3 :

Le gearing est le rapport entre les dettes à long terme et les capitaux propres, en pourcentage.

Il doit fluctuer dans une bande de 30 à 50 % au maximum.

L’endettement de Tesla est très dangereux. Ses généreux actionnaires ont déjà apporté… 12,7 milliards de dollars pour maintenir en activité leur entreprise !

Document 4 :

Les dirigeants de Tesla ont décidé d’investir massivement dans la construction d’usines a priori très performantes en Chine, en Allemagne et aux États-Unis,

Document 5 :

Il est possible que les projets des dirigeants de Tesla soient rentables dans un avenir actuellement non prévisible mais rien ne justifie présentement le cours actuel de ces actions.

***

Après le début de cette histoire de coronavirus, la publication des résultats des entreprises pour le 2° trimestre permet de recommencer à analyser la réalité des entreprises pour investir à bon escient, ce qui alimente la spéculation gagnante…

Ces éléments ci-dessus sont une partie d’une analyse complète de Tesla en attendant les suivantes.

Je recommencerai à partir du début du mois de septembre la publication de mes analyses pour les sociétés ayant les plus forts potentiels de hausse dans le cadre de mes offres Platinum…

***

Cliquer ici pour accéder aux résultats de Tesla.

© Chevallier.biz

 

9 réflexions sur “Tesla, 2° trimestre 2020”

  1. – Tesla pour le transport
    – Amazon pour la vente
    – Facebook pour l’information
    – Apple pour l’informatique et téléphonie

    L’Amérique dope ses poulains au vue du prochain effondrement !

  2. Monsieur Chevalier

    Je vois que vous n’êtes pas un spécialiste du domaine. Je vais vous donner des arguments qui puissent vous aider à comprendre la valeur de ce cours.

    Ce dont vous ne tenez pas compte dans votre analyse, c’est que Tesla va passer de 400000 à 1200000 voitures en production dans les 3 ans qui suivent. Refaites votre analyse en fonction de cette donnée. On parle de 300% d’augmentation du chiffre d’affaires dans les 3 ans. Ce que vous ne voyez pas c’est que Tesla est le fabricant de voitures qui réduit le prix de ces voitures électriques et les autres ne font qu’augmenter par année. Or la courbe d’expérience devrait amener à payer une Zoé moins chère qu’il y a 3 ans et c’est l’inverse. Ce que vous ne voyez pas c’est que Tesla assemble des châssis en 3 pièces et non 80 pièces en moyennes. Ce que vous ne voyez pas c’est l’avance technologique qu’ils ont. Ce que vous ne voyez pas c’est que la voiture est le troisième sexe de l’homme. Si on vous dit que vous avez une Tesla à la place d’une Zoé, vous êtes mieux coté en société. Ce que vous ne voyez pas c’est que l’endettement diminue rapidement. En ayant une vue axée uniquement sur les chiffres, vous perdez l’essentiel de la valorisation de l’entreprise. Ce que vous ne voyez pas c’est que Tesla gagne de l’argent en vendant ces quotas CO2 aux autres compagnies de voitures. Ce que vous ne voyez pas c’est que cette entreprise est partie sur une bonne base pour construire des voitures électriques tandis que les autres constructeurs pensent voiture du passé sur laquelle on ajoute un moteur électrique ( énorme erreur). Ce que ne voyez pas, c’est le niveau d’automatisation dans les usines. Les Renault et Peugeot, c’est juste bon pour la faillite. Ce que vous ne voyez pas c’est que Tesla vous vend une émotion ( tesla dans l’espace). À la fin, Tesla c’est de la bombe nucléaire sur tout le secteur automobile, camion et engin agricole. C’est cela que les spécialistes du domaine ont compris. J’espère vous avoir éclairé sur cette valeur qui a encore un potentiel de 400% pour les années futures.

    1. Mouais, …. sauf que face aux “constructeurs pensent voiture du passé”, Tesla se fait maintenant dévisser en Allemagne, divisant par deux sa PDM sur l’électrique (Les électriques et les hybrides rechargeables couvrent maintenant 11,4% de ce marché en juillet).
      https://wolfstreet.com/2020/08/10/tesla-gets-crushed-in-germany-by-evs-from-volkswagen-renault-hyundai-group-it-woke-up-the-giants/
      Cela en même temps qu’une version de la Tesla Model 3 va être tronçonnée, pour tenter proposer une version raccourcie moins cher, face aux prix moins chers des “constructeurs pensent voiture du passé” : https://www.autocar.co.uk/car-news/new-cars/tesla-plots-model-3-hatchback-rival-volkswagen-id-3
      Bien sur que l’ancienne méthode des levés de fond à répétition d’entreprise déficitaire, est une sorte de cavalerie ou truc pyramidal, a été remplacé par faire du volume et de la marge, mais c’est pas facile de tenir dans un marché sursaturé de constructeurs à gros volume pouvant descendre les prix.
      Bon, bref, sinon, je suis pas trop au jus concernant les téléphones mobiles novateur, et je voulais savoir, le Blackberry en est où ?

  3. Mr Piece en Or,
    Je ne veux pas contrarier un Pro Tesla et je n’irai pas dans ce sens. Tesla a sans doute un gros avantage en voiture électrique ( en terme de recherche ) et a surtout de l’avance sur ce qui touche au stockage de l’énergie, ce qui sera un des plus gros défi énergétique du siècle à venir et pendant des siècles. Imaginez la société qui saura capter l’énergie de la foudre pour la redistribuer plus tard, l’éolien et les panneaux scolaires peuvent aller se rhabiller!!!
    Mais concernant la capitalisation boursière de tesla , et vu les ratios P/E aussi élevés que nous explique Mr Chevallier, soit Tesla a eu une découverte margeur qui est encore ignoré du grand public, mais pas des initiés.! ou soit que les investisseurs ( qui resterait à nommer), donnent du “no limit” à Tesla, pour arrivé à leur fin en terme de recherche. 380 Milliards pour la recherche et les frais de fonctionnement on peut parler de “no limit”.

    Mr Chevallier,
    La Fed a investit énormément dans des capitalisation d’entreprise Américaine. Auriez vous une idée du montant investit ( ou pourcentage du capital ) pour ces grandes sociétés :
    – Tesla
    – Amazon
    – Apple
    – facebook

    Merci d’avance, si la critique est pertinente.

    Nico

  4. Alors, si ce n’est la Fed qui a investit dans toute ces sociétés, quelles organismes ont pu investir autant d’argent dans ces 4 sociétés en aussi peu de temps ?

  5. @Nico, les cours d’actions telles que TSLA très appréciées des millenials californiens ont été poussés à la hausse au moment des programmes d’aide gouvernementale à la crise du Covid- Ces nouveaux investisseurs qui, attirés par la hausse explosive des cours après le 23 mars ont misé une partie des chèques reçus dans le casino boursier, ils sont connus sous le nom de Robnhood Traders. Plus de détails ici, par exemple : https://www.investopedia.com/robinhood-and-its-merry-traders-steal-the-show-4847193

  6. Il faut bien comprendre que Tesla est une secte. Elon Musk en est le gourou, et les clients actionnaires les adeptes béats… Dès que Monsieur Musk dit quelque chose, l’action prend 10%. Ce n’est plus de la finance, c’est de l’adoration.
    Monsieur Musk est le dieu du transport des temps modernes.
    La rationalité et l’analyse financière ne peuvent rien contre cette forme de crédulité.
    Il y a un moyen de profiter de tels mouvements sans prendre trop de risques. Il suffit de vendre régulièrement des Put credit spread. Bien “calibrée”, il ne serait pas étonnant qu’une telle stratégie doit gagnante 9 fois sur 10.
    Du reste, la même stratégie pourrait fonctionner sur des titres comme Amazon ou Apple…
    A vous de les “backtester” pour évaluer vos probabilités. En gardant en mémoire que le passé ne présage pas (toujours) de l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *