Trop tard !

On allait droit dans le mur. Comme un certain nombre de monétaristes, j’ai écrit qu’on allait l’atteindre bientôt. Il est maintenant trop tard pour éviter le choc.

L’écart entre les rendements du Bund (2,260 %) et ceux des bons à 10 ans du Trésor helvète (0,878 %) vers 12 h 45 a atteint un nouveau record de 138 points de base soit 157,4 %,

Document 1 :

Les rendements des bons italiens ont atteint un nouveau record depuis le début de cette € crise à 7,328 %,

Document 2 :

Ça monte vite, très vite ! Le Titanic sombre.

25 réflexions sur “Trop tard !”

  1. Bonjour, en effet ! Bien lu M.Chevallier.

    Et qu’en est -il de l’Angleterre par rapport à la Suisse, à l’Europe “un peu smart” et à l’Europe “club med” et aux US ? Je n’ai pas vu d’articles récents sur ces points.

    Bien à vous

  2. Attila ne veut pas être en reste :
    Dans une interview à 20 Minutes, l’économiste Jacques Attali estime qu’il y a plus d’une chance sur deux pour que la monnaie unique disparaisse d’ici la fin de l’année.
    Faut-il craindre la perte par la France de son AAA que les marchés semblent avoir déjà anticipée ?

    La question n’est plus celle-là. Aujourd’hui, la note est perdue. La question désormais est la suivante : «Est-ce que l’euro existera toujours à Noël ?» Il y a plus d’une chance sur deux pour que la monnaie unique ne soit plus là ou du moins qu’elle soit en train de se défaire.

    http://fr.finance.yahoo.com/news/Jacques-Attali-On-va-d%C3%A9sastre-yahoofinancefr-684135060.html?x=0

      1. Je suis d’accord avec vous

        on peut sortir de l’euro mais en France il nous faut des politiques ou autres compétents mais trés trés compétents sans cette esprit de cochons du club med.

  3. La métaphore du titanic que vous utilisez, correspond tout à fait à se qu’il se passe sur les taux d’intérets. La voie d’eau a eu lieu à dans la soute à l’arrière du bateau (Grèce, Portugal Espagne) ce qui a eu pour effet de faire sombrer cette partie (qui dans notre se matérialise par une hausse des taux d”intérêts). Par un mouvement bien connu lors d’un naufragela proue ou se trouvait les moins mauvais élèves (Allemagne pays bas…) s’est dans un premier temps redressée fortement (chute des taux pour ces pays). Mais maintenant le bateau est en train de finir de couler et plus personne ne sera au sec (les taux allemands remontent).
    Reste a savoir qui joue Leonardo Dicaprio et kate Winslett!!!!
    nb : Kate Winslet arrive à se sortir du naufrage en embarquant dans un canot. Est que cela sera encore la cas cette fois ci? ^^

  4. Vendredi 25 novembre 2011 :

    Londres se prépare à la fin de la zone euro, mais les “plans” sont flous.

    Les autorités britanniques évoquent désormais ouvertement des “plans” pour faire face à un démantèlement de la zone euro, demandant en particulier aux banques de s’organiser en conséquence, mais les mesures envisagées restent à ce stade particulièrement floues.

    Un responsable de l’Autorité des services financiers (FSA), le superviseur des marchés britanniques, a relancé les spéculations en affirmant jeudi que les banques du pays avaient été priées de se tenir prêtes à affronter tous les scénarios, y compris les “pires”.

    “Nous ne pouvons pas ignorer l’éventualité d’une sortie désordonnée de certains pays de la zone euro”, a expliqué Andrew Bailey lors d’une conférence à Londres.

    Le ministre des Finances George Osborne avait été le premier à dire, début novembre, que Londres “préparait des plans” en cas d’éclatement de la monnaie unique.

    “Ici, hors de l’euro, il faut nous préparer à toutes les éventualités et c’est exactement ce que nous faisons”, avait renchéri un peu plus tard devant des hommes d’affaires le Premier ministre David Cameron, sans donner lui non plus le moindre détail.

    Une crise totale conduisant à la mort de la monnaie européenne est envisagée avec une certaine délectation par une presse largement eurosceptique. Elle est en revanche redoutée par les milieux économiques qui craignent un impact dévastateur sur le Royaume-Uni, qui réalise plus de 40% de ses échanges commerciaux avec ses voisins.

    Du côté du secteur financier, les banques ont déjà largement réduit leur exposition aux pays périphériques de la zone euro, Grèce et Portugal en tête, comme l’ont montré leurs récents résultats trimestriels.

    Mais le degré d’inquiétude est monté de plusieurs crans lorsque l’Italie s’est retrouvée à son tour dans la ligne de mire des marchés : selon les estimations de la presse, les quatre principales banques britanniques détiennent encore pour quelque 40 milliards de livres (46 milliards d’euros) de dette italienne. L’onde de choc d’une faillite de l’Etat italien atteindrait donc rapidement le Royaume-Uni.

    Hormis la vente de ces actifs devenus risqués, les banques devraient être incitées à se constituer un matelas de capitaux supplémentaires en revoyant à la baisse bonus et dividendes.

    Au-delà de ces mesures relativement classiques et attendues, le “plan de protection” britannique reste mystérieux.

    http://www.romandie.com/news/n/CRISELondres_se_prepare_a_la_fin_de_la_zone_euro_mais_les_plans_sont_flous251120111511.asp

  5. Vendredi 25 novembre 2011 :

    Le Trésor italien au bord de la rupture.

    L’effet « Mario Monti » a fait long feu et l’Italie est de nouveau sous très forte pression pour financer sa dette. Au lendemain du sommet ayant réuni jeudi à Strasbourg le président français Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande Angela Merkel et le nouveau président du Conseil italien, le Trésor transalpin a dû concéder ce vendredi un taux record de 7,81 % pour placer 8 milliards d’euros de dette à deux ans, soit plus de 3 points de pourcentage de plus que lors de l’émission réalisée le 26 octobre.

    Rome a également payé un taux record de 6,5 % pour émettre 2 milliards d’euros d’obligations à 6 mois.

    Les marchés ont sans surprise très mal réagi au résultat de ces deux adjudications. En début d’après-midi, le taux référence à 10 ans grimpait de 21 points de base, à 7,32 %.

    La différence de taux avec l’Allemagne, appelée prime de risque ou « spread », est repassée au-dessus des 500 points de base dans le sillage de l’opération pour la première fois depuis le 16 novembre. Signe de l’inquiétude des marchés, la Bourse de Milan a creusé ses pertes après cette émission et cédait 1,84 %. Sur le marché des changes, l’euro est tombé jusqu’à 1,3225 dollar, son plus bas niveau depuis début octobre.

    Outre le fait que ces taux d’emprunt sont jugés insoutenables sur la durée pour la péninsule, dont l’encours de dette atteint 1.900 milliards d’euros, soit environ 120% de son PIB, l’Italie n’a attiré qu’une demande relativement modeste des investisseurs malgré ces rémunérations très attractives. Les intervenants n’ont proposé que 11,7 milliards d’euros sur l’opération à deux ans et 3,2 milliards sur la souche à 6 mois, soit des ratios de couverture respectifs de 1,47 et 1,59.

    Pour l’heure, cela a suffi pour que le Trésor italien emprunte le maximum de 10 milliards d’euros qu’il escomptait ce vendredi, mais les marchés craignent qu’une crise de liquidité empêche à terme Rome de refinancer sa dette, même à des coûts astronomiques. Un phénomène de très mauvais augure alors que se profile lundi et mardi des adjudications à long terme.

    Dans ce contexte de tensions extrêmes, la chancelière allemande a réaffirmé jeudi son opposition aux euro-obligations, jugées par bon nombre de spécialistes comme l’une des clefs de sortie de crise. Autre piste souvent mise en avant, la monétisation des dettes par la BCE, via une création monétaire illimitée, est également au point mort. L’Allemagne et la BCE y sont en effet farouchement opposées, même si l’institution de Francfort a déjà acheté pour plus de 190 milliards d’euros d’obligations périphériques depuis le début de la crise.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20111125trib000666768/le-tresor-italien-au-bord-de-la-rupture.html

  6. Trop tard ?

    Angela Merkel va finir par céder. D’ici 1 à 2 mois ils vont nous annoncer la création d’une agence européenne du trésor doublée d’un super contrôleur des finances ayant autorité pour approuver les budgets votés au sein de l’eurozone, avec comme corolaire la création d’eurobonds.

    Mais pourquoi avoir attendu 10 ans pour mettre tout cela en place et d’avoir ainsi privé les eurotechnocrates du privilège de pouvoir couper dans les budgets “des mauvais élèves”.

    Tout serait beaucoup plus simple aujourd’hui.

    1. Cher Dozier, est-ce de l’humour de votre part ?… question de détendre un peu l’atmosphère ?!…

      Si toutefois ce n’était pas le cas de votre part, sachez que les mentalités teutonnes et saxonnes n’ont rien à voir, mais vraiment rien à voir, avec les mentalités latines.
      Mme Merkel ne calera pas, car les Traités ont bien stipulé qu’il ne fallait pas dépasser 3% du Pib en matière de dettes.
      Elle rend des comptes devant son Parlement. Les députés allemands ( entr’autres, car celà fonctionne comme celà dans la plupart des pays du Nord de l’Europe ) n’ont rien en commun avec les députés des régions latines. Je suis très sérieuses en disant celà, parce qu’un député est le représentant élu par le Peuple pour le représenter et donc parler en Son Nom !. Dans les Pays du Nord, c’est très concret.
      J’ajoute que Mme Merkel dispose d’un budget de fonctionnement alloué en sa qualité de Chancelière voté par la “Chambre”. Si elle dépasse ce budget, elle doit rendre des comptes. Et si la Chambre estime que ce dépassement injustifié, elle rembourse les contribuables sur ses deniers privés ! ( idem en UK ).

      Un Peuple peut donner beaucoup, beaucoup de courage et d’abnégation dans une difficulté qui est fondée, si on ne lui ment pas !, qu’on l’écoute !, que l’on répond franchement à ses questions, et que l’on tient compte de sa décision.
      Je nous renvoie chacun chercher et étudier , si celà intéresse, pour apprendre et pour comprendre l’Histoire de l’Europe depuis ces 200 dernière années en tout domaine.

      En Pays latin, le Peuple n’est pas si crétin que çà dans sa généralité !, mais il lui manque des pièces maitresse pour comprendre à savoir la véritable connaissance !. Pièces maitresses qu’on lui cache délibérément pour mieux le contrôler et le manipuler. Et le Bon Peuple, crédule, fait confiance, voyant son élu comme le reflet de sa pensée !.
      Le problème est que dans certaines zones géographiques,”on” l’ignore une fois le “on, menteur et profiteur” est élu dit démocratiquement.
      Dans sa grande généralité, le Peuple est pacifique pour peu qu’on le respecte, et que l’on n’essaie pas de lui spolier Son Ame et la terre qu’il cultive pour se nourrir ( je réponds à H par là même ! ).

      Quand le Peuple a donné sa confiance à ce qui lui semblait être plus intelligeant que lui et promettant Monts et Merveilles, et qu’il se retrouve au pied du mur, spolié, sans perspective d’avenir………

      Oui !, il y a de quoi être très soucieux quant à ce qui se dessine.
      Je me pose la question suivante : mais à Qui (s) profite ce crime € ?….

      Demain, c’est lundi 28. D’après le calendrier de France Trésor, si je me souviens bien, l’Etat français va faire logiquement son marché, en méprisant totalement les conconsbres, comme d’habitude !.

      Merci Mr Chevallier de partager vos Savoirs avec les Peuples du Monde Entier et réciproquement.
      Merci d’avoir pris soin de mettre toutes vos études en référence chrono ( à gauche de l’écran !), pour nous permettre de suivre vos analyse monétaristes et économiques, au fil des jours, et les projections mathématiques qui ont pour inconnue les girouettes que sont nos élus !
      Pour ma part, je n’ai pas pu encore pu étudier toute la chronologie dans son ensemble, mais bon nombre de questions que je me posais ces derniers temps y ont trouvé réponse.
      Et avec le recul = VERACITE DANS LES FAITS !, à savoir que ce que vous anticipiez dès fin mai 2011 est en train de se produire.
      Le Mécanisme monétaire (donc les échanges des biens entre tous les Humains de notre Petite Boule ronde merveilleuse dans l’Espace ) est passionnant !.

      Bien à Vous Tous, Courage !.

      Une chose est certaine :

      1. BAF : vous avez raison, je suis trés trés inquiét de la France coté politique. Comme dit Mr. Chevalier ces cochons du club med. Auncun parti m’attire avec bonne mémoire du passé il y a eu toujours mensonge de gauche à droite du bla bla pour le pouvoir et le cumul de mandats.

        A vrai dire j’ai plus un esprit suiise, allemand que latin.

        Je remercie Mr. Chevallier pour son site exceptionnel et de son travail.

  7. Lundi 28 novembre 2011 :

    Alors que des pays comme l’Italie ou la Hongrie ont de plus en plus de mal à se financer à des taux viables sur les marchés, Moody’s écrit que l’élan politique pour mettre en oeuvre une solution efficace à la crise pourrait n’être trouvé qu’après une série de chocs, ce qui pourrait mener davantage de pays à se voir privés d’accès aux marchés du financement pour une période prolongée.

    L’agence Moody’s fait là référence aux pays comme l’Irlande, la Grèce, le Portugal ou encore la Hongrie, qui ont dû bénéficier d’un ou plusieurs plans de sauvetage financier de la part de l’Union européenne ou du Fonds monétaire international.

    Selon elle, d’autres pays pourraient avoir besoin de faire appel à ce genre de solution si l’UE ne parvient pas à trouver rapidement une réponse adéquate à la crise, et ces pays verraient alors très probablement leur note abaissée à celle d’un investissement spéculatif.

    Au vu des événements des dernières semaines, Moody’s indique devoir considérer la probabilité d’un scénario encore plus négatif.

    Selon elle, la probabilité de défaillances multiples d’Etats de la zone euro n’est plus négligeable et ne cesse d’augmenter en l’absence de solution à la crise.

    Si cette probabilité devait se matérialiser, cela augmenterait la probabilité qu’un ou plusieurs pays quittent la zone euro, ajoute l’agence, pour qui ce scénario d’une fragmentation de l’euro aurait des répercussions négatives pour tous les pays de la zone euro et de l’UE.

    http://www.romandie.com/news/n/_Dette_les_notes_de_tous_les_pays_de_l_UE_sont_menacees_281120110611.asp

  8. Le marché des devises se prépare à un éclatement de l’euro.

    CLS Bank International, whose platform enables banks to settle their currency trades, is running “stress tests” to prepare for a dissolution of the euro, people familiar with the matter said.

  9. LA BNP veut faire croire qu’elle vend ses participations en zone dollar (700 millions) “pour tirer profit de la demande pour ce type d’actif” mwahahaha !

    ******

    Selon le Financial Times, BNP Paribas envisage de vendre un portefeuille de capital-investissement valorisé à environ 525 millions d’euros.
    BNP Paribas envisage de vendre un portefeuille de capital-investissement valorisé plus de 700 millions de dollars (525 millions d’euros environ), rapporte lundi le Financial Times .

    Citant des sources proches du dossier, le quotidien explique que la banque réfléchit à la cession de plus de 50 participations pour tirer profit de la demande soutenue pour ce type d’actifs, explique le quotidien.

    Il ajoute que BNP Paribas n’a pas encore pris de décision formelle sur ce dossier et que cette cession fait partie des nombreuses options envisagées par le groupe bancaire.

    BNP Paribas et WestLB n’étaient pas joignables dans l’immédiat pour commenter ces informations.

  10. Questionnée sur son programme économique prévoyant le retour du franc et sa parité avec l’euro, la présidente du parti d’extrême droite a affirmé qu’il n’y aurait “pas de perte de pouvoir d’achat liée à la parité”.

    Elle a donné plusieurs exemples comme la baguette qui serait à un franc quand elle est à un euro, ou un loyer, actuel de 500 euros, qui serait alors de 500 francs, estimant ainsi que les économies des Français ne seraient pas dépréciées.

    *******

    hmmmm pas sûr que Marine soit très franche sur ce coup là…. intègre-t-elle la dévaluation de ce nouveau Franc par rapport à l’euro actuel ?

    Ce nouveau franc pourrait avoir pour parité un euro compris entre 0,80-1,10… donc avec un impact inflationniste sur les énergies fossiles et les MP.

    Mais en contrepartie, reprise de l’export et de l’économie touristique (notre 1er revenu)… Elle devrait le dire.

  11. “L’Union européenne essaye de retarder l’inévitable
    Samedi, Le Temps publiait une remarquable interview de Hans-Werner Sinn, président du prestigieux institut de recherche économique allemand Ifo. Je partage son point de vue sur l’essentiel, pour l’instant l’union européenne ne fait qu’essayer de retarder l’inévitable … ”

    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/4dcb8016-1792-11e1-8892-7700a40c2118/LUnion_europ%C3%A9enne_ne_fait_que_retarder_lin%C3%A9vitable._Elle_nest_pas_courageuse

    http://www.kelblog.com/article-l-union-europeenne-essaye-de-retarder-l-inevitable-90264934-comments.html

  12. Lundi 28 novembre 2011 :

    Le Trésor italien a émis lundi 567 millions d’euros d’obligations indexées sur l’inflation à échéance 2023 dont les taux d’intérêt ont bondi à plus de 7,3 %, a annoncé la Banque d’Italie.

    Le montant levé s’inscrit dans le bas de la fourchette de l’objectif du Trésor qui comptait émettre entre 500 et 750 millions d’euros.

    La demande est restée soutenue, s’élevant à environ 1,225 milliard d’euros, mais le Trésor peut décider, selon ses besoins, de ne pas émettre le montant maximum, notamment si le taux est trop élevé.

    Signe de la méfiance des investisseurs, les taux de ces titres ont en effet bondi à 7,3 %, contre 4,6 % lors de la dernière opération similaire dont la Banque d’Italie ne précise pas la date.

    Ce taux record n’est toutefois pas une surprise car il se situe au niveau où évoluent actuellement les taux à long terme de l’Italie qui sont jugés insoutenables, sur la durée, pour le pays, qui croule sous une dette colossale d’environ 1.900 milliards d’euros, soit environ 120 % du PIB.

    Les titres émis lundi étant d’un type particulier en raison de leur indexation sur l’inflation, le nouveau véritable test sur les marchés pour l’Italie interviendra mardi, jour où le Trésor compte émettre entre 5 et 8 milliards d’euros d’obligations à moyen et long terme.

    Vendredi, les taux d’emprunt de l’Italie s’étaient envolés à des niveaux record lors de l’émission de 10 milliards d’euros de titres à six mois et deux ans.

    Les taux à six mois avaient bondi à 6,504 %, contre 3,535 % lors de la dernière opération similaire le 26 octobre 2011, et les taux à deux ans avaient bondi à 7,814 %, contre 4,628 % lors de la précédente émission.

    Alors que l’Italie est au bord de l’asphyxie financière, le Fonds monétaire international a démenti lundi discuter avec Rome d’un plan de secours, après des informations du quotidien La Stampa indiquant que le FMI pourrait débloquer entre 400 et 600 milliards d’euros afin de permettre à l’Italie de disposer de 12 à 18 mois pour adopter des mesures budgétaires et des réformes économiques.

    (Dépêche AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *