Banques régionales allemandes

Les notes de 10 banques régionales allemandes (Landesbanken) viennent d’être abaissées par Moody’s.

Elles ont un mauvais leverage (multiple d’endettement, mon µ), totalement hors normes.

Il manque 24 milliards d’euros à LBBW (Landesbank Baden-Württemberg, LBBW) pour respecter cette règle prudentielle d’endettement

Document 1

LBBV20092010
Liabilities401,181364,464
Equity10,5139,949
leverage (µ)38,236,6
Tier 1 (%)2,62,7

15 milliards pour Bayern LB

Document 2 :

Bayern LB20102011 Q22011 Q3
Liabilities303,015283,861299,389
Equity13,33913,53813,661
leverage (µ)22,721,021,9
Tier 1 (%)4,44,84,6

…et 2,25 milliards pour Deutsche Hypo,

Document 3 :

D Hypo20102011 Q2
Liabilities35,26133,335
Equity0,7370,748
leverage (µ)47,844,6
Tier 1 (%)2,12,2

Etc.
En fait, l’Allemagne est vulnérable à cause de ses banques (cf. aussi Deutsche Bank et KommerzBank), ce qui fragilise davantage l’€URSS qui passera très difficilement les turbulences à venir…

6 réflexions sur “Banques régionales allemandes”

  1. Jeudi 17 novembre 2011 :

    L’Espagne s’endette à 7 %, du jamais vu depuis 1997.

    L’Espagne, où se tiennent des élections législatives ce dimanche, a dû concéder un taux d’intérêt proche de 7 % pour placer ses obligations à 10 ans, dans un contexte de contagion généralisée de la zone euro.

    « C’est une tragédie nationale. Plus personne ne nous prête », a réagi sur Twitter le directeur du quotidien « El Mundo », Pedro José Ramírez, dans les minutes qui ont suivi la clôture de l’adjudication espagnole.

    Le Trésor a dû payer, jeudi 17 novembre, un taux d’intérêt moyen de 6,975 % pour émettre 3,563 milliards d’euros d’obligations à 10 ans, soit le taux le plus élevé depuis la création de l’euro. L’Espagne n’a pas placé le maximum prévu (4 milliards d’euros), certainement dans le souci de ne pas vouloir dépasser la barre psychologique des 7 %. C’est à partir de ce seuil que la Grèce, l’Irlande et le Portugal ont accédé à une aide financière internationale.

    « Le Trésor a payé 6,975 %, c’est une atrocité, le taux le plus élevé depuis 1997 ! », s’exclame Daniel Pingarrón, stratégiste chez IG Markets. Les derniers titres émis avec une maturité similaire l’ont été à un taux maximum de 5,453 %, le 20 octobre dernier.

    Juste avant l’opération, la prime de risque de l’Espagne, c’est-à-dire l’écart de taux entre les titres espagnols et allemands à 10 ans, grimpait inexorablement jusqu’à frôler les 500 points de base. Un seuil qu’elle a dépassé dans la foulée de l’émission, malgré les achats de la Banque centrale européenne (BCE) sur le marché secondaire.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201749339423-l-espagne-s-endette-a-7-du-jamais-vu-depuis-1997-250523.php

  2. on retrouve la ligne de 505 millions à une semaine de votre dernière actulisation

    mais c’est la ligne des facilités à 84 jours qui augmentent

    la BCE a donc prêté aux banques 395 millions de dollars de plus à 84 jours

    1. Comme je l’ai écrit depuis qq temps, c’est la BCE qui est maintenant en manque de $ : elle est obligée de prêter des $ à des bk de la zone € mais elle n’en a plus ! Elle est donc obligée de les emprunter à la Fed ! ça ne peut pas durer éternellement… ce n’est que le début de la fin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *