BNS, BCE : le match des nuls !

Les patrons de la BNS sont aussi nuls que les Marioles de la BCE !
Ils ont voulu soutenir l’insoutenable, à savoir arrimer le franc suisse à l’euro dans un ersatz de système de Bretton-Woods, ce qui a donné des résultats positifs pendant un certain temps mais pas tout le temps : ils ont abandonné cette politique aujourd’hui 15 janvier, en prenant tout le monde par surprise (ce qui est finalement le mieux dans le plus pur style des dévaluations et des dévaluations dans le cadre d’un système de changes fixes) ce qui a d’un seul coup des conséquences catastrophiques.

L’une de ces conséquences est que sur les 476 milliards de francs de devises qui sont inscrits à l’actif dans son dernier bilan publié (fin novembre)…

Document 1 :

une dévaluation de 15 % des principales devises détenues par rapport au franc suisse fait tomber le montant des capitaux propres de la BNS à pratiquement zéro (1,6 milliard !),

Document 2 :

Lorsque Thomas Jordan n’était que le numéro 2 de la BNS, j’avais déjà relevé son incompétence dangereuse quand il a déclaré qu’il était normal qu’une banque centrale puisse avoir des capitaux propres négatifs ! J’avais malheureusement raison bien avant tout le monde !

Les petits Suisses vivent avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête ai-je écrit récemment. Elle a commencé à donner un sérieux coup, et ce n’est pas fini.

L’incompétence des patrons des banques centrales de l’Europe continentale n’a aucune limite !
Ils sont capables, à eux seuls, de faire sombrer tout le monde
.

Cliquer ici pour lire mon dernier article sur la BNS…
… et cliquer ici pour lire le précédent.

7 réflexions sur “BNS, BCE : le match des nuls !”

  1. Que pensez vous de Trichet qui a ouvert les vannes de la déréglementation de la durée du credit immo en France , favorisant la spéculation et endettant les populations a des prix délirants qu’ils ne pourront plus rembourser?

  2. Bonsoir,

    “…La réalité du bilan de la BNS du 21ème siècle est qu’il ressemble plus à celui d’un hedge fund géant qui met l’indépendance et l’avenir immédiat de l’établissement en danger. De plus, cette banque privée qui devrait être soumise selon la Constitution à la Confédération n’est dans les faits auditée que par une entreprise américaine privée qu’elle finance elle-même.
    Ce qui dérange le plus est que l’on a le sentiment que la BNS est le lieutenant de la banque centrale européenne. C’est par des observations purement objectives publiées sur le site de la BNS que nous sommes interpelés…”
    (http://leblogalupus.com/2015/01/15/le-franc-suisse-retrouve-une-liberte-plombee-par-une-gestion-suicidairele-plafond-suisse-secroule-krach-boursier-en-suisse-apres-une-decision-monetaire-historique/)

    Bonne soirée

  3. olala les p’tits suisses ne vont pas se faire que des amis…

    Franc suisse: les maisons de courtage submergées par l’avalanche suisse
    (ajoute FXCM suspendue à Wall Street)

    Londres (awp/afp) – Les maisons de courtage subissent de plein fouet la volatilité exceptionnelle sur le marché des changes après la décision coup de tonnerre de la Banque nationale de suisse (BNS) et plusieurs d’entre elles sont déjà en cessation de paiement.

    La décision de la BNS d’abandonner jeudi le taux plancher de conversion du franc suisse a provoqué un véritable séisme chez les financiers, particulièrement dans les unités chargées des changes, un énorme marché de 5.300 milliards de dollars par jour dont 40% transitent par la City de Londres.

    En quelque minutes jeudi, l’euro s’est effondré, passant de quelque 1,20 franc suisse, le taux plancher auquel le maintenait artificiellement la BNS depuis trois ans, à 0,8517 franc suisse, avant de remonter quelque peu, autour de la parité.

    Stupeur, jurons, rires jaunes, les cambistes se sont secoués la tête toute la journée pour se convaincre qu’ils ne rêvaient pas. Mais vendredi, la réalité s’impose: plusieurs maisons de courtage ont un genou à terre.

    Évoquant “une volatilité exceptionnelle et un assèchement des liquidités”, Alpari UK s’est déclarée en cessation de paiement. Elle a expliqué que la majorité de ses clients avaient “subi des pertes qui ont dépassé leurs capitaux propres”. “Lorsqu’un client ne peut couvrir ses pertes, il nous les transmet. Cela a forcé Alpari UK à (se placer) en cessation de paiement”, a expliqué cette maison basée dans la City de Londres.

    Fondée en 2004, Alpari UK affirme disposer de 240.000 clients qui peuvent accéder via ses plateformes au marché des changes et à divers produits financiers dérivés. Il s’agit d’une firme connue en Grande-Bretagne car elle sponsorise une équipe du championnat d’Angleterre de football, West Ham United.

    CLEF SOUS LA PORTE

    “La crise s’aggrave, il y des rumeurs comme quoi des fournisseurs de produits dérivés du marché des changes jettent l’éponge. Alpari UK est la dernière victime de la débâcle inattendue autour du franc suisse”, a expliqué Steve Woodcock, chef des opérations chez TradeNext.

    “Il pourrait s’agir du début d’un effet domino et d’autres acteurs pourraient sortir du bois”, a-t-il prévenu.

    Au coeur de la finance londonienne, des établissements cherchaient à rassurer pour échapper à la méfiance.

    “Nous avons appris que des maisons de courtage de détail ont annoncé connaître des difficultés financières. A ce sujet et après avoir reçu des questions de nos clients, nous souhaitons confirmer au marché que City Index n’a subi aucun dommage du fait de la volatilité d’hier”, a tenu à souligner cette maison de la City dans un communiqué.

    Tout le monde n’en dit pas autant toutefois et le néo-zélandais Global Brokers NZ va mettre la clef sous la porte. “Toutes les positions (sur le marché des changes) doivent être fermées à 17H00 heure de New York ou elles seront fermées automatiquement”, a prévenu le directeur de la maison. Basée à Auckland, elle ne dispose plus des capitaux suffisants pour répondre aux exigences des autorités néo-zélandaises.

    Le courtier américain FXCM, spécialisé dans les opérations de changes, a annoncé pour sa part qu’il risquait de ne plus être en mesure de respecter certains ratios réglementaires.

    La sanction a été immédiate et son action a été suspendue à l’ouverture de Wall Street “dans l’attente d’informations” sur sa situation financière. L’action avait perdu jusqu’à 90% dans les échanges électroniques de préséance à la Bourse de New York après avoir déjà reculé de 15% la veille.

    Toujours aux Etats-Unis, Interactive Brokers perdait 6,65% à 26,39 dollars vers 15h40 GMT après avoir prévenu que certains clients avaient enregistré des pertes telles qu’ils devaient désormais un total de 120 million de dollars.

    Le groupe IG, basé à Londres, a fait savoir quant à lui qu’il pourrait avoir perdu jusqu’à 30 millions de livres (39 millions d’euros) dans l’opération, à cause de l’incapacité d’une partie de ses clients à faire face à leurs dus et en Suisse, la banque en ligne Swissquote a constitué une provision de 25 millions de francs suisses pour faire face aux pertes de ses clients engagés sur le marché des changes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *