€clatement, USA et monétarisme

L’évolution des marchés confirme, complète et précise même mes analyses…

En effet, les rendements des bons de Trésors de référence comme ceux du Bund et du Schatz continuent à plonger, le Schatz ayant battu aujourd’hui 8 février son plus bas historique à – 0,514 % alors que le Bund a été miraculeusement mais temporairement sauvé par les Américains depuis le 28 avril 2015,

Document 1 :

Effectivement, les Américains, c’est-à-dire ceux qui dominent les marchés, à savoir les membres du FOMC, des dirigeants et investisseurs influents, ont étonnamment sauvé le Bund lors de leur réunion le 28 avril 2015, cf. ce que j’en ai écrit à maintes reprises.

En fait, ils considéraient qu’il était encore trop tôt pour que l’€-crise s’accentue : ils voulaient attendre que l’économie américaine reprenne plus nettement, ce qu’ils ont acté lors de la dernière réunion du FOMC du 16 décembre.
Depuis cette date, les rendements du Bund ont commencé à baisser et à tomber finalement sous la barre critique des 0,50 % sur une tendance très forte surtout depuis la mi-janvier,

Document 2 :

La baisse des rendements du Bund et d’autres bons de référence qui lui sont liés, s’inscrit dans cette tendance lourde et forte qui a commencé en juillet 2007, cf. mes analyses concordantes depuis cette date,

Document 3 :

L’agonie de l’euro est désespérément longue…

Les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans ont rechuté en concordance avec l’accentuation de cette €-crise,

Document 4 :

Les écarts entre les rendements des bons à 10 ans et à 2 ans baissent, annonçant clairement l’accentuation de cette €-crise et une croissance contenue (sans inflation) aux Etats-Unis,

Document 5 :

Les cochons de pays du Club Med comme l’Espagne et l’Italie sont de nouveau dans une situation critique,

Document 6 :

Les Américains ont donc prolongé la survie de l’€-système pour attendre d’être en meilleure forme.
Maintenant, il peut tanguer et même sombrer car l’Amérique pourra supporter le choc
.

Comme toujours en période d’€-crise, les banques européennes qui ne respectent pas les règles prudentielles d’endettement sont les plus vulnérables et les plus inquiétantes.

Le pire n’est pas certain, mais possible.
Tout est simple.

26 réflexions sur “€clatement, USA et monétarisme”

  1. Bonsoir monsieur CHEVALLIER,
    N’avez-vous pas le sentiment qu’il y a une contradiction entre le fait de soutenir que l’économie va bien aux USA et, dans le même temps, trouver normal que le marché boursier US se casse la figure ?
    Au contraire, après la chute du marché chinois et la déroute de la zone €, on pourrait s’attendre à se que l’argent afflue sur les marchés US.
    Mais je suppose que, si vous répondez ;-), vous direz que je raisonne comme une grosse caisse haha
    Bien à vous et merci encore de nous faire profiter gracieusement de vos travaux et vos analyses.

    1. Même si j’étais stipendié pour faire de la propagande par les USA, je n’oserais pas balancer ce que Monsieur raconte, tout le monde, même les plus optimistes sur les USA admettent qu’on approche de la fin du cycle …

      J’aurais bien aimé voir ses papiers en 2008 nous prétendre que les USA surperforment …

      1. Les indices boursiers représentent-ils réellement la richesse des nations?
        Y’a-t-il incompatibilité entre bear market (fin de cycle), et simultanément domination des US sur l’échiquier économique.

      2. Autant pour moi.

        Même si les USA restent leaders, le $ baisse, l’industrie américaine a du mal avec un dollar trop fort …

        Peuvent-ils encaisser une remontée des taux ?

        J’en doute, mais comme vous le dites, les USA ont une capacité d’innovation de d’adaptation hors du commun.

  2. Il n’y a pas que la bulle boursière dans la vie.

    Il n’y a pas que la bulle bancaire.

    Il n’y a pas que la bulle chinoise.

    Il n’y a pas que la bulle immobilière.

    Il n’y a pas que la bulle de l’extraction pétrolière.

    Il n’y a pas que la bulle de l’art contemporain.

    Il n’y a pas que la bulle du secteur de l’acier.

    Il y a aussi la bulle obligataire.

    Lundi 8 février 2016, la France a lancé trois emprunts sur les marchés internationaux. Résultat :

    Quand la France lance un emprunt à 3 mois, le taux d’intérêt est de – 0,359 %.

    Autrement dit : les investisseurs perdent de l’argent en prêtant de l’argent à la France ! C’est la France qui gagne de l’argent quand elle emprunte !

    Quand la France lance un emprunt à 6 mois, le taux d’intérêt est de – 0,376 %.

    Quand la France lance un emprunt à 1 an, le taux d’intérêt est de – 0,426 %.

    La France s’endette depuis fin août 2014 à des taux négatifs sur des échéances de court terme, ce qui signifie que les investisseurs, qui cherchent à tout prix des placements sûrs, perdent de l’argent en prêtant à la France, pour qui emprunter sur ces échéances devient rémunérateur.

    http://www.romandie.com/news/Bonds-la-France-a-emprunte-6781-mrd-EUR-a-court-terme-lundi/674517.rom

    Mardi 9 février 2016 :

    Japon : taux négatif des obligations d’Etat à 10 ans, du jamais vu.

    http://www.romandie.com/news/Japon-taux-negatif-des-obligations-dEtat-a-10-ans-du-jamais-vu/674639.rom

  3. Ils pensent tous que l’argent ne vaut rien,alors inutile d’en produire,mieux vaut produire du bonheur,du travail,mais avant il faut écrouler le systeme qui vacille.
    Une fois écroulé on pourra recommencer à produire des benefices.
    Mieux vaut perdre un peu avec un état que 50% à la bourse en un mois.

    1. Dans une bulle géante comme actuellement, tous les actifs sont suspects car ils peuvent subir des pertes de valeurs massifs en des période de temps très court. Et ces pertes sont sans commune mesure avec celles résultant de taux négatifs actuels. Le fait que les taux d’intérêts à court terme soit négatifs mais trouvent preneur montre que personne ne veut se retrouver avec ces actifs en patate chaude dans son porte-feuille quand ils vont s’écrouler. Tout le monde sait que cela va s’écrouler à un moment où un autre donc se couvre comme il peut et liquide ses positions en permanence. C’est aussi pour cela que la bourse, inondé de liquidité, fait des mouvement aussi importants, des sortes de mini-bulles suivis de mini-krach, signe de l’attentisme du désastre mais qu’il faut bien continuer à faire des bénéfices en attendant.

  4. Bonjour,quel est votre analyse actuelle sur DEUTCH BANK ca à l’air de sentir mauvais , futur LEHMANN
    et si oui quelles implication sur le systéme bancaire francais
    merci

  5. Demain nous serons le 11 du 11 , la deutsche pourrait annoncer sa faillite et nous verrions les tours jumelles s’écrouler une fois encore , cette fois avec beaucoup plus de dégâts.

  6. Errare humanum est, sed perseverare diabolicum !

    Oui bien sûr, il est évident que l’économie américaine est en bonne santé.
    Les classes moyennes américaines et les abonnés aux “food stamps” vous remercient.

    1. En meilleur santé que la notre en tout cas. Un peu plus de 2% de croissance, cela semble faramineux vu de France, mais en réalité, ce n’est pas non plus l’eldorado avec de l’argent coulant à flot à tout les coins de rue. A ce rythme là, il faut du temps pour revenir sur les effets profonds de la crise précédente.

  7. Il n’y a pas qu’en Grèce que les banques sont en faillite.

    Il n’y a pas qu’en Italie que les banques sont en faillite.

    Il n’y a pas qu’en Espagne que les banques sont en faillite.

    Il n’y a pas qu’au Portugal que les banques sont en faillite.

    Il n’y a pas qu’à Chypre que les banques sont en faillite.

    Il n’y a pas qu’en France que les banques sont en faillite.

    Il n’y a pas qu’en Allemagne que les banques sont en faillite.

    En Inde aussi.

    Vendredi 12 février 2016 :

    Inde : “chirurgie profonde” des créances des banques (gouverneur RBI).

    Le gouverneur de la banque centrale indienne (RBI), Raghuram Rajan, a estimé que les banques et autres prêteurs en Inde pourraient avoir besoin d’une “chirurgie profonde” pour venir à bout des prêts douteux et nettoyer leur bilan.

    M. Rajan, qui s’est fait connaître en particulier en anticipant l’éclatement d’une crise financière en 2008, a donné jusqu’en mars 2017 aux banques indiennes pour faire le ménage dans leur portefeuille d’actifs non performants.

    Il a prévenu jeudi, devant un parterre de dirigeants de banques à Bombay, que ce nettoyage “pourrait nécessiter une chirurgie profonde” et non des “pansements”.

    “Les prêts en cours pourraient devoir être dépréciés en raison des changements de circonstances depuis qu’ils ont été accordés”, a dit Raghuram Rajan.

    http://www.romandie.com/news/Inde-chirurgie-profonde-des-creances-des-banques-gouverneur-RBI/675978.rom

  8. Le ménage sera t il fait dans les banques mondiales? Eh bien non , c’est impossible , rappel le crédit lyonnais aujourd’hui LCL , c’était 5 milliards de francs.
    23 ans après tout est loin d’être apuré.
    Ce qui sera fait ?
    Un écroulement partiel , des bad bank et comme une ville qui se reconstruit sur elle même , les couches de déchets financiers s’empileront , lorsque tous les participants seront morts alors on rayera les dettes les concernant, les assvie seront ponctionnées un max , les héritages et dépôts.
    Dans un siècle on trouvera encore des emprunts russes.
    Ceci vaut pour les dettes d’état,de banques,de financiers.
    Mais rien ne sera résolu tant que les populations ne seront pas formées à la culture du profit , tant que pour faire un franc il faudra en emprunter 3.
    Tant que les dettes,pertes,crédits ne seront pas taxés plus que les benefices.

Répondre à cn Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *