Inflation américaine

L’inflation est déjà repartie aux Etats-Unis avec un PCE:LFE de 1,650 % (d’une année sur l’autre) à un niveau supérieur aux normes de 1,5 %,
Document 1 :

Pire : les Américains subissent l’inflation comprenant la hausse des prix de l’énergie avec un PCE de 2,9 % (d’une année sur l’autre),
Document 2 :

Inflation et faible croissance à 1,3 % (d’une année sur l’autre) avec une €URSS au bord du gouffre (ce qui est amusant…), c’est une crise au sens chinois du terme : un danger et une opportunité !

3 réflexions sur “Inflation américaine”

  1. Mardi 4 octobre 2011, vers 23 heures :

    Un événement d’une importance historique :

    Italie : Moody’s abaisse la note souveraine de la dette italienne.

    L’agence d’évaluation financière américaine Moody’s a annoncé mardi qu’elle abaissait à A2 la note souveraine de l’Italie, contre Aa2 auparavant, en raison des risques pour le financement sur les marchés de la dette à long terme, de l’atonie de l’économie et des incertitudes politiques.

    Moody’s a assorti sa décision d’une perspective négative, ce qui signifie qu’elle pourrait encore abaisser la note des obligations d’Etat italiennes à l’avenir.

    Pour les émissions d’obligations publiques à court terme, l’agence a maintenu sa note de Prime-1.

    Moody’s a donné comme premier motif au déclassement italien l’accroissement des risques pour le financement des dettes publiques élevées dans la zone euro pour des pays comme l’Italie en raison de l’érosion soutenue et non cyclique de la confiance des investisseurs.

    Deuxième raison: les risques négatifs croissants pour la croissance économique liés à des lacunes structurelles et à un affaiblissement des perspectives de croissance au niveau mondial.

    Selon Moody’s, une troisième raison pour déclasser l’Italie réside dans les risques et le temps dont aura besoin le gouvernement pour atteindre ses objectifs de réduction du déficit et pour inverser la tendance à l’accroissement de la dette publique en raison des incertitudes économiques et politiques.

    L’agence avait annoncé le 16 septembre qu’elle prolongeait la période d’examen de la note souveraine de l’Italie entamée à la mi-juin, pour prendre le temps d’examiner des mesures budgétaires adoptées à la mi-septembre.

    Une autre agence de notation, Standard and Poor’s, a abaissé la note italienne (à A contre A+) le 19 septembre en raison de perspectives de croissance jugées trop faibles.

    http://www.romandie.com/news/n/_Italie_Moody_s_abaisse_la_note_souveraine_de_la_dette_italienne041020112310.asp

  2. Quand l’Allemagne lance un emprunt à 3 mois, elle doit payer un taux d’intérêt de 0,300 % environ.

    Mercredi 5 octobre 2011, la France a lancé un emprunt à 3 mois : la France a dû payer un taux d’intérêt de 0,340 %. Les taux sont en baisse par rapport à la précédente émission.

    Et le Portugal ?

    Mercredi 5 octobre 2011, le Portugal a lancé un emprunt à 3 mois : le Portugal a dû payer un taux d’intérêt de … 4,972 % ! Les taux sont en hausse par rapport à la précédente émission.

    http://www.romandie.com/news/n/BONDSLe_Portugal_emprunte_722_mio_EUR_a_trois_mois_taux_en_legere_hausse051020111310.asp

    Plus les jours passent, plus le Portugal emprunte à des taux qui augmentent.

    Plus les jours passent, plus le Portugal se rapproche du défaut de paiement.

    Le soi-disant “Fonds Européen de Stabilisation” ne stabilise rien du tout.

    Et les soi-disant “plans de sauvetage” ne rassurent pas du tout les investisseurs internationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *