La BCE prête les dollars de la Fed !

La BCE annonçait la semaine dernière qu’elle prêtait 9 milliards de dollars à 3 mois à des banques de la zone euro pour leur éviter un défaut de paiement en cette devise mais elle a été obligée de les emprunter à la Fed pour cette période car elle n’a plus de dollars disponibles comme elle l’a annoncé hier lors de la publication de son bilan au 3 février (ligne entourée en bleu),

Document 1 :

(cliquer sur le document pour l’agrandir)

La BCE n’a plus de dollars en réserve, mais ça ne l’empêche pas d’en prêter encore pour une semaine renouvelable,

Document 2 :

Bien entendu, une grande partie de ces dollars provient de prêts de la Fed (ligne entourée en rouge dans le document 1).

Ça ne peut pas durer éternellement

Ce sont là les deux dernières acrobaties de ce Mariole de Draghi qui n’est plus crédible qu’auprès des journaleux et bonimenteurs de la nomenklatura.

Heureusement personne ne parle de ces problèmes de la BCE !

Cliquer ici pour lire mon article de la semaine dernière à ce sujet.

7 réflexions sur “La BCE prête les dollars de la Fed !”

  1. Mercredi 8 février 2012 :

    Cour des comptes : quand Sarkozy liquidait un cinquième du stock d’or de la France.

    Au-delà de ses griefs, la Cour des comptes s’intéresse à un épisode méconnu qui a coûté cher à la puissance publique. Nous sommes en 2004, Nicolas Sarkozy dirige le ministère de l’Économie. Déjà à l’époque, les budgets sont difficiles à boucler et le futur président de la République cherche activement à limiter le déficit public…

    Le 19 novembre 2004, il annonce dans un communiqué s’être mis d’accord avec le gouverneur de la Banque de France pour une “gestion plus active des réserves de change de l’État”. Il s’agit en fait d’en finir avec la gestion de bon père de famille des réserves de change, grâce à la vente de 500 à 600 tonnes d’or sur les 3 000 tonnes détenues alors par la Banque de France. Le métal jaune, qui ne rapporte pas d’intérêts, doit être remplacé par un portefeuille en devises censé améliorer les rendements. L’État table sur un revenu supérieur à 200 millions d’euros par an.

    Sauf que l’opération est tout sauf une bonne affaire. Entre décembre 2004 et septembre 2009, la Banque de France se sépare d’un cinquième de son stock de métal fin (589 tonnes). Et empoche, en cumulé, un pactole de 4,67 milliards. Mais le cours de l’or, lui, continue de s’apprécier ! Depuis trois ans, il a pris 94 %. Au final, si le programme n’avait pas été exécuté, la valeur des réserves en or de la Banque de France aurait atteint 19,4 milliards d’euros à fin 2010, quand celle des réinvestissements en devises s’élevait à seulement 9,2 milliards d’euros !

    Étonnant quand on sait que “le rythme de mise en oeuvre du programme de vente” devait dépendre du jugement du gouverneur de la BDF sur son opportunité, “en particulier au vu de l’évolution des cours observés sur le marché de l’or”. Plusieurs pays, engagés dans des programmes similaires, ont d’ailleurs choisi d’y mettre fin plus tôt, comme la Belgique en 2005, le Portugal en 2006 et l’Espagne en 2007. Pas la France.

    http://www.lepoint.fr/economie/cour-des-comptes-quand-sarkozy-liquidait-un-cinquieme-du-stock-d-or-de-la-france-08-02-2012-1428657_28.php?google_editors_picks=true

  2. http://www.zerohedge.com/news/european-fx-swap-line-usage-ny-fed-rises-fresh-multi-year-high-more-banks-demand-more-dollars

    While the disclosure of New York Fed’s FX swap line usage with the ECB continues to be between 1 and 2 weeks delayed, courtesy of our ECB friends/Goldman alumni, who post swap line usage in real time, we find that in the week starting with tomorrow’s settlement, the total swap line usages has risen yet again in the past week, this time to a fresh multi-year high of $89.7 billion, an increase of $400 million compared to last week, and the highest since July 2009. The reason for the increase is that the 7 Day swap line for $3.73 billion maturing tomorrow and used by 10 banks, and at a cost of 0.59% has been replaced with a fresh 7 Day swap line for $4.13 billion and at a higher cost of 0.61% and used by 11 banks. We do realize that this fact goes 100% against the prevailing flawed meme that European bank liquidity, especially in USD, has been restored (why, just look at BBA member bank self-reported 3M USD Libor – it is declining – by Jupiter, it means all is well!). For that we apologize profusely.

  3. Votre lien en fin de billet est légèrement erroné. Sinon merci pour votre site qui est très instructif même si la signification et les conséquences des anomalies que vous dénoncez mériteraient à mon gout quelques mots supplémentaires.

  4. Mardi 7 février 2012 :

    Il y a vingt ans, le 7 février 1992, c’était la signature du traité de Maastricht.

    Vingt ans après, le jour de l’anniversaire du traité de Maastricht, la crise nous a montré l’échec total de l’Union Européenne.

    Toutes les belles promesses des partisans de l’Union Européenne reposaient sur ce postulat : “la solidarité européenne, ça existe.”

    Or, justement, ce que la crise nous a montré, c’est exactement le contraire : l’Union Européenne est construite sur une solidarité … qui n’existe pas.

    La solidarité européenne entre les pays européens riches et les pays européens pauvres, ça n’existe pas.

    Les pays européens riches ne veulent pas donner pour sauver de la faillite les pays européens pauvres.

    Un article du journal allemand “Der Spiegel” évoque les manifestations de mardi, en Grèce, lors de la grève générale : la photo qui illustre l’article est une photo extraordinaire.

    A droite de la photo, un manifestant brandit un drapeau grec.

    A gauche de la photo, un manifestant grec est en train de brûler un drapeau allemand.

    L’article de “Der Spiegel” :

    “Il est temps d’arrêter la farce du sauvetage de la Grèce.”

    http://www.spiegel.de/international/europe/0,1518,813919,00.html

  5. Jeudi 9 février 2012 :

    Grèce : grève générale de 48 heures contre la cure de rigueur.

    Les deux grandes centrales syndicales grecques, Adedy pour le public et GSEE pour le privé, ont appelé jeudi à une grève générale vendredi et samedi contre les nouvelles mesures de rigueur exigées par l’Union Européenne et le FMI en échange d’un nouveau prêt, a-t-on appris de source syndicale.

    “Nous appelons à une grève générale vendredi et samedi au côté du syndicat de la fonction publique”, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la GSEE après une nuit de réunion marathon des trois partis de la coalition gouvernementale sur le nouveau plan de rigueur.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Grece_greve_generale_de_48_heures_contre_la_cure_de_rigueur090220121102.asp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *